Offres d’emplois non pourvues : la Région agit !

Le 5 avril 2018, Xavier Bertrand a présenté le nouveau dispositif Proch'Emploi Recrutement Entreprises en présence de Muriel Pénicaud, ministre du Travail. Objectif : apporter des solutions concrètes aux entreprises qui ont des difficultés à pourvoir leurs offres d'emploi.

Vous retrouverez ci-dessous toutes les informations pratiques et utiles sur le dispositif régional Proch'Emploi.


Proch’Emploi : comment ça marche ?

Que vous soyez chef d'une entreprise qui cherche à recruter ou demandeur d'emploi, vous vous demandez peut-être comment bénéficier du dispositif Proch'Emploi mis en place par la Région Hauts-de-France ?

Vous êtes demandeur d'emploi

proch-emploi-demandeur

 

 

Vous êtes chef d'entreprise

 

proch-emploi-entreprise

 


Proch’emploi, la solution sur-mesure au service de l’emploi

Proch’Emploi est le dispositif sur-mesure créé par la Région pour faire le lien entre les demandeurs d’emploi des Hauts-de-France et les employeurs qui peinent à recruter.

Contactez le numéro vert 0800 02 60 80

À l’origine de Proch’Emploi, un constat : de nombreuses offres d’emploi ne sont pas pourvues alors que dans le même temps des demandeurs d’emploi ont du mal à trouver un emploi dans des secteurs qui pourtant recrutent.

Avec Proch’Emploi, il s’agit d’apporter des solutions nouvelles en mettant en relation employeurs et demandeurs d’emploi. "Nous n’allons pas nous substituer à Pôle Emploi mais en travaillant ensemble, en nouant des partenariats, nous serons efficaces. Il manque un maillon entre les employeurs et les demandeurs d’emploi, la Région a un rôle important à jouer", explique Xavier Bertrand.

Proch'Emploi, c'est quoi ?

Le principe de Proch'Emploi est simple : les demandeurs d’emploi contactent le numéro vert 0800 02 60 80 (appel gratuit depuis un poste fixe) et précisent dans quels secteurs ils recherchent un emploi, leur formation, leur parcours. Les chargés d’information enregistrent leur demande ; dans un délai de 15 jours maximum, les demandeurs d’emploi sont recontactés pour un rendez-vous et des propositions de solutions adaptées (mise en relation avec des entreprises, financement de formations supplémentaires si nécessaire...).

"La logique du sur-mesure nous permettra d’être efficaces. Proch’Emploi est en quelque sorte un circuit-court entre demandeurs d’emploi et employeurs", continue Xavier Bertrand. Je demande aussi à tous les employeurs de notre région qui ont des difficultés à recruter de se manifester en appelant la plateforme."

 


Témoignage : « Grâce à la Région, j’ai enfin pu recruter »

Comment une entreprise des Hauts-de-France peut-elle recruter, lorsqu'elle ne trouve pas de candidats ? Réponses sur-mesure données par la Région : Proch'Emploi, puis Pass Emploi.

Pouvez-vous présenter votre entreprise ?

Gervais Loridan : je suis à la tête d'une entreprise familiale, créée par mon père et basée à Cambrai. Son nom : Sopalor. Nous sommes spécialisés dans le tri industriel et nous travaillons pour les grands groupes de l'industrie du verre, situées dans les Hauts-de-France et en Normandie.

Depuis 2015, nous cherchons à renouveler une partie de notre effectif, mais nous sommes confrontés à deux problèmes : la difficulté de trouver du personnel qualifié dans le Cambrésis avec les partenaires "classiques" au service de l'emploi, et l'impossibilité de financer un cycle de formation pour apprendre à nos futurs salariés les bases de nos métiers.

Quels sont vos besoins actuels ?

Sopalor a besoin de recruter 10 rechoisisseuses. C'est un métier très technique, capital dans notre activité et pourtant méconnu : la rechoisisseuse trie les flacons en verre produits, vérifie sous néon leur qualité. Cela demande de la dextérité, une bonne vue, de la rapidité et de l'endurance : la rechoisisseuse n'a qu'entre 4 et 8 secondes pour faire le tri, pour un cadencement de 500 à 800 flacons par heure, 7 heures par jour.

En 2016, la responsable de la plateforme Proch'Emploi du Cambrésis a souhaité me rencontrer. Et tout est allé ensuite vite, très vite.

Comment la Région vous accompagne-t-elle dans vos projets ?

Gervais Loridan : De façon directe et efficace. La responsable de la plateforme Proch'Emploi du Cambrésis s'est d'abord déplacée dans mon entreprise. C'est la meilleure façon de comprendre clairement mes attentes !

À l'écoute de mes besoins, elle m'a proposé une solution créée par la Région Hauts-de-France : me présenter pour des entretiens d'embauche des personnes intéressées et capables de travailler dans l'entreprise, repérées grâce au réseau Proch'Emploi. Un mois plus tard, je rencontrais les 10 personnes, que je retenais tout de suite pour une formation au sein de l'entreprise.

Après Proch'Emploi, vous utilisez donc Pass Emploi.

 Gervais Loridan : Proch'Emploi m'a permis de trouver des candidates motivées, volontaires et désireuses d'apprendre un métier dans un secteur qui, dans les Hauts-de-France, recrute vraiment. Avec Pass Emploi, j'ai ensuite eu l'opportunité de les former directement au sein de Sopalor.

Aujourd'hui, ces 10 personnes sélectionnées par Proch'Emploi suivent  un cycle de 400 heures de formation, cofinancées par la Région. Et je suis certain d'en recruter 8 à la fin de la formation. Le soutien de la Région est vital pour l'entreprise, mais aussi pour un savoir-faire qu'il faut faire perdurer. Les Hauts-de-France ont une expertise industrielle qu'il est indispensable de sauvegarder et de valoriser.

 


Proch’Emploi se déploie en Hauts-de-France

L’emploi est la priorité numéro un de la Région. De nombreux dispositifs ont été mis en place, pour soutenir les entreprises, et pour accompagner les demandeurs d’emploi dans leurs recherches. Illustration avec le déploiement de Proch'Emploi dans tous les territoires.

Les plateformes territoriales Proch’Emploi jouent un rôle déterminant. Situées au cœur des bassins d’emploi, elles ont vocation à créer des circuits courts, autrement dit, favoriser le contact direct entre les entreprises et les demandeurs d’emploi.

"Beaucoup de demandeurs d’emploi n’ont pas accès aux offres d’emploi et surtout, ils n’ont jamais l’opportunité de rencontrer des recruteurs, souligne Ellen Van den Broek, directrice de la Mission Proch’Emploi à la Région. De leur côté, les chefs d’entreprise ont du mal à recruter car ils ne trouvent pas toujours les bons profils. Le rôle des plateformes est d’offrir un service aux entreprises qui veulent recruter, et de donner la possibilité à des candidats motivés, d’entrer en contact avec les recruteurs."

Une plateforme territoriale, comment ça marche ?

Les plateformes territoriales fonctionnent sur le principe du réseau. Elles sont animées par deux personnes, qui travaillent en réseau avec les chefs d’entreprise de leur secteur géographique, en partenariat étroit avec les opérateurs traditionnels que sont Pôle Emploi et les missions locales. Leur rôle est double : d’un côté elles vont à la pêche aux offres d’emploi cachées (trois offres sur quatre ne transitent pas par Pôle Emploi), de l’autre elles présélectionnent des candidats qui pourraient convenir pour ces offres, et les présentent aux entreprises.

Chaque plateforme est co-présidée par un chef d’entreprise. Pierre Lobry, dirigeant du groupe Orthos à Arras (800 personnes dans le domaine du bâtiment), co-préside la plateforme territoriale Proch’Emploi d’Arras. "Le rôle du co-président, est de trouver des chefs de file métiers dans les différents secteurs d’activités du territoire, explique-t-il. La plateforme d’Arras compte 15 chefs de file métiers, notamment dans l’agroalimentaire, la logistique, les métiers liés au tourisme... Ils animent un réseau de 90 entreprises."

Le circuit court, ça marche !

Régulièrement, les plateformes Proch'Emploi organisent des rencontres entre des chefs d’entreprises et des demandeurs d’emploi, réellement motivés. "Ces rencontres sont de vrais moments d’échange, souligne Pierre Lobry. Elles permettent de casser les codes et donnent l’occasion aux jeunes qui n’ont jamais travaillé de mieux comprendre les attentes des recruteurs. De notre côté, cela nous permet aussi de revoir parfois nos exigences. Deux-tiers des personnes que nous avons reçues lors d’une douzaine de rencontres ont retrouvé du travail."

Pour aller encore plus loin, la plateforme territoriale d’Arras a imaginé le Blablajob : un dirigeant accepte de recevoir dans son entreprise trois jeunes avec des profils très différents. Pendant deux ou trois semaines, ces jeunes disposent d’un bureau et peuvent rencontrer les salariés du service auquel ils ont été affectés. Les contacts se nouent, les salariés activent leur réseau. "Nous avons fait un test avec quatre groupes, soit 11 demandeurs d’emploi. Blablajob a généré 83 entretiens de réseau, 59 entretiens de recrutement et 27 propositions d’embauche ! Aujourd’hui les 11 jeunes ont du travail", se réjouit  Pierre Lobry.

Un retour sur investissement pour les entreprises

En retour de leur investissement dans cette démarche, les entreprises bénéficient d’un réel service. En lien avec Pôle emploi et les missions locales, les plateformes territoriales analysent finement leurs besoins en personnel et présélectionnent des candidats. Elles peuvent également, via le Pass Formation mis en place par la Région, proposer une formation complémentaire aux futurs embauchés si nécessaire, ou proposer aux entreprises d’avoir recours aux autres aides de la région, par exemple pour développer une nouvelle activité ou financer de la recherche.

"Chez Bonduelle, nous avions un réel problème de recrutement, explique Thierry Baptiste, Directeur des ressources humaines chez Bonduelle à Estrées-Mons (80). Une de nos plus grosses usines est située dans la Somme dans un secteur où il y a beaucoup de demandeurs d’emploi. Chaque année nous recrutons plusieurs dizaines de saisonniers, mais nous ne trouvons pas les personnes ayant la qualification nécessaire, notamment en hygiène et sécurité. Grâce à l’intervention de la Région, via le chèque pass Formation, nous avons pu mettre en place une certification et former 120 personnes que nous recrutons actuellement. Et si un jour ces personnes veulent aller travailler chez un autre employeur, dans le secteur agroalimentaire, cette certification leur sera utile."

21 plateformes en Hauts-de-France

Les Hauts-de-France sont maillés de avec 21 plateformes territoriales Proch’Emploi. Si 14 plateformes existent déjà, dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, 3 nouvelles plateformes ont été crées dans l’Oise (Beauvais, Compiègne, Creil), 2 dans la Somme (Abbeville et Amiens), 2 plateformes dans l’Aisne (Saint-Quentin et Soissons).

"Nous voulions recruter 26 apprentis mais nous ne trouvions pas les bons profils, raconte Thierry Delobelle, directeur chez Veolia (production et distribution d’eau potable). Nous avons fait appel à la Plateforme territoriale Proch’Emploi et organisé une demi-journée de rencontre entre des salariés du groupe et des jeunes. Nous avons reçu 200 jeunes avec des profils très intéressants. La plateforme est vraiment un très bon filtre."


En route pour l’emploi !

Lundi 30 janvier 2017, la Région Hauts-de-France a lancé son nouveau dispositif "En route pour l’emploi".

"En route pour l’emploi", c’est le nouveau dispositif mis en place par la Région Hauts-de-France pour aider les demandeurs d’emploi. Pour 2€ par jour, la Région prête un véhicule à ceux qui ont retrouvé un emploi et qui ne disposent pas de moyens de locomotion pour effectuer les trajets domicile-travail.

Nathalie Cojan est la première bénéficiaire du dispositif. "Je viens d’accepter un CDI. Il s’agit d’un emploi d’éducatrice spécialisée pour Les Papillons Blancs à Saint-Saulve (59), à côté de Valenciennes. Mais j’habite à Lille et je n’ai pas de voiture", explique la jeune femme de 32 ans. Pendant deux mois, le temps de sa période d’essai, la Région va lui prêter un véhicule pour lui permettre de faire les 120 kilomètres aller-retour.

Pour 2€ par jour

"J’ai vu par hasard un article dans le journal Hauts-de-France sur le prêt de véhicules. J’ai appelé le numéro vert et j’ai été reçue assez vite par un conseiller Proch’Emploi qui m’a fait remplir un dossier … qui a été accepté !"

Après avoir signé un contrat et fait un chèque de 40€ pour le mois de février, Nathalie Cojan a récupéré les clés de sa voiture de prêt, une Citroën C3, au siège de Région à Lille. "J’avais regardé pour une location mais c’était beaucoup trop cher. C’est un peu le poste de mes rêves et je ne pouvais pas refuser un CDI. Alors, ce prêt de la Région est vraiment une aubaine. J’ai maintenant deux mois pour trouver un véhicule d’occasion et aller voir les banques."

40 véhicules

La Région Hauts-de-France met à disposition des véhicules de la flotte régionale, pour aider les demandeurs d’emploi qui retrouvent un emploi, pendant leur période d’essai. Pour le président de Région, la finalité reste la même : l’emploi. "On n’est pas loueur de voitures, mais on propose un service qui n’existait pas avant, précise Xavier Bertrand. Pour l’instant, il y a 40 véhicules. On verra si ça correspond à un vrai besoin. S’il le faut, par la suite, on achètera des véhicules d’occasion aux concessionnaires."

Comment solliciter le prêt d’une voiture ?

Vous pouvez prétendre au prêt d’une voiture si vous réunissez les conditions suivantes :

  • vous êtes inscrit à Pôle emploi et vous avez déjà passé un entretien avec un référent Proch’Emploi
  • vous déposez votre demande au cours de votre période d'essai
  • vous avez retrouvé un emploi de type CDD de 3 mois et plus ou CDI à temps partiel ou complet, dans les Hauts-de-France, et dont le salaire n’excède pas le montant de 1 800€ brut mensuel
  • vous avez le permis de conduire B en cours de validité et vous ne possédez pas de véhicule à titre personnel
  • vous ne disposez pas de transport en commun à proximité de votre domicile et/ou lieu de travail et/ou vos horaires de travail ne vous permettent pas d’en bénéficier.

 

Si vous réunissez ces conditions, rapprochez-vous de votre référent Proch’Emploi ou contactez le numéro vert au 0 800 02 60 80


« En route pour l’emploi » : le dispositif évolue !

Pour aider toujours plus de demandeurs d'emploi et de jeunes à trouver un travail, la Région fait évoluer son dispositif "En route pour l'emploi".

Vous connaissez "En route pour l'emploi" ? Le principe : une voiture est mise à disposition par la Région, pour 2€ par jour, à tout demandeur d'emploi qui a retrouvé un emploi et qui ne dispose pas de moyen de locomotion pour effectuer ses trajets domicile-travail. Ce dispositif, lancé en janvier 2017, a déjà permis d'accompagner des dizaines de demandeurs d'emploi dans leurs projets d'insertion professionnelle.

Aujourd'hui, la Région va encore plus loin et fait évoluer cette formule sur-mesure pour être encore plus efficace : les jeunes titulaires d’un contrat par alternance ou d’un contrat d’apprentissage pourront également bénéficier d'une voiture du parc automobile régional, pour le même montant.

Autre nouveauté : la Région signe une convention de partenariat inédite avec Toyota France. Le groupe, implanté dans le Valenciennois et dont le site de production emploie 3 600 salariés, s'engage pour le succès d'"En route pour l'emploi". En devenant partenaire de la Région, Toyota met à disposition 10 voitures Yaris, produites dans les Hauts-de-France.

"En route pour l'emploi" : vous souhaitez en bénéficier ?

Pour pouvoir disposer d’un véhicule de prêt, vous devez :

  • être inscrit à Pôle Emploi et/ou à Proch’Emploi
  • justifier auprès de Proch’Emploi que votre demande est en lien direct avec votre projet d’insertion professionnelle
  • déposer votre demande au cours de votre période d'essai
  • vous avez retrouvé un emploi - contrat CDD de 3 mois et plus, CDI temps partiel ou complet, contrat par alternance ou contrat d’apprentissage - dont le salaire n’excède pas le montant de 1 800 € bruts mensuel
  • posséder le permis de conduire B en cours de validité et ne pas avoir de véhicule à titre personnel
  • limiter vos déplacements au territoire de la Région Hauts-de-France

Vous souhaitez bénéficier du dispositif ? Contactez Proch'Emploi au 0 800 026 080

Partager

Send this to a friend