Contenu principal de la page
Article publié le 03/02/2022
Mis à jour le 03/02/2022

Sécurité : la Région va aider les communes à s’équiper de caméras

Après avoir développé la généralisation de la vidéoprotection dans les gares et leurs abords pour sécuriser les usagers du train, ainsi que dans les lycées, la Région souhaite aujourd’hui poursuivre son action en aidant les communes désireuses de s’équiper de caméras.

En Hauts-de-France, la sécurité des habitants est une priorité.  Après avoir développé la généralisation de la vidéoprotection dans les gares et leurs abords pour sécuriser les usagers du train, ainsi que dans les lycées, la Région souhaite aujourd’hui poursuivre son action en aidant, dans un premier temps, les communes et leurs groupements de moins de 20 000 habitants désireuses de s’équiper de caméras.

La sécurité, priorité régionale

La sécurité des habitants est une préoccupation majeure de la Région. C’est pourquoi, elle finance depuis déjà plusieurs années l’installation de caméras de vidéoprotection dans les gares et dans les haltes, mais aussi dans les lycées des Hauts-de-France. Aujourd’hui, la Région Hauts-de-France va plus loin en votant un nouveau dispositif destiné à aider les communes de moins de 20 000 habitants qui le souhaitent à s’équiper de caméras de vidéoprotection pour sécuriser leur espace public.

En milieu urbain et rural

La délinquance n’épargne en effet aucun territoire, que ce soit en milieu urbain ou rural. Pour aider ces communes et ces groupements de communes à s’équiper, la Région Hauts de France vient de décider de consacrer une enveloppe de 2 millions d’euros. Ce budget permettra de financer jusqu’à 30 % des dépenses effectuées par les municipalités et leurs groupements pour s’équiper de caméras, ainsi que des systèmes de stockage d’images, de raccordement aux réseaux et des écrans de contrôle.  Cette aide pourra atteindre jusqu’à 30 000 euros.

1ère étape d’une politique globale sur la vidéoprotection

Ce nouveau dispositif qui concerne les communes de moins de 20 000 habitants est une première brique d’une politique beaucoup plus large consacrée à la vidéoprotection. La Région souhaite en effet voter avant l’été une deuxième délibération pour élargir le dispositif à des projets plus importants et aux intercommunalités.

Christophe Coulon, vice-président de la Région en charge de la ruralité et de la sécurité, estime même pouvoir s’appuyer sur réseau de fibre optique pour déployer la vidéoprotection. Pour rappel, en 2023, les Hauts-de-France seront entièrement fibrés, ce qui fera de la Région la première de France (sans compter l’Ile-de-France qui ne présente pas la même densité de population, ndlr).

Crédits et mentions légales