Toutes les actualités
Publié le 14/04/2020

AOP en danger : sauvons notre maroilles !

Le 14 avril 2020, Marie-Sophie Lesne, vice-présidente à la Région en charge de l’agriculture et Claude Béra, président du Syndicat du maroilles ont lancé un appel aux consommateurs qui ont délaissé le maroilles pendant le confinement.

Pendant le confinement, de nombreuses filières agricoles ont souffert, notamment de la fermeture des restaurants et des modifications de consommation. C’est le cas notamment des pommes de terre, mais aussi du maroilles. Le maroilles en Hauts-de-France, c’est 4 160 tonnes produites chaque année et près de 2 000 personnes qui en vivent (chiffres 2018). C'est un fromage 100 % Hauts-de-France puisqu'il est uniquement fabriqué dans le Nord et dans l'Aisne.

Chaque semaine, 57 tonnes de maroilles pas produites

"Nous avons besoin de l’aide du consommateur qui achète moins de maroilles pour sa consommation à domicile, explique Marie-Sophie Lesne, vice-présidente à la Région en charge de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Nous lançons un véritable cri de détresse pour sauver cette filière si symbolique de notre territoire."

Le maroilles est un fromage AOP (appellation d’origine protégé). Sa production nécessite de suivre un cahier des charges très strict. Pendant toute la durée du confinement, les consommateurs semblent avoir boudé le maroilles, comme tous les autres fromages AOP. Un crève-cœur pour les producteurs qui voient leurs caves remplies de fromages qu’ils finiront par jeter s’ils ne peuvent pas les vendre. Et aussi un manque à gagner énorme.

"Chaque semaine, 57 tonnes de maroilles ne sont pas produites, confirme Claude Béra, le président du Syndicat du maroilles. 80 % du maroilles se consomme au nord de Paris. La seule solution, c’est le consommateur."

Le circuit court et la vente à la ferme, ça marche

"Les maroilles de 750 grammes ne sont plus vendus à la coupe dans les supermarchés, les rayons fromagers des supermarchés ne sont plus très garnis. C’est vraiment problématique, ajoute Claude Béra. Pour essayer de pallier ces problèmes, on met en place des points de vente de proximité dans les grandes villes et ça marche. En effet, certains petits producteurs qui avaient déjà mis en place le circuit court ou un point de vente à la ferme s’en sortent mieux que les autres."

Multiplier les achats de maroilles

"À la Région, on est en train de voir comment augmenter la consommation de maroilles, complète Marie-Sophie Lesne. Une des pistes sera l'achat de maroilles dans les restaurants scolaires des lycées, lorsqu'ils pourront rouvrir.

D’autres filières souffrent aussi

D’autres filières régionales souffrent aussi comme les produits de la mer qui ont connu une baisse de 70 % des commandes pendant la période du confinement. La Région a donc lancé une grande campagne de communication pour l’ensemble des filières régionales en souffrance, en particulier l’agneau, les fraises, l’asperge et tous les morceaux nobles de viande bovine.

À lire aussi

Labels de qualité : les Hauts-de-France soignent leur agriculture

Producteurs, professionnels des métiers de bouche, de la restauration e...


Les Hauts-de-France, terre où se cultive le goût des bonnes choses

Les Hauts-de-France seront-ils la prochaine région à décrocher le pre...


Le maroilles : 1060 ans de caractère et de savoir-faire

Treize centimètres de côté, six de hauteur, 720 grammes… Depuis plu...


Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

33 commentaires sur “AOP en danger : sauvons notre maroilles !”

  1. Plateaux -

    Bonjour, je suis picarde mais je réside dans le puy de dôme actuellement. Mon coeur reste haut de France. Je suis trop loin cela me manque le maroille.

  2. gilles joly -

    ce fromage et extra . je laver oublier un moment fait plus de pub-liciter et de recette sur se fromage merci

  3. Thierry -

    Si les producteurs de maroilles revenez au vrais maroilles au lait cru et non au lait pasteurisé qui est insipide la consommation reaugmenterai

  4. dubus raynald -

    faite une proposition pour les restaurateurs de la région pour le redémarrage , recettes, promo ,etc….
    amitiés raynald dubus

  5. Desjardins -

    Vous devriez penser aux entreprises avec les CSE nous pourrions faire des ventes
    Cordialement

  6. Hennocq -

    Si votre fromage était vendu moins cher et en vente direct consommateurs. Il se vendrait bien plus.je passe souvent dans la région et je ne vois plus de vente direct.dommage

  7. Bonaccorsi Françoise -

    Bien dommage de ne plus avoir ce bon fromage, je passais par une amie et malheureusement plus possible d’en avoir avec le confinement sincèrement désolée 0

  8. Bultez Dominique -

    Bonjour pourriez-vous preciser vos points de vente. Comme vous le savez on doir rester dans les 10 kilometres par rapport à notre domicile. Mme Bultez D.

  9. Chérengeois -

    Bonjour,
    C’est bien de nous informer de ce problème du Maroilles, mais il aurait été judicieux de publier des adresses des points de vente évoqués ou de mentionner des liens vers des sites permettant de les localiser.

  10. Isabelle Pierunek -

    Je souhaite être informée de vos actions pour les producteurs locaux merci. Consommatrice et citoyenne.

  11. Deprez -

    C’est en effet dramatique, en ce qui me concerne rien ne change pour moi avec le confinement, chez nous le maroilles on adore ! Il y en a toujours à la maison ! Malheureusement le consommateur en général doit avoir un plateau de fromage moins généreux, il n’y a plus de repas de famille, plus de restaurants … Personnellement je mène ma petite action , J’en parle autour de moi famille et amis en leur recommandant de ne pas oublier d’acheter du maroilles, un si bon fromage il faut le préserver !!

  12. Chevalier -

    Il y a maintenant beaucoup d’agriculteurs qui ont des distributeurs pourquoi ne pas en vendre dans les distributeurs rien qu’autour de chez moi il y a 3 distributeurs et c’est possible parce que il y a déjà du fromage de proposer dans un distributeur à campagne les Wardrecques

  13. Brissez Christine -

    Pourquoi ne pas faire des petites supérettes gérées par les producteurs pour vendre leurs produits ou organiser des marchés dans les villes rien qu avec des produit locaux

  14. Douchet Albert -

    Bonjour,
    Je suis d’origine du Nord, je vis dans le sud depuis 20 ans, le problème ici est le prix trop élevé du Maroilles, dommage
    Merci d’avoir lu mon message

  15. dauchy -

    Bonjour,
    Faut que notre gouvernement fasse quelque chose … sinon ils risquent de tout perdre …

  16. Pépée Le Mat -

    Bonjour , mon constat est que pour le Maroilles il faut distinguer le vrai …de l’industriel … développer les points de distribution locaux, même l’envoie de colis ! et la communication animée …. par expérience quand je donne une recette simple ou des suggestions … ça active les ventes . Avec le prix attractif du confinement il faut agir vite pour les sauver et plus tard donner l’envie aux gens d’une de leur prochaine visite touristique Fromagere !
    À votre écoute PP

  17. Deschamps -

    Bonjour,
    Je fais mes courses depuis le confinement en DRIVE et il est vrai que dans les choix des fromages ce n’est pas ce qu’il y a de mieux.
    Et pas de maroilles !
    Je suis prête à aller le chercher près de chez moi.
    Mérignies (59710)
    Bon courage nous vous soutiendrons.

  18. Richard -

    Bonjour.
    Il faut mettre en place une tournée avec horaire précis , ça ne parrait pas compliquè……

  19. rosemonde henry -

    alors moi suite a une annonces que des maroilles allez etre vendu chez gabiot louvroil j y suis allee avec une bonne commande de mes voisins sauf que arrivee sur place fallait reserver ce que je ne savait pas rien n avais ete signaler sur la promotion donc mauvaise information dommage pour tout le monde amicalement

  20. pascal lefranc -

    bonjour
    je suis allée ce matin à gamme vert St Mamimun pour achetée du maroilles je suis reparti avec 1 petit et cet le seule qui y avais en rayons
    pour une enseigne nordiste il y a un problème

  21. Laurens -

    Jadore le maroile je veut qu’il a plus de maroile dans le super marché 👍🏽

  22. Piedoux -

    Bonjour ! Si le Maroilles connaît des difficultés pour manque de présence sur nos tables, pourquoi ne pas faire appel aux médias pour lancer un appel de contribution aux Nordistes par Dany Boon pour soutenir particulièrement ce fromage et bien évidemment ses petits frères typiquement du Nord, telle la Boulette d’Avesnes ! Mobilisons notre artiste fétiche ! Sauvons notre Maroilles et les facteurs de France vous remercieront ! 🇫🇷 🍀🌱 moi qui voulais lancer une bière au Maroilles ! À bon entendeur et si le goût vous en dit !….

  23. Cattiaux -

    Nous habitons à 60km de Maroilles avec le confinement trop loin. Nous adorons ce fromage mais n en trouvons pas près de chez nous. Il y a des endroits qui reçoivent des étals de vendeurs (écoles, gymnases…) pour remplacer les marchés. Peut être une solution à creuser.

  24. Christian Lafond -

    J’habite la ville de Québec, Province de Québec, Canada; ce fromage délicieux est je crois, mal distribué car très difficile à trouver et lorsque nous avons réussi à trouver un commerçant qui le gardait, celui-ci nous dit qu’il à d’énormes problèmes d’approvisionnement.

  25. Liso -

    Bonjour
    Une petite livraison directe producteur consommateur !!
    Des fromageries de l avesnois ont organisé ça
    Ça a marché au-delà de leur espérance !!

  26. Berlemont -

    Nous sommes en région parisienne, notre marchand de fromages se plaint de ne plus pouvoir trouver de fromages du Nord depuis le début du confinement. Il y a sans doute un problème du côté des circuits de distribution.

  27. Philippe -

    Le maroille au lait cru existe
    En vente chez Telliez à Le Quesnoy où l’on trouve tous les produits régionaux
    Une visite s’impose !!!

  28. Philippe -

    La vente directe existe
    Ferme de Cerfmont à Maroilles
    Tous renseignements sur internet !!!

Partager

Send this to a friend