Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Contenu principal de la page
Article publié le 26/08/2022
Mis à jour le 26/08/2022

À lire aussi

Fermer

Rentrée : les transports scolaires fonctionneront normalement malgré la pénurie de conducteurs

Au début de l'été, on estimait qu'il manquait en Hauts-de-France 400 conducteurs de cars. Une pénurie qui pouvait mettre en péril le transport scolaire. Proche de ses habitants, la Région a orchestré avec ses transporteurs une mobilisation générale qui a porté ses fruits.

"La rentrée se fera dans les mêmes conditions que l'année dernière ! ", a annoncé Xavier Bertrand. À l'issue d'une réunion avec les transporteurs et les représentants des rectorats, des départements et des Associations des Maires, le président de la Région Hauts-de-France, Franck Dhersin, vice-président en charge des mobilités, des infrastructures de transport et des ports et Olivier Engrand, conseiller régional délégué à la "mobilité dans les territoires" ont tenu à partager la résolution de la situation pour la rentrée.

Au début de l'été, la situation du transport scolaire à la rentrée était alarmante. Franck Dhersin, vice-président en charge des transports avait prévenu la pénurie d’environ 400 conducteurs posait une véritable problématique pour la rentrée de septembre. La Région Hauts-de-France, avec ses transporteurs, a donc décidé d'agir, vite et concrètement.

Ensemble, pour répondre à l'urgence

La mobilisation générale orchestrée par la Région pour permettre de transporter gratuitement les 212 000 élèves sur le réseau de cars scolaires des Hauts-de-France a porté ses fruits grâce à l'engagement des transporteurs. "Je suis très reconnaissant envers les entreprises qui ont compris que la priorité était le service public et ont favorisé le transport scolaire au détriment de leur activité touristique," a souligné Xavier Bertrand.

En effet, les postes de conducteurs non pourvus seront occupés à la rentrée par d’autres personnels et des jeunes retraités. "Les conditions de sécurité seront bien entendu réunies, a assuré Franck Dhersin. Il s'agit toutes de personnes titulaires du permis, qui disposent de toutes les compétences requises et connaissent les bus et les trajets."

Les entreprises de transport ont ainsi réussi à mobiliser des conducteurs affectés à d’autres activités, des mécaniciens, des cadres et employés de fonction support, mais aussi des jeunes retraités, en résumé tous ceux qui disposent du permis D et des habilitations nécessaires et qui connaissent le métier, pour assurer temporairement les circuits scolaires à partir de la rentrée, dans le respect des normes de sécurité.

Anticiper pour demain

Les solutions trouvées permettent de garantir une rentrée scolaire sereine pour les élèves transportés et leurs parents. Pour autant, elles ne peuvent être que temporaires. Il manque néanmoins dans la région au moins 200 conducteurs pour revenir à une situation normale sans compter les départs en retraite à anticiper.

"Nous allons continuer à renforcer l'attractivité du métier ainsi que la formation", a poursuivi Xavier Bertrand. Parmi les leviers à actionner, le président de Région a appuyé sur la "nécessité d'ouvrir de nouvelles places de formation, de mieux faire connaître ce métier de proximité, non délocalisable, qui a du sens, en phase avec la transition écologique, d'aller vers plus de temps complets, notamment en travaillant avec l'Éducation nationale pour réfléchir aux horaires et faire en sorte par exemple qu'un conducteur puisse effectuer plusieurs services, mais aussi de faire en sorte que les trajets soient moins longs."

Des discussions avec les services de l’État sont également en cours pour réduire le temps de délivrance du document du permis de conduire qui peut aller dans certains départements jusqu'à six semaines après la réussite à l'examen ne permettant pas une insertion immédiate des personnes formées au service de notre jeunesse.

Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

2 commentaires sur “Rentrée : les transports scolaires fonctionneront normalement malgré la pénurie de conducteurs”

  1. Mansion -

    Malheureusement il n’est pas tout à fait vrai que des solutions aient été trouvées pour tous les élèves. Dans notre village de Campremy les élèves doivent prendre le car à 6h32 pour une petite trentaine de km, avec un retour à plus de 19h!!! Quelle égalité des chances dans le temps de travail que cela laisse le soir pour les devoirs compte tenu de la fatigue occasionnée par les transports ( il faudrait peut-être revoir le trajet du bus…). De plus, aucune solution pour revenir dans le village avant 18h le mercredi quand les élèves n’ont pas cours l’après-midi…. pas évident lorsque les parents travaillent ( évidemment le plus souvent hors du village…). Il faut donc multiplier les stratégies pour réduire les temps de trajet de nos jeunes, qui doivent donc payer leur trajet chaque fois qu’ils ne prennent pas la ligne « traditionnelle » pour alléger le temps de transport (départ depuis un village voisin lorsque nous pouvons les déposer le matin par exemple). L’égalité des chances en milieu rural n’est donc toujours pas au rendez-vous…..

    • Heidi des Hauts-de-France -

      Bonjour,
      Les solutions évoquées pour les élèves concernent bien le fait de réaliser l’intégralité des services prévus. Pour certaines communes les circuits existants sont effectivement relativement longs, et les services de la Région travaillent autant que possible à les raccourcir. Cependant, il s’agit de transports collectifs qui desservent plusieurs communes, avec des itinéraires parfois longs aux heures scolaires, et il n’existe à ce jour aucune marge de manœuvre pour diviser ces circuits.

      En ce qui concerne l’offre elle-même, les transports sont organisés, conformément au règlement régional relatif aux transports scolaires qui est harmonisé au niveau de la Région Hauts-de-France et qui est consultable dans son intégralité en cliquant ICI), de manière à conduire les élèves le matin avant le premier cours de l’établissement et à les ramener le soir après le dernier cours, à raison d’un aller-retour par jour. Dans le cas de Campremy, les élèves disposent d’un retour anticipé sur la ligne 6140 au départ de Beauvais à 16h40 pour une arrivée à Campremy à 17h25.

      Dans le cas ou votre enfant termine avant midi le mercredi, il a la possibilité de prendre la ligne 616 à 12h10 jusqu’à Luchy, puis une correspondance à 12h49 sur le ligne 6109 en direction de Campremy (13h38).

      Enfin, tout au long de l’année, du lundi au samedi de 8h à 19h (sauf jours fériés), l’agence Oise Mobilité est également à disposition des usagers au 0 970 150 150 (numéro non surtaxé) ou par mail à contact@oise-mobilite.fr pour les renseigner sur les horaires de transports en communs et centraliser les éventuels dysfonctionnements.
      Bien cordialement

Crédits et mentions légales