Toutes les actualités
Publié le 05/02/2020

Les Hauts-de-France, terre où se cultive le goût des bonnes choses

Les Hauts-de-France seront-ils la prochaine région à décrocher le prestigieux label de région européenne de la gastronomie ? Une chose est sûre : la gastronomie de notre région est forte de nombreux atouts. Riche et variée, s’appuyant sur des produits de haute qualité, elle est fortement ancrée dans la tradition mais aussi tournée vers l’avenir. Portée par des femmes et des hommes de talent, elle rayonne au-delà des frontières.

Des façades maritimes qui s’étendent à perte de vue, des champs de colza qui illuminent de vastes plaines, des forêts giboyeuses aux couleurs changeantes, des prés entourés de bocage, des jardins flottants où l’on cultive des légumes… Les Hauts-de-France offrent au regard une infinie palette de paysages. Et c’est là, sur ce territoire entre terre et mer que naissent des produits dont la renommée dépasse les frontières de notre région : l’endive, la "Perle du Nord" (59), le haricot de Soissons (02), à la couleur ivoire et plus gros haricot de France, le hareng argenté, surnommé "prince" des poissons, de Boulogne-sur-Mer (62), l’agneau des prés-salés de la baie de Somme (80)…. Et c’est une vache Bleue du Nord, Imminence, qui a été l’égérie du Salon international de l’agriculture 2019 !

La gastronomie des Hauts-de-France en chiffres

  • Les vignobles du Sud de l’Aisne produisent 10 % du champagne AOC (Appellation d’origine contrôlée) ;
  • Les Hauts-de-France sont la 2e région brassicole de France avec 33 % de la production nationale, l’implantation de 65 brasseries et plus de 350 marques de bières. Le département du Nord a brillé au mois d’août 2019 à Londres, lors des World Beer Awards qui ont vu s’affronter des milliers de marques du monde entier. La bière Jenlain ambrée, une "bière de garde" de la brasserie familiale Duyck fondée en 1922 et basée dans le Hainaut, a ainsi été primée ;
  • Boulogne-sur-Mer (62) est le premier port de pêche de France avec plus de 32 000 tonnes de poissons pêchés en 2018.
  • Les Hauts-de-France sont la région n°1 européenne de la production de pommes de terre, n°1 mondial de la production d’endives et n°1 français des régions productrices de betteraves sucrières ;
  • 10 % du lait produit en France vient des Hauts-de-France ;
  • 873 producteurs se sont convertis au bio dans la région.

Des ambassadeurs renommés

Cultivateurs, maraîchers, éleveurs, marins-pêcheurs… À l’origine de ces produits, il y a des hommes et des femmes de talent, passionnés par leur métier. Ces produits sont transformés, sublimés par la patte de chefs-cuisiniers de renom, ambassadeurs fiers de mettre en lumière les produits de leur région. Bon nombre d’entre eux ont réussi à décrocher des étoiles au Guide Michelin ! À l’instar de Nicolas Leclercq, chef étoilé de l’Orée de la forêt, à Étouy, dans l’Oise. Alexandre Gauthier a décroché 2 étoiles avec son restaurant La Grenouillère à La Madeleine-sous-Montreuil, dans le Pas-de-Calais. Et sa renommée va bien au-delà de nos frontières puisqu’il a concocté les menus de la compagnie aérienne All Nippon Airways. Et saviez-vous que le chef multi-étoilé Joël Robuchon avait rendu célèbre la ratte du Touquet en utilisant cette variété de pomme de terre pour réaliser sa purée ? Une consécration !

Des marques régionales, garantes de la qualité et de l'origine

Plus de 600 produits frais et transformés sont estampillés "Terroirs Hauts-de-France". Plus de 1 000, Saveurs en’Or. La Région Hauts-de-France soutient ces marques régionales qui définissent des chartes de qualité pour les produits qu’elles valorisent. "Les produits de la marque Terroirs Hauts-de-France doivent ainsi être produits localement, dans la région, agréés par un comité de dégustation indépendant, et contrôlés par un organisme certificateur externe qui garantit aux consommateurs le respect du cahier des charges par les producteurs", explique Alain Bahuchet, chargé de mission Terroirs Hauts-de-France. La marque regroupe 99 producteurs et 44 relais engagés. La marque collective Saveurs en’Or, regroupe, quant à elle, plus de 300 adhérents. Elles garantissent au consommateur la qualité et la traçabilité d’une large gamme de produits, du Maroilles AOP au Rollot fermier, du bœuf picard à la volaille de Licques, du Macaron d’Amiens à la gaufre flamande…

Des productions régionales reconnues officiellement

  • Le Maroilles, "le plus doux des fromages forts", issu de la Thiérache (02), bénéficie de l’Appellation d’origine protégée (AOP) ;
  • La volaille de Licques (62) est estampillée Label Rouge depuis 1979 ;
  • L’agneau des prés salés de la baie de Somme (80), au goût unique, est reconnu par une AOP.
  • Dans le Nord-Pas-de-Calais en particulier, 15 produits portent des signes officiels de qualité et d’origine.

Un calendrier rythmé par les fêtes autour du patrimoine gourmand

La Fête du Haricot de Soissons (02) en septembre, le Marché aux Fruits rouges de Noyon (60) en juillet, la Fête du Hareng à Boulogne-sur-Mer (62), le Festival Bière à Lille (59), la Foire aux Fromages de La Capelle (02), la Fête des Hortillonnages à Amiens (80) : les Hauts-de-France foisonnent d’événements, soutenus par la Région, autour de leur patrimoine gastronomique. Ces manifestations attirent, tout au long de l’année, des milliers de visiteurs qui se pressent pour remplir leurs cabas de produits gourmands, bien de chez nous !

Un secteur créateur d’emplois

"De nombreuses entreprises du secteur de la gastronomie créent des emplois, et parfois implantées dans de petits villages, contribuent à faire vivre tout un territoire", poursuit Alain Bahuchet. ÀA l’instar du Domaine Picard, entreprise spécialisée dans la fabrication de produits de charcuterie, dont le fameux pâté picard Le Muché, estampillé Terroirs Hauts-de-France. Installée à Villers-Bocage (80), village de 1 500 habitants, cette entreprise, familiale à ses débuts, n’a cessé d’augmenter ses effectifs et d’élargir sa gamme de produits.

Vers le label de "région européenne de la gastronomie"

Ce label, décerné par l’Institut international de la Gastronomie, de la Culture, des Arts et du Tourisme, a déjà été attribué à plusieurs régions européennes : la Catalogne (2016), le Danemark (2017), l’Est Lombardie (2017), Riga-Gauja (2017)… Parce que la Région Hauts-de-France souhaite aller plus loin dans le développement de sa stratégie touristique en devenant une destination gourmande reconnue à l’échelle européenne et mondiale, elle va déposer sa candidature, avant le mois de mai 2020, pour décrocher le prestigieux label. C’est le Campus des Métiers et qualifications –Tourisme et Innovation, porté par le lycée hôtelier du Touquet (62), qui pilotera la candidature de la région Hauts-de-France. Un consortium de plusieurs acteurs régionaux – dont la Région, le Comité régional de Tourisme Hauts-de-France, les Chambres régionales de Commerce et d’Industrie, l’Institut LaSalle de Beauvais (60) – s’est créé afin que toutes les forces soient mobilisées pour décrocher le prix. Et l'enjeu est de taille : l'obtention du label pourrait générer pour la région d’importantes retombées économiques et transformer en profondeur le territoire, notamment en matière de nutrition des habitants.

À lire aussi

La gastronomie régionale « en fusion »

A l'occasion du Salon de l'agriculture, les gastronomes et autres amateu...


Formation : un nouveau campus des métiers et des qualifications en Hauts-de-France

Un nouveau Campus des métiers et des qualifications "Tourisme et innova...


Les Hauts-de-France visent le label « région européenne de la gastronomie »

La Région Hauts-de-France souhaite aller plus loin dans le développeme...


Partager

Send this to a friend