Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type

Une usine de bacs batteries ouvrira à Ruitz avec 270 emplois à la clef !

Première région automobile de France, les Hauts-de-France se positionnent également en leader de l’industrie automobile de demain avec l’implantation des trois futures gigafactories de production de batteries.

Notre région accueille les trois premières usines françaises de fabrication de batteries et de leurs composants : ACC (Automotive Cell Company) à Douvrin en 2023, AESC Envision à Douai en 2024 et Verkor à Dunkerque en 2025. Ces équipements indispensables pour accompagner la mutation électrique de l’industrie automobile devraient créer au total près de 7 500 emplois directs et 15 000 emplois indirects.

Sans oublier le recyclage 

Au-delà de la fabrication des batteries, l’enjeu de leur recyclage est un rendez-vous que la région Hauts-de-France ne doit surtout pas manquer. En témoigne l’accompagnement de la Région autour des projets innovants de recyclage des batteries via rev3. Cette nouvelle filière d'économie circulaire créera également plusieurs centaines d'emplois.


Les Hauts-de-France, première région de production automobile de France

Avec plus de 56 000 salariés dans le secteur et quelque 700 000 véhicules construits chaque année, les Hauts-de-France sont la première région automobile de France. Région leader donc, les Hauts-de-France sont également une Région qui se transforme dans sa dynamique rev3.

Le saviez-vous ? Plus de 30 % des véhicules produits chaque année en France sont made in Hauts-de-France ! Notre région compte en effet trois constructeurs mondiaux (Toyota, Renault et Stellantis) présents sur 7 sites de construction, et plus de 550 fournisseurs, sous-traitants et prestataires automobiles.

Au total, plus de 56 000 salariés produisent donc annuellement :

  • 700 000 véhicules
  • 1,4 million de boîtes de vitesses
  • 610 000 moteurs.

Une région idéale pour les constructeurs comme pour les équipementiers

Les Hauts-de-France occupent une position géographique particulièrement intéressante. La moitié de la production européenne de véhicules et 2/3 des constructeurs européens se trouvent dans un rayon de 600 km autour de la région. Cette concentration donne accès à une très grande variété de sous-traitants : 200 équipementiers sont présents dans les Hauts-de-France, ce qui permet de réunir l'ensemble de toutes les activités liées à l'automobile.

En route vers l'automobile et les emplois de demain

Historiquement leader en termes d'industrie automobile traditionnelle, les Hauts-de-France et ses entreprises se transforment pour rester à la pointe. Alors que l'on sait que la transition écologique passera par la réduction des émissions de gaz à effets de serre des véhicules, la Région soutient le développement des entreprises dans le domaine de l'électromobilité. Ainsi, de la fabrication de batteries nouvelles générations à celles de bornes de recharge rapide, des entreprises telles que DBT, Envision ou ACC font et renouvellent le choix du made in Hauts-de-France. L'implantation de ces trois gigafactories devrait permettre la création de quelque 7 500 emplois directs et 15 000 emplois indirects notamment dans la filière de recyclage de batteries.


Douvrin : GigaFactory fabriquera les batteries du futur

Le site de la Française de mécanique à Douvrin (62) va accueillir l'usine GigaFactory, qui fabriquera les batteries des véhicules électriques. Les élus de la Région ont voté une délibération accordant 80 millions d'euros à ce projet.

La filière automobile garde de belles perspectives dans les Hauts-de-France. La région s'apprête à accueillir à Douvrin (62) la société Automotive Cells Compagny, dont l'usine "GigaFactory" fabriquera des batteries pour véhicules électriques.

2 000 emplois espérés à terme

Détenue par le constructeur automobile PSA et le groupe SAFT (filiale du groupe Total), cette unité devrait assurer une capacité de production de 24 GWh à échéance 2030, avec à la clé 2 000 emplois directs espérés. Son arrivée sera également synonyme de requalification d'une partie du site existant (15 hectares de bâtiments sans usage et 30 hectares de terrains).
Cet investissement permettra aux Hauts-de-France de porter une partie de cette dynamique européenne en matière d'énergies automobiles alternatives. Voué à un accroissement considérable, le marché des batteries électriques est actuellement concentré dans les mains d'acteurs asiatiques.

Environnement et développement technologique

Sur le plan environnemental, l'implantation de cette nouvelle activité contribuera à la dynamique en faveur de la réduction des gaz à effets de serre et la lutte contre le réchauffement climatique. Au-delà de la production elle-même de batteries, qui devrait débuter fin 2023-début 2024, elle permettra aussi d'appuyer sur le volet "recherche" avec un axe de développement de nouvelles générations de cellules et de modules qui seront intégrés demain à ces batteries électriques.


Douaisis : concertation sur le projet d’usine de production de batterie

Préalablement au début des travaux de construction de l'usine Envision AESC qui devrait créer entre 1000 et 1200 emplois, une concertation publique est organisée du 8 novembre 2021 au 10 janvier 2022.

Envision AESC est leader mondial dans la production de batteries pour les véhicules électriques. Le projet porté par l'entreprise et soutenu par la Région Hauts-de-France vise à construire puis exploiter une usine de fabrication d’électrodes, cellules et de modules de batteries pour voitures particulières et véhicules utilitaires légers électriques, pour camions électriques et, éventuellement, pour stockage électrique stationnaire.
Le projet d’usine est localisé sur des terrains appartenant actuellement au groupe Renault, sur les communes de Cuincy, de Lambres-lez-Douai et de Brebières. La surface totale de la future installation représente une superficie d’environ 20 hectares et pourra atteindre 60 hectares ou plus, tout en se limitant à l’emprise actuelle de l’usine Georges Besse de Renault. Les modules de batteries fabriqués par Envision AESC seront destinés dans un premier temps au groupe Renault qui réalisera leur montage en batteries puis à d’autres constructeurs automobiles.

Un avis ? Une question ? Des propositions ?

Préparation du site, travaux, emploi, enjeux de sécurité, démarche environnementale, impacts sur la fiscalité locale, retombées sur le territoire… du 8 novembre 2021 au 10 janvier 2022, une concertation préalable est organisée au titre de l’article. L.121-9 du code de l’environnement. Pour accéder au dossier de concertations, donner votre avis ou poser une question, rendez-vous sur www.concertation-envision-aesc.fr.
Des réunions publiques se tiendront ponctuellement et seront retransmises en direct sur le site internet de la concertation avec la possibilité de participer en posant des questions à distance.

Périmètre de la concertation

Le périmètre de la concertation préalable sur le projet englobe les 35 communes de la Communauté d’agglomération de Douai (Douaisis Agglo), les 36 communes qui ne sont pas membres de Douaisis Agglo mais appartiennent à la zone d’emploi de Douai ainsi que les 14 communes de la Communauté d’agglomération de Hénin-Carvin. Cela représente au global 90 communes, soit plus de 360 000 habitants.


Batteries : Verkor s’implante à Dunkerque !

Verkor va créer la première Gigafactory de cellules de batteries bas carbone de France, dans les Hauts-de-France, à Dunkerque. Une très bonne nouvelle pour l’emploi et une véritable reconnaissance pour la Région qui a fait le choix de soutenir le développement d’une grande filière de la batterie, portée par les perspectives et la croissance du marché du véhicule électrique.

Ce sera Dunkerque !  En compétition avec d’autres sites dans d’autres Régions, les Hauts-de-France se réjouissent du choix de Verkor pour l’implantation sur son territoire de la 1ère Gigafactory de cellules de batteries bas carbone en France. "Cette annonce constitue une reconnaissance de notre stratégie économique et de notre engagement dans rev3, la troisième révolution industrielle", commente Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France.

Avec un investissement total de près de 2,5 milliards d’euros et un potentiel à terme de près de 2 000 emplois directs et 5 000 emplois indirects, l’arrivée de Verkor dans le Dunkerquois préfigure aussi la constitution dans notre région d’une véritable vallée de la batterie sur l’axe Dunkerque-Douvrin-Douai.

La filière batterie en Hauts-de-France, une filière d’avenir

 Première région française de production automobile, les Hauts-de-France ont fait le choix en effet de soutenir le développement d’une grande filière de la batterie, portée par les perspectives et la croissance du marché du véhicule électrique. "Le marché des voitures électriques, en constant développement, ne doit pas échapper aux entreprises françaises au profit de l’Asie. Pour les Hauts-de-France, mais plus largement pour la France et l’industrie automobile, il est essentiel de défendre notre industrie", affirme Xavier Bertrand.

La Région sera donc bien sûr au rendez-vous en s’engageant à hauteur de 60 millions d’euros pour soutenir cette implantation et la création d’emplois, aux côtés du Grand Port Maritime de Dunkerque, de la Communauté Urbaine et des différents acteurs. Le démarrage de l’activité est prévu en 2025.

 

 


Dunkerque : les recrutements pour la gigafactory Verkor vont commencer

Début février, l'entreprise Verkor annonçait avoir choisi Dunkerque pour la construction de sa première gigafactory de cellules de batterie bas-carbone. Aujourd'hui, le projet se précise et les personnes qui souhaiteraient intégrer l'usine lors de sa mise en service peuvent se manifester.

C'est une bonne nouvelle pour l'économie de la région et pour l'emploi ! Première région de France pour la production automobile, les Hauts-de-France sont en effet mobilisés pour que notre territoire soit demain le leader de l'électromobilité.

Opérateurs, ingénieurs, techniciens… 1200 emplois à pourvoir

Dès 2025, la gigafactory Verkor créera 1 200 emplois directs et plus de 3 000 emplois indirects ! Une campagne de recrutement conséquente qui débutera vraiment début 2023 mais que Verkor commence déjà à préparer.

Opérateurs, ingénieurs, techniciens, services support… les personnes intéressées peuvent se manifester à l'adresse jobs.dunkerque@verkor.com et seront recontactés par le service recrutement de l'entreprise. Par ailleurs, des filières de formations spécifiques seront mises en place dans le territoire du dunkerquois dans les domaines de la batterie, la chimie ou l'électronique.

Une montée en puissance d'ici 2030

À l'issue de la phase de démarches administrative (concertation, permis de construire…), la construction de la gigafactory devrait commencer courant 2023 pour une mise en service et les premières livraisons de batteries à Renault au second semestre 2025. Et la capacité de production montera en puissance et évoluera de 16 GWh en 2025 à 50 GWh en 2030, ce qui générera de nouveaux emplois à pourvoir.


Des batteries et des emplois chez PSA Hordain

La Région accompagne la création d’un atelier d’assemblage de batteries à Hordain (59), appelé à créer 132 nouveaux emplois.

100% de véhicules électrique, hybrides ou à l’hydrogène d’ici 2025…C’est l’objectif que s’est fixé le constructeur automobile PSA, fortement implanté dans les Hauts-de-France avec 3 sites à Valenciennes (59), Douvrin (62) et Hordain (59).  Ce dernier fabrique des véhicules utilitaires pour l’ensemble des marques du groupe, Peugeot, Citroën, Opel, Vauxhall, ainsi que Toyota.

132 emplois créés

Pour atteindre cet objectif de 100% électrique, hybride ou hydrogène, le site de Hordain, avec la filiale du groupe SEVELNORD, souhaite se diversifier et investir massivement dans la création d’un atelier d’assemblage de batteries.

Un investissement de 8 700 000 euros sera ainsi effectué par PSA sur le site. La Région a décidé pour sa part d’accompagner ce projet à hauteur de 700 000 euros, pour lequel 132 nouveaux emplois seront créés.  Ces sommes serviront en particulier à la formation des nouvelles recrues, à la montée en compétence des salariés ainsi qu’à l’installation de ce nouvel outil de production.

 


La Région en action pour développer le recyclage des batteries

En février 2021, la Région Hauts-de-France a lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour le réemploi et le recyclage des batteries dans le cadre de la 3e Révolution industrielle. A ce titre, elle participe au financement de 4 projets initiés par des entreprises, des bureaux d’études ou encore des laboratoires.

La Région est à la pointe dans le domaine du recyclage des batteries. Deux usines de batteries vont ouvrir dans les Hauts-de-France à Douvrin et à Douai. Dans le cadre de la dynamique rev 3 (3e Révolution industrielle), la Région a lancé un appel à manifestation d’intérêt afin de favoriser le réemploi et le recyclage des batteries, levier de développement de l’économie circulaire et créateur d’emplois pour le territoire. Elle finance ainsi 4 projets pour un montant total de plus de 1,5 million d’euros.

L’objectif de cet AMI est de créer toute une filière, de la production au recyclage, dans les Hauts-de-France.

Entreprises, bureaux d’études, laboratoires… La Région est à leurs côtés pour développer l’économie circulaire

La Région accompagnera 4 projets innovants :

  • Le projet Agribat, porté par Lumiver Sarl, située à Seclin (59), qui reçoit plus de 2500 tonnes de déchets chaque année. Avec ce projet, cette société recyclera les batteries zinc-air, utilisées pour les clôtures électrifiées, qui pourraient représenter une alternative verte en devenant rechargeables. Un projet industriel à la pointe de l’innovation ;
  • Le projet d’études et de recherche et développement  Batters, du bureau d’études Weloop, basé à Loos-en-Gohelle (62), qui pour objectif d’accompagner les acteurs régionaux du secteur des batteries dans la compréhension, l’acquisition et la mise en application de la thématique d’économie circulaire ;
  • Le projet Boostbringback, de Neo Eco Developpement, à Hallennes-lez-Haubourdin (59). Celui-ci vise à lever les freins à la massification à la régénération des batteries automobiles usagées en France et plus généralement en Europe ;
  • Le Projet Tonso Bongo du laboratoire de recherche et de développement TND, basé à Quesnoy-sur-Deule (59), qui développera un procédé innovant dédié au recyclage des batteries lithium.

 


Mobilité en Hauts-de-France : accompagner la transition

C’est à Lille que BMW Group France a posé ses valises pour sa cinquième et dernière étape de son ReImagine Tour le 24 mars dernier afin d’analyser et de décrypter le comportement des Lillois et des habitants de la région Hauts-de-France en matière de mobilité. On vous en dit plus.

"Quels sont les habitudes de transports des habitants de Lille et des Hauts-de-France ?" "Quels sont les changements provoqués par la crise sanitaire et les enjeux environnementaux ?" Autant de questions auxquelles ont tenté de répondre les acteurs de la mobilité présents le 24 mars dernier.

Après Paris, Strasbourg, Lyon et Toulouse, c’est à Lille que s’est rendu le groupe BMW pour livrer les résultats d’une étude réalisée par Odoxa sur "le vrai visage de la mobilité de la région Hauts-de-France et l’agglomération lilloise". "Acteurs de la mobilité, industriels, collectivités et ONG, l’objectif de nos échanges ce matin est de pouvoir travailler tous ensemble et de co-construire une stratégie ambitieuse pour faire de la transition un succès d’un point de vue économique et environnementale, et aussi pour répondre aux besoins des voyageurs", a présenté Vincent Salimon, PDG du groupe BMW France.

95 % des habitants des Hauts-de-France se déplacent en voiture

L’étude Odoxa-BMW Group France révèle que les modes de transport se sont diversifiés à Lille et en région. La voiture, reste toutefois le mode de transport plébiscité, 95 % en Hauts-de-France et 92 % à Lille. Et pourtant la voiture est en proie à de nombreux bouleversements.

Pour rappel, les Hauts-de-France sont la première région de production automobile de France. Le secteur représente plus de 56 000 emplois . "C’est pourquoi, il est important d’accompagner cette industrie dans la transition énergétique, primordiale pour préserver l’environnement et pour l’avenir de nos enfants, précise Xavier Bertrand. La Région accompagnera les entreprises du secteur mais aussi la transformation des métiers et des formations pour faciliter l’accessibilité de tous", conclut-il.

Cela se traduit notamment par le soutien de la Région aux véhicules électriques et plus précisément à l'implantation d'usine de batteries comme la Gigafactory prévue à Douvrin ou Verkor dans le Dunkerquois.

Mais le vélo s'impose de plus en plus

Avec la crise sanitaire, tous les modes de transport ont eu tendance à reculer mis à part... le vélo ! En effet, 67 % des habitants de la région et de Lille déclarent se déplacer plus souvent à vélo qu’avant la crise, contre 64 % dans les quatre autres régions concernées par l’étude. Une petite révolution dans la mobilité douce que la Région accompagne avec un plan vélo ambitieux et la mise en place de véloroutes voies vertes sur tout le territoire.

Crédits et mentions légales