Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Contenu principal de la page
Article publié le 18/01/2023
Mis à jour le 18/01/2023

À lire aussi

Fermer

Carnaval de Dunkerque, c’est parti pour 3 mois !

De ses origines maritimes il y a 300 ans à la grande fête populaire qu'il est aujourd'hui, le Carnaval de Dunkerque est l'évènement festif carnavalesque le plus important d'Europe. Petite histoire et revue des usages de bases à respecter pour y participer.

Clet’che, bandes, bals, cliques, tambour major, harengs et cantate à Jean Bart… À Dunkerque, le mardi gras marque la période du plus célèbre carnaval de France. Pendant 23 jours, jusqu’à la mi-avril, des centaines de joyeux "carnavaleux " défilent dans les rues de la cité de Jean Bart le jour, et se retrouvent dans les bals la nuit.

Depuis son origine au 17e siècle, le carnaval de Dunkerque est un carnaval de marins. Il s’agissait alors pour les riches armateurs d’offrir aux pêcheurs embarqués sur leurs bateaux une grande fête et un repas juste avant de partir en mer pour six mois à la pêche aux harengs dans les eaux glaciales et dangereuses de l’Islande.

Du carnaval de marins à la grande fête populaire

C’était aussi le moment où, juste avant d’embarquer, ils percevaient la moitié de leur salaire pour la campagne de pêche. Les naufrages étaient en effet fréquents et beaucoup d’hommes mourraient noyés, ne laissant à leur famille que cette moitié de salaire. C’est ainsi pour conjurer le sort que les familles Dunkerquoises, dont chacune comptait alors au moins un marin, faisaient une grande fête pendant trois jours juste avant le carême. C’est l’origine des "3 joyeuses", moment le plus fort du carnaval de Dunkerque.

Contrairement à une idée reçue, la tradition du jet de harengs fumés (les "Kippers" en Dunkerquois) par le maire du balcon de l’Hôtel de ville est beaucoup plus récente et n’est pas un hommage direct à la pêche. Elle remonte à la fin de la deuxième guerre mondiale… Pour fêter la reconstruction de l’hôtel de ville détruit par les bombardements.

De ses origines maritimes, le carnaval, devenu une des plus importantes fêtes populaires du pays, conserve ses chansons (dont la célébrissime cantate) et ses hommages à Jean Bart, corsaire dunkerquois au service de Louis XIV.

Un code du savoir-vivre carnavalesque et des règles précises

Ouvert à toutes et tous, le carnaval de Dunkerque est assez codifié et répond à des règles très précises de "savoir-vivre carnavaleux". S’il faut des années de pratiques pour toutes les assimiler, voici, les plus incontournables pour débuter :

  • D’abord et avant tout : venir déguisé ! Les carnavaleux apprécient moyennement les visiteurs non costumés ou, au minimum, non masqués ou maquillés.
  • Dans la rue, la solidité de la " bande " qui défile est assurée par une " ligne ". Celle-ci doit occuper toute la largeur de la rue et reste réservée aux habitués qui s’y tiennent fermement "encoudés", en particulier lors des "chahuts" durant lesquels les lignes arrières "poussent".  
  • Le pas et la vitesse de déambulation se règle sur la musique.  Quand les "fifres" jouent, il est interdit de pousser et la bande défile à pas tranquilles. Un "chahut" se déclenche lorsque la musique et les percussions remplacent les fifres.
  • Pendant le chahut, nul ne peut sortir de la bande. Il faut attendre la reprise des fifres et crier (très fort)  "sortie  ! "

Armés de ces rudiments, et une fois que vous aurez appris les paroles de la "cantate à Jean Bart " (c’est obligatoire) vous pourrez si le cœur vous en dit vous joindre aux carnavaleux qui vous accueilleront dans la joie et la bonne humeur !

Un commentaire sur “1”

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Crédits et mentions légales