Toutes les actualités
Publié le 10/10/2018

Un partenariat pour mettre en lumière les courts-métrages tournés en Hauts-de-France

Depuis le 1er octobre 2018, Pictanovo et BrefCinéma, plateforme de vidéos à la demande sur abonnement, se sont associés pour mettre en lumière les courts-métrages tournés en Hauts-de-France.

C'est une première en France. L'incontournable plateforme de diffusion BrefCinéma a choisi les Hauts-de-France pour sa première sélection régionale. Édité par l'Agence du court métrage, BrefCinéma a l’ambition de "créer un lien entre ceux qui fabriquent les courts métrages, ceux qui les diffusent et ceux qui les regardent". Depuis le début du mois d'octobre 2018 et pendant une durée de six mois, les amateurs de formats courts peuvent accéder à une nouvelle rubrique mise en lumière sur le site : Les courts d'en Hauts.

Au menu, dix films tournés dans la Région et soutenus par Pictanovo.

  • Dans l’ombre, d’Olivier Masset-Depasse, produit par Versus Production,
  • Irinka et Sandrinka, de Sandrine Stoïanov, produit par Je Suis Bien Content,
  • Love patate, de Gilles Cuvelier, produit par Papy 3D,
  • L’Ogre, de Laurène Braibant, produit par Papy 3D,
  • Petite avarie, de Léo Hardt et Manon Alirol, produit par Alphafilms,
  • Le portefeuille, de Vincent Bierrewaerts, produit par Les Films du Nord,
  • Regarder Oana, de Sébastien Laundenbach, produit par Les Films du Nord,
  • Rendez-vous à Stella Plage, de Shalimar Preuss, produit par Ecce Films,
  • Hiver, les grands chats, de Marianne Pistone et Gilles Deroo, produit par Imagence Production,
  • Madagascar, carnets de route, de Bastien Dubois, produit par Sacrebleu Productions.

Accompagner les réalisateurs et producteurs

Depuis 1985, Pictanovo met en œuvre la politique audiovisuelle de la Région Hauts-de-France. Pour cela, la structure gère huit fonds d'aide pour soutenir aussi bien la production de fictions que de documentaires, de films d'animation ou même de jeux vidéo.

Chaque projet reçu par Pictanovo est examiné par un jury de professionnels. Ceux-ci décident de proposer ou pas une coproduction en fonction de l'aspect artistique mais aussi de l'aspect économique (nombre de jours de tournage dans la région, nombre de techniciens, d'acteurs ou de figurants de la région). Pour 1 euro investi par Pictanovo, on estime à 6 à 8 euros les retombées économiques sur le territoire (embauches, décors, hôtellerie, restauration…).

Pourquoi il faut soutenir les courts-métrages

Deux fonds gérés par Pictanovo concernent particulièrement les courts-métrages. Chaque année, la structure soutient 45 œuvres et accompagne les jeunes auteurs dans leur carrière. Les courts-métrages sont parfois créés par des auteurs expérimentés mais ce format permet aussi, souvent, aux jeunes réalisateurs d'effectuer leurs premiers pas dans le septième art. Avant de devenir un célèbre réalisateur de longs métrages, Christian Carion, par exemple, a commencé sa carrière avec un court métrage soutenu par Pictanovo.

Le genre des courts-métrages rencontre des difficultés, tant il existe peu de canaux de diffusion. Le partenariat lié avec BrefCinéma est donc particulièrement important décisif dans le soutien apporté par la Région à cette filière.

 

À lire aussi

Acteurs culturels, la Région finance votre formation

Vous êtes professionnel du monde culturel, salarié d'une structure, di...


DOFUS : Ankama passe derrière la caméra

Le 3 février 2016, Dofus fera son entrée dans les cinémas, pour un pr...



Pour aller plus loin


Infos pratiques

brefcinema.com

Partager

Send this to a friend