Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Contenu principal de la page
Article publié le 20/07/2021
Mis à jour le 20/07/2021

Brexit : la Région continue de soutenir nos pêcheurs

La Région continue de soutenir les entreprises du secteur halieutique des Hauts-de-France, pénalisées par le Brexit.

La pêche en Hauts-de-France, c'est 6 500 emplois directs dont 850 marins et 5 005 emplois uniquement dans le secteur de la transformation. Boulogne est la première place de mareyage en France et représente à elle seule 30% de l’activité française. Le choix du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne impacte directement les conditions de travail des entreprises du secteur.

Soutenir l’apport de marchandises

Au-delà du sujet de l’attribution des licences de pêche pour la zone des 6-12 milles britanniques, la baisse de la ressource - conjuguée au contexte de crise sanitaire - pénalise l’apport sur la criée et les entreprises de transformation. Or, celles-ci représentent plus de 5 000 des 6 500 emplois de la pêche dans la région. La zone de Capécure, à Boulogne-sur-Mer (62), est particulièrement concernée.
La mise en place d’un fonds d’urgence spécial, votée par la Région Hauts-de-France, doit permettre d’atténuer la perte de compétitivité des entreprises et le risque de chômage voire d’arrêt d’activité dans la filière halieutique à l’heure où certains armements privilégient l’acheminement de leurs marchandises en Irlande, aux Pays-Bas ou au Danemark (solution rendue moins complexe aux vues des nouvelles formalités douanières).

500 000 euros d’urgence pour 2021

Ce fonds servira à compenser temporairement les surcoûts (à hauteur de 80 %, plafonné à 120 000 € par entreprise) d’acheminement subis par les entreprises de pêche, comme c’est le cas pour l’armement hauturier Euronor (Comptoir des pêches d’Europe du Nord) qui sera le premier à en bénéficier.
Parallèlement, un plan d’actions à cinq ans doit être élaboré avec les professionnels de la filière pour faire évoluer les pratiques de commercialisation des produits (digitalisation, centralisation des apports, traçabilité) et valoriser certaines activités.

Crédits et mentions légales