Contenu principal de la page
Article publié le 23/05/2023
Mis à jour le 23/05/2023

Céline Sirbu, une reconversion réussie !

Ex aide-soignante, Céline s’est reconvertie et dirige depuis septembre sa propre boucherie certifiée "Artisan en Or". Un succès made in Hauts-de-France.

Une reconversion professionnelle vers un métier en tension : c’est le défi - en passe de réussir - qu’a voulu se lancer Céline Sirbu.

1ère artisan en Or des Hauts-de-France

Formée aux petits boulots, aux métiers de l’esthétique, mais aussi et surtout à ceux d’infirmière/aide-soignante en Ehpad, elle a pris un virage en se lançant dans les métiers de bouche : cette maman de 33 ans dirige sa propre enseigne de boucherie-charcuterie-traiteur. Lauréate 2023 du concours régional Galette en’Or, elle vient surtout d’être labellisée "Artisan en Or" par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, la seule des Hauts-de-France (et deuxième en France) !

Un accomplissement personnel

De son propre aveu, ce n’est pas rien. "Même si j’aime tout ce qui touche à la cuisine, je ne connaissais personne dans ce domaine. Pour des raisons personnelles, j’ai choisi de changer de voie. J’ai passé des diplômes (*), tenté de multiplier les expériences. Mais il faut admettre qu’être une femme dans ce milieu assez fermé, ça n’est pas facile non plus !"

Après s’être formée dans différentes enseignes de boucheries et de grande surface, Céline va finalement atteindre son objectif : elle a racheté une boucherie de quartier, à Lille-Hellemmes, dont le prédécesseur vendait le fonds de commerce après 37 ans d’activité. "Nous avons travaillé ensemble et le passage de relais s’est très bien passé. Depuis, on a pu installer une bonne routine dans le fonctionnement, c’est une boucherie à taille humaine qui me permet de développer mon projet", témoigne celle qui a aussi apporté sa touche dans la décoration et l’aménagement de l’espace de vente.

Produits de qualité et clientèle fidèle

Depuis septembre 2022, Céline dirige donc son enseigne et compte un employé-chef boucher. "Le contexte économique est difficile, on le ressent dans la clientèle. On souffre aussi nous-mêmes des coûts de l’énergie. Mais on garde l’identité qu’on veut développer avec des produits de qualité, du "fait maison" quasiment à 100%, des recettes qu’on entretient de notre prédécesseur, d’autres plus innovantes. On retrouve une clientèle composée de fidèles qu’on espère renforcer".

Un bel exemple de reconversion professionnelle que soutient la Région Hauts-de-France, qui s’engage au plus près des habitants dans ses politiques de formation, de soutien à l’emploi et au développement économique.

(*) Céline est notamment titulaire d’un CAP et d’un Brevet Professionnel Boucherie ainsi qu’un CAP Charcuterie-Traiteur.
Crédits et mentions légales