Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Article publié le 18/12/2020
Mis à jour le 18/12/2020

Soutenez nos pêcheurs et invitez la mer sur vos tables de fête

C'est la meilleure saison pour consommer du poisson et se faire plaisir, tout en soutenant nos pêcheurs éprouvés par la crise sanitaire et les incertitudes liées au Brexit.

"C’est la période idéale pour manger du bon poisson péché dans la région ! "  Mareyeur à Boulogne-sur-Mer dans la zone de Capécure, Yannig Gomel négocie chaque matin avec les bateaux du Boulonnais les cargaisons de poissons tous justes sortis de l’eau qui seront expédiés le jour même à Rungis avant d’arriver dans la foulée sur les étals des poissonneries dans toute la France. "De l’encornet et de la seiche pêchés au large de Dunkerque, en passant par les grondins, les barbets et bien sûr la St-Jacques, c’est la pleine saison, là où les produits sont au meilleur de leur qualité " se réjouit-il. Une astuce pour les consommateurs qui veulent avoir la certitude de consommer du poisson pêché dans les eaux des Hauts-de-France : repérez sur les étiquettes la zone de pêche "Atlantique Est, zones 7 et 4". Ce sont les nôtres.

Le pari gagnant de la qualité et de la tradition

Au-delà de la qualité de sa filière pêche, les Hauts-de-France ont également de nombreux atouts à faire valoir sur les produits de la mer transformés. L’entreprise de fumaison JC David par exemple, également basée à Boulogne, bénéficie d’un savoir faire d’excellence reconnu par les gastronomes les plus exigeants. "Nos harengs, nos haddocks et nos saumons sont fumés selon la tradition, dans des vraies cheminées, pendant 24 heures et avec des copeaux de chênes que nous produisons nous-mêmes à partir des arbres de la forêt d’Hesdin, à quelques kilomètres de Boulogne-sur-Mer ", explique Philippe Fromantin, directeur de l’entreprise.

Misant sur la qualité et la tradition, les fumaisons JC David se démarquent ainsi des produits industriels fumés en quelques heures dans des fours électriques. Cette exigence leur a permis de bien résister à la crise sanitaire, en s’appuyant sur le réseau des poissonneries de proximité.  "C’est la qualité du produit qui fait la fête ", sourit le dirigeant,  invitant les consommateurs des Hauts-de-France à enrichir leurs tables de noël et du jour de l’an de ses produits populaires, mais excellents, à des prix très abordables.

Le Brexit inquiète plus que la crise sanitaire

Plus que la Covid-19, ce sont cependant les conséquences du Brexit qui inquiètent fortement les professionnels de la mer dans notre région. Près de 3 poissons sur 10 qui débarquent à Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français, proviennent, en effet aujourd’hui, des eaux britanniques. "Le risque, si les bateaux européens ne peuvent plus y pécher, c’est l’appauvrissement de la ressource sur notre zone, avec en plus les flottes belges et hollandaises qui devraient venir s’y replier",  s’inquiète le mareyeur Yannig Gomel. Une crainte partagée par Philippe Fromantin pour qui  "les conséquences possibles du Brexit risquent de déstabiliser toutes les filières liées à la pêche". Une raison supplémentaire pour soutenir et défendre nos pêcheurs en consommant local.