Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Contenu principal de la page
Article publié le 03/09/2023
Mis à jour le 04/09/2023

À lire aussi

Fermer

Les Hauts-de-France prêts pour la rentrée

Des bâtiments rénovés, des dispositifs adaptés aux 217 000 lycéens, 72 000 apprentis et 250 000 étudiants de la région : les établissements d’enseignement du territoire sont parés pour l’année 2023-2024.

Offrir les meilleures conditions d’enseignement à tous les jeunes des Hauts-de-France, les former aux métiers de demain, lutter contre le harcèlement scolaire et soutenir le pouvoir d'achat des jeunes et des familles,  sont les ambitions de la Région pour cette rentrée 2023 ! Ainsi, la Région s'engage à soutenir et accompagner les apprentis, les étudiants et les lycéens tout au long de leur parcours de formation.

Car l’avenir des Hauts-de-France ce sont eux !

Face au fléau du harcèlement scolaire, la Région agit !

"Face aux difficultés de la vie, la Région mobilise également des aides exceptionnelles et s’engage dans une démarche ambitieuse de prévention pour la santé physique et mentale des jeunes. La Région Hauts-de-France a par ailleurs considérablement renforcé son arsenal de prévention et de lutte contre le fléau que représente le harcèlement scolaire. Ces actions, conduites au plus près de tous dans les territoires, doivent ainsi permettre à tout jeune des Hauts-de-France, qu’il soit lycéen, apprenti ou étudiant, de savoir qu’il peut compter sur le soutien sans faille de la Région." précise Xavier Bertrand, Président de Région

Ainsi, la Région s’engage davantage dans la lutte contre le harcèlement scolaire. Consciente de la nécessité d’agir dans le domaine des violences faites aux enfants, la Région s’est positionnée comme territoire pilote pour développer et accueillir sur les plateformes d’enseignement (ENT) des établissements Hauts-de-France “NEO”, un dispositif d’information et/ou d’alerte, permettant aux élèves de signaler facilement des faits de violences rencontrés.

Suite aux travaux de recherche menés en partenariat avec l’ensemble des acteurs de terrain, il est apparu qu’il fallait agir sur la mise en relation, la sensibilisation et l’information. Le projet a ainsi été baptisé “Violences, parlons-en”.

Il a alors été décidé la création d’un “parcours utilisateur” qui comprend une page d’information personnalisable par établissement, à plusieurs niveaux (national, territorial et local) mise à disposition dans l’ENT Hauts-de-France “NEO.

La santé des jeunes une priorité régionale !

La santé des jeunes est une priorité de la politique régionale des Hauts-de-France. De nombreux jeunes renoncent aujourd’hui à des soins ou à des achats de première nécessité pour des raisons financières. La Région met en place des actions et dispositifs de prévention et d’éducation pour les aider à préserver leur santé, mentale ou physique.

Mais également pour continuer de favoriser l'accès aux formations sanitaires et sociales aux jeunes, la Région continuera d’agir en soutien aux étudiants de ces métiers essentiels dans un secteur en tension et qui recrute.

Futurs éducateurs spécialisés, infirmiers ou encore masseurs kinésithérapeutes… la Région apporte son aide aux étudiants qui préparent un diplôme du secteur sanitaire et social (SASO). Ces formations qui peuvent mener jusqu’au Bac +5 sont accessibles à tous : jeunes en poursuite d’étude, adultes en reconversion… Certaines d’entre-elles peuvent même être préparées par la voie de l’apprentissage.

Des transports plus sûrs qui préservent le pouvoir d'achat des familles

"Tout est en place pour ne pas revivre les difficultés de l’an dernier", positive le vice-président aux Transports Franck Dhersin à l’heure d’assurer la rentrée des classes. Qu’il s’agisse de transport en car ou en TER, la mobilisation des partenaires a été assurée en amont et les moyens ont été mis pour disposer des effectifs nécessaires au bon fonctionnement du réseau de transport régional. Le transport, par exemple, concerne 215 000 enfants quotidiennement et représente 1 million d’euros investis chaque jour par la Région.

La Région finance également des tarifs et abonnements adaptés aux situations et besoins de chacun :

  • Ma carte TER Hauts-de-France : à 15 € par mois pour les moins de 26 ans, elle offre 50 % de réduction pour les voyages de la personne titulaire ainsi que ceux de 3 accompagnants,
  • Mon abo étudiant TER Hauts-de-France : il offre la gratuité pour les étudiants boursiers et jusqu’à 88 % de réduction pour les étudiants non boursiers, jusqu’à 26 ans.

Ainsi, les jeunes et leurs familles bénéficient de la gratuité des autocars scolaires et ne paient en réalité que 20% du coût réel d'un billet TER.

Des lycées opérationnels

L’été 2023 a été l’occasion, dans les lycées publics, de mener un certain nombre de chantiers. De Maubeuge à Abbeville, de Béthune à Château-Thierry en passant par Péronne, l’ensemble du territoire est concerné. Des "petits" travaux courants, mais aussi des requalifications plus importantes, pour un montant total de 170 millions d’euros. "Tous menés avec à l’esprit une amélioration énergétique", appuie la vice-présidente Manoëlle Martin. Parmi ces grands chantiers, évoquer l’ouverture de l’École européenne Lille Métropole, à Marcq-en-Barœul, qui ouvre ses portes aux lycéens après un investissement multi-partenarial de 27 millions d’euros. L’accompagnement régional pour les lycéens, c’est également la Carte Génération #HdF, qui comprend notamment une aide financière à l’achat de fournitures scolaires, et des aides complémentaires sur l’internat ou la restauration. C’est aussi la lutte active contre le harcèlement scolaire, pour laquelle un plan d’actions sera prochainement établi.

L’apprentissage en flèche

Passer de 48 000 à 72 000 en trois ans : les effectifs dans l’apprentissage traduisent l’intérêt grandissant (y compris dans les formations du supérieur) de cette voie professionnelle. "Il est de bon ton d’être apprenti en Hauts-de-France au regard de ce qu’on fait", assure le vice-président Arnaud Decagny. La région compte 900 formations diplômantes, réparties sur 548 sites (gérés par 152 CFA), qui garantissent une insertion professionnelle dans des filières qui recrutent. L’effort sera tout de même maintenu puisque malgré la forte représentation des métiers de services, du BTP ou de la restauration, les entreprises disposent toujours de postes à pourvoir.

"La Région Hauts-de-France poursuit l’accompagnement de cette dynamique, véritable opportunité pour nos jeunes d’apprendre un métier qui leur plaît, de s’insérer dans la vie professionnelle mais également aux entreprises de transmettre leur savoir-faire" conclu le vice-président Arnaud Decagny.

L’attractivité de l’enseignement supérieur

Soigner au mieux les conditions de vie des 238 000 étudiants pour leur permettre de réussir leurs études : c’est un engagement régional qui pèse 80 % du budget de fonctionnement régional sur cette thématique (des aides régionales aux emplois étudiants en passant par l’aide à la restauration ou au Fond social d’urgence). À l’heure de fêter les 10 ans du dispositif PRREL (Programme régional de réussite en études longues), la Région soutient parallèlement la constitution de campus attractifs et ambitieux. En témoignent les financements de la réhabilitation de la Bibliothèque Universitaire des sciences humaines et sociales de l’Université de Lille - 27 millions d’euros - ou les 9,4 millions d’euros engagés dans le Plateau Technique Santé de l’Université de Picardie J.Verne, sur le campus du Thil à Amiens.

"La Région a un rôle de chef de file et met en œuvre les conditions pour la réussite de ses étudiants. Elle doit relever trois défis : la lutte contre le décrochage, l’internationalisation des étudiants et améliorer les conditions de vie au sein des campus pour permettre une bonne insertion professionnelle des jeunes", explique le vice-président Daniel Leca.

Maintenir le pouvoir d'achat des jeunes

La Carte Génération #HDF

Si vous êtes lycéen ou apprenti, demandez votre carte Génération #HDF 2022-2023 pour préparer la rentrée qui approche !

  • Si vous êtes lycéen, vous pouvez bénéficier de 100 euros la première année et 55 euros les suivantes pour financer vos manuels scolaires ou les équipements nécessaires à votre scolarité. Cette allocation est utilisable dès la validation ou revalidation de votre carte par votre établissement.
  • Si vous êtes apprenti, vous pouvez bénéficier en première année d'une aide de 200 euros pour financer vos manuels ou votre équipement professionnel, à utiliser dans les six mois suivant la validation de votre carte par votre CFA ou sa revalidation si vous changez de formation.

Plus d’informations ici.

L’aide au permis de conduire

Avoir son permis de conduire, c’est l’un des premiers moyens d’accéder à l’autonomie, à la formation et à l’emploi. C’est aussi une façon de soutenir le pouvoir d’achat des jeunes et de leurs familles.

Mise en place en juillet 2021, l’aide au permis de conduire s’adresse aux jeunes de moins de 30 ans et aux parents isolés sans limite d’âge. Elle est également accordée sous conditions de revenus aux demandeurs d’emploi, aux apprentis ou aux stagiaires de la formation professionnelle.
La Région s’engage à financer 90 % du coût de la préparation aux épreuves théorique (code) et pratique (conduite) du permis de conduire B, ou seulement pour la préparation de l’épreuve pratique (conduite) si l’épreuve théorique (code) a déjà été obtenue, dans la limite de 1 350 euros.

Depuis son lancement, ce sont près de 6 000 jeunes de moins de 30 ans qui ont pu en bénéficier. L’aide individuelle moyenne accordée - sous conditions et selon les éléments de la demande - avoisine un montant de 944 euros.

Retrouvez ici toutes les infos sur l’aide au permis de conduire.

Les aides aux transports, à l’hébergement et la restauration des apprentis

En tant qu’apprenti, vous pouvez bénéficier d’aides pour soutenir votre pouvoir d’achat et vous permettre de suivre votre formation dans les meilleures conditions.

  • Il existe une aide financière au transport comprise entre 0 à 200 euros en fonction de la distance parcourue entre votre domicile et votre CFA.
  • La Région vous facilite le recours à l'hébergement et pour contribuer à vous éviter des déplacements trop importants au détriment des conditions de suivi de la formation. Le montant de l’aide est forfaitaire et fixé à 80 € par bénéficiaire et par année de contrat.

Vous pouvez également bénéficier d’une aide de 100 € pour compenser une partie de vos frais de restauration.

L’aide à la restauration pour les étudiants boursiers

Cette aide s’adresse aux boursiers de l'échelon 4, 5, 6, 7 ou aux étudiants en difficulté, sur proposition des services sociaux du Crous. Elle prévoit l'utilisation d'un repas par service, c'est-à-dire un repas au déjeuner et/ou un repas au dîner, jusqu'à 100 repas sur l'année universitaire (50 repas par semestre).

Retrouvez ici toutes les infos sur l’aide à la restauration pour les étudiants boursiers.

Fonds Régional d’Aide d’Urgence

Grâce à un partenariat avec les CROUS, la Région a mis en place le FRSU qui vise à apporter rapidement une aide financière personnalisée aux étudiants en difficulté. Elle permet de répondre à des problématiques diverses : logement (recherche, dette), financement (frais d’études, scolarité…), vie quotidienne (alimentation, transport, endettement), relations familiales (difficultés, rupture familiale…), santé (mutuelle, soins).

Les étudiants peuvent prendre rendez-vous tout au long de l’année universitaire avec une ou un assistant(e) du CROUS qui a la connaissance des réalités universitaires et des modalités d’intervention précises et ciblées. Leur dossier de demande sera évalué et étudié par la commission d’aide spécifique auquel la Région participe.

1 900 étudiants ont bénéficié de cet accompagnement d’urgence l’année dernière pour plus de 2 400 aides accordées.

Plus d’informations sur ce dispositif

La bourse Mermoz pour l’année universitaire 2022-2023

La Région renouvelle le dispositif de bourse Mermoz pour les mobilités internationales effectuées dans le cadre de l’année universitaire 2022-2023.

L’objectif : apporter un soutien financier aux étudiants qui se lancent dans l’aventure d’étudier ou de faire un stage à l’étranger. Pour bénéficier de l’aide régionale, vous pouvez déposer un dossier via la plateforme aides.hautsdefrance.fr

Le dispositif intègre maintenant une dimension "handicap" avec 25% de bonification sur la bourse et 100 euros de frais de voyage en plus pour les boursiers. La Région octroie pour ces bourses Mermoz une enveloppe de 3 millions d’euros.

Plus d’infos.

Bourse d’excellence

La Région Hauts-de-France propose une bourse d’excellence à destination des jeunes de la région qui réalisent une période d’études au sein d’un établissement d’enseignement supérieur de renommée internationale.

Il s’agit de valoriser les parcours d’excellence des jeunes des Hauts-de-France et d’en faciliter la concrétisation en leur accordant une aide financière.
Pour cette rentrée universitaire, la Région a voté un budget de 45 000 euros pour ce dispositif, ce qui permettra de soutenir environ 9 étudiants du territoire dans leur parcours d’excellence.

Les conventions de stage Proch’Orientation

Vous souhaitez faire un stage dans une entreprise en dehors de votre formation et votre établissement ne peut pas vous délivrer une convention ? Pas de panique, grâce au dispositif de la Région Hauts-de-France mis en place par la mission Proch'Orientation, c’est désormais possible.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le guide des aides.

Des aides complémentaires pour les jeunes en difficulté

La Région met en place des aides complémentaires pour les jeunes en difficulté. Elle intervient dans l’Aide à l’Interruption Scolaire Temporaire en accompagnant trois structures associatives qui suivent les parcours des jeunes ne pouvant pas se rendre dans un établissement scolaire pour raisons de santé. L’objectif : permettre aux élèves de garder un lien avec le milieu scolaire et éviter les sorties du système scolaire.

Tout élève d’un établissement scolaire des Hauts-de-France, dont la scolarité est interrompue momentanément, ou durablement perturbée, pour raison médicale (maladie, accident, maternité…) et pour une période supérieure à deux semaines, peut être aidé. Des cours individuels sont organisés au chevet des élèves, la plupart du temps à domicile. Cependant, si la situation l’exige, ces cours peuvent également se dérouler à l’hôpital, dans un centre de rééducation fonctionnel ou dans un lieu “tiers” (médiathèque, locaux de l’association…). Le nombre d’heures dispensées (18 heures en moyenne par élève) varie selon l’état de santé de l’élève.

En 2022, 214 lycéens ont été accompagnés pour un budget de 30 000 €.

Le dispositif “épicerie solidaire”

La vie associative et extra-scolaire demeure essentielle au bien-être et à l’équilibre de tous et notamment des étudiants. La Région propose notamment un accompagnement financier pour les actions et projets liés aux épiceries solidaires permettant aux étudiants en difficulté d’accéder à des produits variés et de qualité, à prix réduits. L’aide régionale peut atteindre 10 000 €.

Retrouvez toutes les aides à destinations des jeunes sur https://generation.hautsdefrance.fr/aides

Crédits et mentions légales