Dossier Proch’Emploi

Comprendre facilement Proch'Emploi

Vous retrouverez ci-dessous toutes les informations pratiques et utiles sur le dispositif régional Proch'Emploi.


Proch’Emploi : comment ça marche ?

Que vous soyez chef d'une entreprise qui cherche à recruter ou demandeur d'emploi, vous vous demandez peut-être comment bénéficier du dispositif Proch'Emploi mis en place par la Région Hauts-de-France ?

Vous êtes demandeur d'emploi

proch-emploi-demandeur

 

 

Vous êtes chef d'entreprise

 

proch-emploi-entreprise

 


Proch’emploi, un nouveau dispositif pour les demandeurs d’emploi

Première mesure de la nouvelle Région

Contactez le numéro vert 0800 02 60 80

En déplacement ce jour à Amiens, le président Xavier Bertrand a présenté le principe de cette plateforme désormais opérationnelle. A l’origine de Proch’Emploi, un constat : de nombreuses offres d’emploi ne sont pas pourvues alors que dans le même temps des demandeurs d’emploi ont du mal à trouver un emploi dans des secteurs qui pourtant recrutent.

Avec Proch’Emploi, il s’agit d’apporter des solutions nouvelles en mettant en relation employeurs et demandeurs d’emploi. "Nous n’allons pas nous substituer à Pôle Emploi mais en travaillant ensemble, en nouant des partenariats, nous serons efficaces. Il manque un maillon entre les employeurs et les demandeurs d’emploi, la Région a un rôle important à jouer", a rappelé Xavier Bertrand.

Proch'Emploi, comment ça marche ?

Le principe est simple : les demandeurs d’emploi contactent le numéro vert 0800 02 60 80 (appel gratuit depuis un poste fixe) et précisent dans quels secteurs ils recherchent un emploi, leur formation, leur parcours. Les chargés d’information enregistrent leur demande et dans un délai de 15 jours maximum les demandeurs d’emploi sont recontactés pour un rendez-vous et des propositions de solutions adaptées (mise en relation avec des entreprises, financement de formations supplémentaires si nécessaire...). "La logique du sur-mesure nous permettra d’être efficaces. Proch’Emploi est en quelque sorte un circuit-court entre demandeurs d’emploi et employeurs", explique le président du Conseil régional.

Opérationnelle depuis le 5 janvier 2016, la plateforme téléphonique de Proch’Emploi reçoit de nombreux appels. "Je demande aussi à tous les employeurs de notre région qui ont des difficultés à recruter de se manifester en appelant la plateforme", a précisé Xavier Bertrand.


Plus de proximité pour Proch’Emploi

Proch'Emploi, au plus proche de vos attentes

Proch'Emploi passe à la vitesse supérieure. Pour dynamiser le dispositif qui fait le lien entre les demandeurs d'emploi et les employeurs qui ont du mal à recruter, et qui a déjà permis à près de 2 000 personnes de retrouver une activité, la Région va désormais s'appuyer sur un levier de développement, déjà existant : le réseau des plateformes territoriales, implantées dans chacun des bassins d'emploi des Hauts-de-France.

14 de ces plateformes avaient déjà été mises en place par la Région. A l'origine, elles avaient été imaginées pour accueillir localement les jeunes et leur permettre, au contact d'experts de l'orientation, de rencontrer de potentiels employeurs ou des formateurs.

Des "circuits courts" pour l'emploi

Pour plus d'efficacité et de proximité, la Région décide aujourd'hui d'ouvrir ces lieux à un public plus large. Sur place, un accueil personnalisé et sur-mesure est proposé aux demandeurs d’emploi et aux entreprises du territoire.

L'idée est toujours la même : offrir des "circuits courts" à l'embauche. Concrètement, les plateformes Proch'Emploi sont les portes d’entrée des entreprises qui recherchent des futurs salariés, et des demandeurs d’emploi qui peuvent alors être accompagnés vers une formation nécessaire pour leur retour à l'emploi. Après un recensement précis des postes à pourvoir, les plateformes font le lien entre les employeurs et les demandeurs d'emploi, préalablement repérés via le numéro vert Proch'Emploi (0 800 02 60 80). Par ailleurs, les plateformes assurent l’animation d’un réseau local de chefs d’entreprise, au service du développement de l'emploi.

A terme, la Région souhaite compter sur la présence locale de 21 plateformes territoriales Proch'Emploi, disséminées dans chacun des bassins d'emploi des Hauts-de-France.


La Région ouvre sept nouvelles plateformes territoriales Proch’Emploi

L’emploi est la priorité numéro un de la Région. Depuis le 5 janvier 2016, de nombreux dispositifs ont été mis en place, d’une part pour soutenir les entreprises, d’autre part, pour accompagner les demandeurs d’emploi dans leurs recherches.

Parmi ces dispositifs, les plateformes territoriales Proch’Emploi jouent un rôle déterminant. Situées au cœur des bassins d’emploi, elles ont vocation à créer des circuits courts, autrement dit, favoriser le contact direct entre les entreprises et les demandeurs d’emploi.

"Beaucoup de demandeurs d’emploi n’ont pas accès aux offres d’emploi et surtout, ils n’ont jamais l’opportunité de rencontrer des recruteurs, souligne Ellen Van den Broek, directrice de la Mission Proch’Emploi à la Région. De leur côté, les chefs d’entreprise ont du mal à recruter car ils ne trouvent pas toujours les bons profils. Le rôle des plateformes est d’offrir un service aux entreprises qui veulent recruter, et de donner la possibilité à des candidats motivés, d’entrer en contact avec les recruteurs."

Une plateforme territoriale, comment ça marche ?

Les plateformes territoriales fonctionnent sur le principe du réseau. Elles sont animées par deux personnes, qui travaillent en réseau avec les chefs d’entreprise de leur secteur géographique, en partenariat étroit avec les opérateurs traditionnels que sont Pôle Emploi et les missions locales. Leur rôle est double : d’un côté elles vont à la pêche aux offres d’emploi cachées (trois offres sur quatre ne transitent pas par Pôle Emploi), de l’autre, elles présélectionnent des candidats qui pourraient convenir pour ces offres, et les présentent aux entreprises.

Chaque plateforme est co-présidée par un chef d’entreprise. Pierre Lobry, dirigeant du groupe Orthos à Arras (800 personnes dans le domaine du bâtiment), co-préside la plateforme territoriale Proch’Emploi d’Arras. "Le rôle du co-président, est de trouver des chefs de file métiers dans les différents secteurs d’activités du territoire, explique-t-il. La plateforme d’Arras compte 15 chefs de file métiers, notamment dans l’agroalimentaire, la logistique, les métiers liés au tourisme... Ils animent un réseau de 90 entreprises."

Le circuit court, ça marche !

Régulièrement, la plateforme territoriale d’Arras organise des rencontres entre des chefs d’entreprises et des demandeurs d’emploi, réellement motivés. "Ces rencontres sont de vrais moments d’échange, souligne Pierre Lobry. Elles permettent de casser les codes et donnent l’occasion aux jeunes qui n’ont jamais travaillé de mieux comprendre les attentes des recruteurs. De notre côté, cela nous permet aussi de revoir parfois nos exigences. Deux-tiers des personnes que nous avons reçues lors d’une douzaine de rencontres ont retrouvé du travail."

Pour aller encore plus loin, la plateforme territoriale d’Arras a imaginé le Blablajob : un dirigeant accepte de recevoir dans son entreprise trois jeunes avec des profils très différents. Pendant deux ou trois semaines, ces jeunes disposent d’un bureau et peuvent rencontrer les salariés du service auquel ils ont été affectés. Les contacts se nouent, les salariés activent leur réseau. "Nous avons fait un test avec quatre groupes, soit 11 demandeurs d’emploi. Blablajob a généré 83 entretiens de réseau, 59 entretiens de recrutement et 27 propositions d’embauche ! Aujourd’hui les 11 jeunes ont du travail", se réjouit Bruno Lobry.

Un retour sur investissement pour les entreprises

En retour de leur investissement dans cette démarche, les entreprises bénéficient d’un réel service. En lien avec Pôle emploi et les missions locales, les plateformes territoriales analysent finement leurs besoins en personnel et présélectionnent des candidats. Elles peuvent également, via le Pass Formation mis en place par la Région, proposer une formation complémentaire aux futurs embauchés si nécessaire, ou proposer aux entreprises d’avoir recours aux autres aides de la région, par exemple pour développer une nouvelle activité ou financer de la recherche.

"Chez Bonduelle, nous avions un réel problème de recrutement, explique Thierry Baptiste, Directeur des ressources humaines. Une de nos plus grosses usines est située dans la Somme dans un secteur où il y a beaucoup de demandeurs d’emploi. Chaque année nous recrutons plusieurs dizaines de saisonniers, mais nous ne trouvons pas les personnes ayant la qualification nécessaire, notamment en hygiène et sécurité. Grâce à l’intervention de la Région, via le chèque pass Formation, nous avons pu mettre en place une certification et former 120 personnes que nous recrutons actuellement. Et si un jour ces personnes veulent aller travailler chez un autre employeur, dans le secteur agroalimentaire, cette certification leur sera utile."

Sept nouvelles plateformes d’ici janvier 2017

Le 13 octobre dernier, le Conseil régional avait acté le principe de mailler la région avec 21 plateformes territoriales Proch’Emploi. 14 plateformes existent déjà, dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Réunis en commission permanente le 8 novembre, les élus ont voté une enveloppe de 583 330 euros pour la mise en place de cinq plateformes territoriales dans l’Oise (Beauvais, Compiègne, Creil) et la Somme (Abbeville et Amiens), qui s’ajoutent à la création de 2 plateformes hébergées dans des Espaces Cadres dans l’Aisne (Saint-Quentin et Soissons).

"Nous voulions recruter 26 apprentis mais nous ne trouvions pas les bons profils, raconte Thierry Delobelle, directeur chez Véolia (production et distribution d’eau potable). Nous avons fait appel à la Plateforme territoriale Proch’emploi et organisé une demi-journée de rencontre entre des salariés du groupe et des jeunes. Nous avons reçu 200 jeunes avec des profils très intéressants. La plateforme est vraiment un très bon filtre."


Avec ADECCO, Proch’Emploi monte en puissance

Créer 350 CDI intérimaires supplémentaires

Le 7 septembre 2016, Xavier Bertrand signait une convention avec Engie pour aider l’entreprise à embaucher 50 techniciens grâce à la plateforme Proch'Emploi. La Région continue son travail pour l'emploi et la formation des habitants et s'allie avec ADECCO.

Actuellement, 50 724 personnes effectuent des missions d'intérim dans les Hauts-de-France, soit près de 10% de l'emploi intérimaire en France. Depuis 2014, les parcours professionnels de ces travailleurs intérimaires peuvent être sécurisés. En effet les agences, comme celles du réseau ADECCO, ont la possibilité de proposer à leurs intérimaires de devenir leurs salariés.

En clair : les intérimaires effectuent des missions pour des entreprises clientes, mais sont employés par les agences d'intérim qui les ont recrutés, en CDI intérimaire. La garantie d'un emploi stable et d'une rémunération mensuelle, à laquelle pourraient accéder des demandeurs d'emploi suivis par Proch'Emploi.

Partenariat renforcé en faveur des demandeurs d’emploi

C'est dans le cadre du développement de ces CDI intérimaires que la Région intervient. Si ADECCO comptabilise, en juin 2016, 460 CDI Intérimaires sur le territoire des Hauts-de-France, la Région souhaite permettre à 350 demandeurs d’emploi supplémentaires de signer ce type de contrat.

Pour y arriver, des pôles de compétences partagées (PCP) seront mis en place sur l’ensemble du territoire régional. La mission de ces pôles : identifier les offres d’emplois non pourvues, cibler les métiers en tension et les postes à pourvoir.

  • PCP Qualifiés de l'automobile : Douai - Valenciennes – Maubeuge / Métiers : retoucheurs, peintres, électriciens, conducteurs
  • PCP Logistique : Lens – Hénin / Métiers : préparateurs de commandes, caristes, magasiniers
  • PCP Logistique : Douai - Valenciennes – Cambrai / Métiers : préparateurs de commandes, caristes, magasiniers, conducteurs
  • PCP Logistique : Métropole Lilloise / Métiers : préparateurs de commandes, caristes, magasiniers, conducteurs
  • PCP Aéronautique : Méaulte / Métiers : ajusteurs, mouleurs
  • PCP Qualifiés de l'industrie / nucléaire : Dunkerque
  • PCP Qualifiés de l'industrie : Saint-Quentin / Métiers : opérateurs maintenance, robotique

Dynamiser la formation et l'alternance

Outre Proch'Emploi, la Région pourra activer le dispositif Pass emploi. Cet outil sur-mesure permet aux entreprises de bénéficier de subventions pour former de futurs collaborateurs, à condition de s’engager – via une convention – à les recruter. Ici, les demandeurs d'emploi pourront être formés aux attentes directes des entreprises, en vue d'un recrutement en CDI intérimaire.

Enfin, ADECCO mènera des actions directement auprès des jeunes, cibles prioritaires du réseau d'agences d'intérim. Une attention particulière sera apportée aux alternants et aux stagiaires de la formation professionnelle en fin de parcours, pour leur permettre de poursuivre leur expérience professionnelle dans leur filière d’apprentissage.


Hauts-de-France : 88 000 formations pour les demandeurs d’emploi

Le mercredi 23 mars, l'État, la Région, Pôle Emploi et les partenaires sociaux ont signé une convention en faveur des demandeurs d'emploi. En 2016, 372 millions d’euros sont spécialement destinés à financer 88 000 formations, pilotées par la Région.

Arras, au cœur de la préfecture du Pas-de-Calais : Myriam El Khomri se félicite de son "Tour de France des conventions", qui permet de déployer dans les territoires le plan national des "500 000 formations supplémentaires" voulues en France. Pour les Hauts-de-France, 372 millions d’euros sont débloqués : ils vont permettre de financer 88 000 formations pour les demandeurs d'emploi, dans l'ensemble des territoires de la grande région.

"Les objectifs de ce plan, décliné en régions, sont clairs, rappelle la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, présente pour cette signature aux côtés du président de Région, Xavier Bertrand. Nous souhaitons qualifier et favoriser le retour à l’emploi dans les bassins d'emploi et les territoires. Nous voulons également proposer des parcours de formation adaptés aux besoins des personnes et aux compétences requises par les entreprises."

Singularité de ce plan : dans le cadre de cette convention, c'est la Région qui coordonne la mise en œuvre du plan au niveau local. Pour plus d'efficacité, l'action régionale devra être menée en étroite collaboration avec les services de l’État, les partenaires sociaux et les directions régionales de Pôle Emploi.

Un partenariat inédit

"L'essentiel, c'est le travail, martèle Xavier Bertrand, signataire de la convention régionale du plan national "500 000 formations supplémentaires". Cette convention va dans le sens de l'intérêt général et de la lutte contre le chômage. C'est la consécration d'un travail et d'un engagement collectifs, au service des demandeurs d'emploi. C'est aussi une grande première, un partenariat inédit entre l’État, le Conseil régional, les partenaires sociaux et Pôle Emploi."

Comme le rappelle le président de la Région Hauts-de-France, les besoins en formation dans des métiers en tension, exprimés directement par les entreprises, sont nombreux : charcutiers-bouchers, électrotechniciens, techniciens en fibre optique, pilotes de ligne de production…

"L'idée est d'utiliser efficacement et rapidement les fonds débloqués par ce vaste plan de formation, continue Xavier Bertrand, avant de lancer quelques pistes sur les prochains grands axes d'aide aux demandeurs d'emplois. La dynamique a déjà été engagée avec Proch'Emploi, un service qui permet de rapprocher les employeurs des personnes à la recherche d'un emploi. Elle continuera avec de futures mesures, qui vont lever l'ensemble des freins à l'emploi et au retour à l'emploi. Il faut aller vite, le plus vite possible, et bien garder à l'esprit qu'il faudra du sur-mesure pour faire reculer le chômage dans la troisième région de France".

La convention régionale, déclinaison du plan national "500 000 formations supplémentaires", a été signée par Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation, Jean-François Cordet, préfet de la région Nord Pas de Calais – Picardie, Xavier Bertrand président de la Région Hauts-de-France, Laurent Gibello, président, et Yannick Ghoris, vice-président du Comité paritaire interprofessionnel régional pour l'emploi et la formation professionnelle (Coparef), Nadine Crinier, directrice régionale de Pôle Emploi.