Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Article publié le 16/10/2020
Mis à jour le 16/10/2020

À lire aussi

Les Hauts-de-France en route pour l’agro-écologique

D’ici à 2025, un quart de notre agriculture sera agro-écologique. C’est en tout cas l’ambition du "Plan Agro-écologie Hauts-de-France 2020-2025" initié par La Région et ses partenaires.

Marc Lefebvre, agriculteur à Guînes (62), a opté pour l’agro-écologie depuis plus de vingt an. Pour lui, "c’est une réflexion globale, qu’on intègre à l’ensemble du système d’exploitation. Ce n’est pas seulement un changement d’outil, c’est un système pensé sur le long terme, mais qui a des effets dès lors qu’on le met en place".

Pour les années à venir, l’enjeu de l’agro-écologie réside dans le fait de combiner performance économique, environnementale et sociale. Il s’agit de transformer l’agriculture en lui donnant un avantage compétitif basé sur la valeur ajoutée, la qualité et la durabilité de ses productions, tout en s’adaptant aux exigences de la société. Autrement dit : rendre les exploitations rentables en respectant davantage l’environnement.

C’est tout l’enjeu du "Plan Agro-écologie Hauts-de-France 2020-2025" initié par la Région avec l’Etat, la Chambre d’Agriculture des Hauts-de-France et d’autres partenaires. Ce plan représente un engagement auprès des agriculteurs pour les aider à mener la transition agro-écologique dans les Hauts-de-France d’ici 2025.

Une agriculture plus écologique en 2025

Le "Plan Agro-écologie Hauts-de-France 2020-2025", vient compléter les actions déjà en œuvre en faveur de l’agriculture et de l’environnement sur le territoire régional, en plaçant les agriculteurs au cœur du dispositif. L’objectif est de permettre à 25% des entreprises agricoles des Hauts-de-France de s’engager dans une démarche de transition agro-écologique sur un horizon de 5 ans. Ceci entre dans la réflexion de Marc Lefebvre, "il faut intégrer à ce concept la notion de territoire. Il est évident que si l’ensemble du territoire faisait la même chose on serait plus efficace", déclare-t-il, précisant également que "la base de l’agro-écologie, c’est la conservation des sols pour endiguer l’érosion. On met aussi en synergie tout ce que la nature a à nous offrir et on voit comment on peut la mettre à notre service".

Un enjeu de taille

Quand on sait que l’agriculture occupe les deux tiers du territoire régional, on mesure l’enjeu que ce changement de système représente. Un enjeu à la fois environnemental et économique : l’agriculture emploie dans les Hauts-de-France 110 000 femmes et hommes, dans 25 350 exploitations, 650 établissements agroalimentaires et 1 200 établissements de commerce. La filière représente en moyenne 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuels dont 30% sont issus de productions animales (viandes et lait). Le blé, la betterave sucrière et les pommes de terre représentent également des points forts pour l’agriculture régionale.

Une transition en 4 phases qui nous concerne tous

Ce plan a été élaboré en plaçant au centre de sa stratégie les agriculteurs. Ainsi, il a été pensé selon quatre principaux axes :

  • Accélérer la recherche, l’innovation et le transfert en faveur de la transition agro-écologique
  • Accompagner les agriculteurs dans l’adaptation et la reconception des systèmes de production
  • Impliquer et accompagner les filières et les territoires dans la transition agro-écologique et renouer le dialogue avec les citoyens
  • Observer et piloter l’agro-écologie en Hauts-de-France.

Ce plan s’adresse à six acteurs ciblés : les agriculteurs, les filières, les consommateurs et citoyens, le domaine de la recherche, les territoires et enfin les institutions. Nous sommes donc tous concernés.​

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*