Contenu principal de la page
Article publié le 11/05/2021
Mis à jour le 07/03/2022

Professeure Claire Mounier-Véhier : son combat pour le cœur des femmes

© Emmanuel Bonnet

Elle se définit comme "un pitbull de la prévention". Pleinement engagée pour la prévention des maladies cardio-vasculaires, la professeure Claire Mounier-Véhier mène son combat avec détermination depuis de nombreuses années. Objectif : préserver la santé des femmes.

Au départ, elle ne souhaitait pas emboîter le pas de son père, le professeur André Vacheron, un cardiologue reconnu, actuel président de l'Institut de France. Mais la vie en a décidé autrement. Diplômée en 1991 de la Faculté de médecine de l’Université de Lille 2, la professeure Claire Mounier-Véhier fit une rencontre décisive en la personne du professeur Alain Carré, qui acceptait de former des femmes au sein de son équipe et leur permettait de progresser professionnellement. C’est ainsi qu’elle se spécialisa dans le suivi de l’hypertension artérielle pendant la grossesse puis dans les facteurs de risques cardio-vasculaires à tous les âges de la femme, notamment au stade de la ménopause. "Je me suis aperçue que les maladies cardiovasculaires étaient la première cause de mortalité chez les femmes et que cette question était insuffisamment prise en compte par les pouvoirs publics. 200 femmes meurent encore chaque jour de maladies cardio-vasculaires, dont des femmes jeunes", explique-t-elle.

Une battante, sur tous les fronts

Cette cardiologue de 58 ans arriva à Lille en 1984. Elle est aujourd’hui chef du service de médecine vasculaire et hypertension artérielle à l’Institut Cœur Poumon du CHU de Lille. Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur, elle a été présidente de la fédération française de cardiologie de 2015 à 2019 : "une véritable école de la vie", selon ses mots. Elle a cofondé avec Thierry Drilhon, administrateur et dirigeant d’entreprises, le fonds de dotation Agir pour le Cœur des Femmes en février 2020, qui s'est fixé quatre missions médico-sociétales :

  • alerter et mobiliser toutes les énergies pour l’éducation des femmes sur leur santé cardio-vasculaire,
  • accélérer la prévention active en donnant accès à toutes les femmes au dépistage et aux soins,
  • former et associer l’ensemble des professionnels de santé en leur donnant les moyens nécessaires pour une prévention performante,
  • et accélérer la recherche médicale sur les spécificités des maladies cardio-vasculaires chez la femme.

La professeure Claire Mounier-Véhier n’a de cesse de parcourir la France pour donner des conférences au grand public, aux entreprises et aux professionnels de santé. Elle intervient aussi régulièrement dans les médias : "Il est indispensable de sensibiliser les femmes et de leur donner accès à l’information. Il faut qu’elles redeviennent actrices de leur propre santé, dans 8 cas sur 10, les maladies cardio-vasculaires peuvent être évitées par une bonne hygiène de vie, ce n’est pas une fatalité." Claire Mounier-Véhier est aussi l’auteur d’un ouvrage, "Mon combat pour le cœur des femmes" aux éditions Marabout.

Une médecine préventive plutôt que curative

"En Hauts-de-France, il existe une surmortalité cardiovasculaire prématurée, avant 65 ans de près de 40 % supérieure à la moyenne nationale, c’est une véritable crise médico-sociétale", souligne la professeure. Elle est ainsi à l’origine d’un projet, en cours d’expérimentation, en partenariat avec l’Agence régionale de santé Hauts-de-France (ARS), les Unions régionales de professionnels de santé Hauts-de-France (URPS) et le CHU de Lille : la mise en œuvre d’une consultation longue de dépistage des facteurs de risques cardio-vasculaires chez la femme à l’entrée dans la ménopause à l’âge de 50 ans.

Parallèlement, elle poursuit le développement d’un parcours de santé "Cœur Artères Femmes", initié il a quelques années à l’Institut Cœur Poumon du CHU de Lille, en s’appuyant sur les différents professionnels de santé – cardiologues, pneumologues, gynécologues, médecins généralistes, pharmaciens...  La prévention est le cheval de bataille de la professeure Mounier-Véhier. "La médecine curative coûte beaucoup plus chère que la médecine préventive. Or, si les femmes stoppent le tabac, apprivoisent le mauvais stress, mangent plus équilibré et pratiquent une activité physique régulière, elles peuvent se prémunir contre les maladies cardio-vasculaires. Il faut les informer, les sensibiliser et les responsabiliser. Les femmes ne doivent plus négliger leur santé, c’est un véritable acte citoyen. L’enjeu dès à présent et pour les années à venir est aussi d’inciter les entreprises à mettre en place des actions d’information et de prévention santé à destination de leurs salariés. Ensemble, nous pouvons être des colibris de la prévention, pour sauver la vie de 10 000 femmes d'ici 5 ans."

Avec Thierry Drilhon et Agir pour le Cœur des Femmes, elle a ainsi lancé les Bus du Cœur, qui feront escale en 2021 dans 6 villes de France, dont Lille et Marseille. " C’est une grande opération itinérante qui a  pour objectif de déployer des bus équipés dans les quartiers défavorisés des plus grandes villes de France et d’aller à la rencontre des femmes en situation de précarité sanitaire et sociale, afin de les remettre dans un parcours de santé." Plus d’informations sur www.agirpourlecoeurdesfemmes.com

 

 

 

 

 

Crédits et mentions légales