Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Article publié le 21/02/2020
Mis à jour le 21/02/2020

À lire aussi

Agriculture : soutenir toutes les filières

À la veille du Salon international de l’agriculture 2020, Marie-Sophie Lesne, Vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la bio-économie, fait le point : pour elle la situation des agriculteurs est de plus en plus difficile mais toutes les filières peuvent compter sur le soutien de la Région.

Les Hauts-de-France sont la première région agricole si l’on considère la valeur ajoutée par exploitation, la première région également pour la production de pommes de terre de consommation, betteraves industrielles, endives, petits pois, carottes, oignons, protéagineux, blé tendre, chicorée… Les plus gros chiffres d’affaires de l’agriculture des Hauts-de-France concernent les céréales, la pomme de terre et le lait.

Mais les agriculteurs ont la vie dure : le contexte économique est difficile, la concurrence de la Belgique et des Pays-Bas tout proches est redoutable et ils souffrent, comme partout en France de "l’agribashing". "Leur situation se dégrade, nous devons soutenir le milieu agricole, dans toutes les filières", estime Marie-Sophie Lesne, Vice-présidente de la Région, en charge de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la bio-économie. "Nous devons faire notre travail de Région, notamment en aidant les filières à mieux se structurer. Par exemple la filière ovine, qui offre de belles perspectives de développement."

Le "Pass agri filières" pour les projets d’investissement

Aujourd’hui, pour quatre exploitations agricoles qui disparaissent dans la Région, un peu moins de trois se créent. Pourtant de nombreuses aides existent pour les agriculteurs qui veulent s’installer, reprendre une exploitation, la transformer (par exemple au bio) ou simplement la conserver.
"Il y a quelques années, nous avons pris un certain retard dans l’instruction et le traitement des dossiers, notamment pour de petits projets, reconnaît Marie-Sophie Lesne, mais aujourd’hui nous avons atteint notre vitesse de croisière pour la réception des dossiers, leur traitement et le paiement des aides. Par le biais du Pass agri filières en Hauts-de-France, une nouvelle aide adoptée en septembre 2019, nous avons comblé un manque." Ce nouveau dispositif vise à soutenir les projets d’investissements inférieurs à 30 000 € pour certaines filières comme par exemple l’apiculture.

De nombreuses aides pour les agriculteurs

En quelques années, la Région Hauts-de-France a mis en place plusieurs dispositifs du même type pour répondre au mieux aux besoins et demandes des agriculteurs. Ainsi, une nouvelle avance remboursable s’adresse aux exploitants, qui ont un projet de transformation, et/ou de commercialisation ou de développement. Elle est remboursable avec un taux d’intérêt de 0% en huit ans, avec un différé de trois ans dans certaines conditions.

"Nous avons également créé le Plan booster export en février 2018 pour accélérer les exportations des TPE et PME, poursuit Marie-Sophie Lesne, car même si nous soutenons très fortement le "manger local", il ne faut pas oublier que notre agriculture doit être exportatrice". Il faut également avoir à l’esprit que 50% des agriculteurs des Hauts-de-France auront atteint l’âge de la retraite dans dix ans. Il est donc important de soutenir par tous les moyens les nouvelles installations.

Lutter contre l’agribashing

"90% des Français déclarent qu’ils aiment les agriculteurs, mais en même temps ils n’aiment pas les pratiques des agriculteurs, notamment l’utilisation de produits phytosanitaires", souligne Marie-Sophie Lesne. Dans ce domaine également, la Région souhaite accompagner les agriculteurs dans leur évolution, mais en respectant leur rythme. "Il ne faut pas aller trop vite", poursuit la Vice-présidente, qui estime qu’une agriculture ne peut pas fonctionner sans produits phytosanitaires du tout et qu’il faut avancer plus vite dans la recherche scientifique.

À ce sujet, la Région prépare un grand plan en faveur de l’agroécologie qui devrait voir le jour avant l’été 2020. "Nous ne voulons pas rendre les agriculteurs coupables, nous voulons être incitatifs et accompagnateurs du changement. Nous voulons créer un mouvement de fond, une transformation massive des pratiques et démontrer que l’agroécologie est synonyme de rentabilité économique", explique Marie-Sophie Lesne.

Une présence forte au Salon international de l’agriculture

Une autre manière de montrer son soutien aux agriculteurs, est de les accompagner au Salon de l’Agriculture pour qu’ils puissent exposer leur savoir-faire. Les Hauts-de-France seront présents sur un stand de près de 300 m2 qui rassemblera 12 exposants. De nombreux produits locaux pourront être dégustés sur place, notamment des produits qui bénéficient du label Signes officiels de qualité et d’origine (SIQO).

Les Signes officiels de qualité et d’origine sont le Label Rouge, l’Appellation d’Origine Protégée (AOP), l’Indication Géographique Protégée (IGP), la Spécialité Traditionnelle Garantie (STG) ou encore l’Agriculture Biologique. Ils constituent une garantie officielle pour les consommateurs de produits de qualité, élaborés dans le respect de l’environnement et du bien-être animal. Dans les Hauts-de-France, 46 produits bénéficient de ce label ce qui représente 7% des exploitations régionales.

Pour aller plus loin


Infos pratiques

Retrouvez ici toutes les aides directes aux agriculteurs des Hauts-de-France

Rendez-vous au Salon International de l’Agriculture de Paris

Hall 3 – Stand P 106

Paris Expo – Porte de Versailles

Du samedi 22 février au dimanche 1er mars.