Toutes les actualités
Publié le 26/12/2019

Quoi de neuf pour les Hauts-de-France en 2020 ?

De nouvelles aides pour les familles, des dispositions pour améliorer les transports, des mesures en faveur de l’environnement, la mise en place d’un droit d’interpellation citoyen : l’année 2020 s’annonce riche en nouveautés pour la Région Hauts-de-France.

"Se battre pour les habitants des Hauts-de-France afin de leur redonner espoir et confiance", c’est l’objectif des différentes mesures annoncées par le président Xavier Bertrand lors d’une conférence de presse le 16 décembre 2019 au siège de Région à Lille. Avec toujours l’emploi en ligne de mire.

Priorité aux jeunes !

Apprentissage, orientation, stages et offres d’été. La Région multiplie les initiatives pour accompagner les jeunes.

  • Apprentissage : la région Hauts-de-France vient de passer la barre des 40 000 apprentis. C’est une bonne nouvelle quand on sait que l’apprentissage reste une voie très efficace pour trouver du travail. Bien qu’elle ne soit plus chargée de cette politique, la Région a fait le choix de continuer à soutenir l’apprentissage sur ses fonds propres. Et ça marche !
  • Proch’Orientation : la plateforme mise en place par la Région pour aider les jeunes à s’orienter, donnera sa pleine mesure en 2020. Déjà 1 200 ambassadeurs de l’orientation ont répondu à l’appel des Hauts-de-France pour présenter leur métier aux élèves. Objectif de ces rencontres : aider chacun à trouver sa voie.
  • Stages et jobs d’été : la Région mettra en ligne dès le mois d’avril un site dédié pour centraliser des offres de stages et de jobs d’été. À ce sujet, la Région elle-même s’était fixé comme objectif d’accueillir 1 000 jeunes en stage en 2018. Elle en accueilli 1 135 et poursuivra cet effort en 2020 avec l’objectif d’en recevoir 1 300.

400 euros pour les étudiants

Pour les étudiants issus de familles aux revenus modestes, la Région proposera dès la rentrée prochaine un soutien financier à hauteur de 400 euros pour l’entrée en première année d’études (40 euros sur 10 mois). Cette aide pourra être poursuivie les années suivantes à hauteur de 20 euros par mois. Une aide spécifique permet également à ces jeunes de financer 100 repas par an.

Cette aide s’adresse aux étudiants dont les parents gagnent l’équivalent de trois fois le Smic (deux fois pour une famille monoparentale) et qui résident dans les Hauts-de-France. On estime que 10 000 familles environ sont concernées.

Transports : une application pour mesurer les retards

"2020 doit être l’année où les choses s’améliorent dans le domaine des transports", estime Xavier Bertrand. Une nouvelle convention a été signée entre la Région et la SNCF et la Région compte bien que les termes de cette convention soient respectés.

Dès le mois d’avril, une application permettra aux usagers de faire remonter directement à la Région les informations sur les retards. Un nouveau plan d’investissement sera établi en janvier pour faire face au déficit en matériel. Objectif : "Que ligne par ligne, les projets d’amélioration soient tenus". 2020 sera également l’année de la publication des appels à la concurrence avec pour objectif que celle-ci soit effective en 2023.
À noter que, suite aux grèves de la fin d’année 2019, le président Xavier Bertrand a demandé à la SNCF de rembourser intégralement les abonnements que les usagers n’ont pas pu utiliser faute de trains.

Favoriser le co-voiturage

Toujours au sujet des transports, la Région est favorable au co-voiturage et a décidé de prendre des mesures pour le favoriser. Elle prévoit notamment d’aider financièrement, à hauteur de 30 à 50 %, les communes qui choisiront de créer des aires de co-voiturage sur leur territoire.

Une grande concertation sur le climat

En termes d’environnement, la Région prendra plusieurs mesures en 2020, à commencer par le lancement d’une grande concertation sur le climat. Tous les habitants sont invités à donner leurs idées, poser leurs questions ou proposer des solutions pour limiter le réchauffement climatique et œuvrer en faveur de l’environnement à échelle du territoire régional.

Dès le 21 janvier, vous pourrez vous connecter à la plateforme www.concertation-climat.fr pour participer à cette concertation. Vous pouvez également participer à l’une des réunions publiques qui auront lieux dans une douzaine de lycées régionaux. Ces rencontres auront lieu en deux temps : un débat avec les lycéens dans l’après-midi et une réunion publique avec les habitants le soir.

1 million d’arbres pour les Hauts-de-France

Autre mesure en faveur du climat : la plantation programmée d’un million d’arbres d’ici à trois ans. Pour cela, la Région prévoit un budget de 6 millions d’euros et cherche des partenaires - autres collectivités, départements, communes ou entreprises – propriétaires de terrains ou de friches, où planter ces arbres. Bien sûr, la Région commencera par effectuer des plantations sur ses propres terrains, dans les cours des lycées et CFA par exemple.

Marier écologie et économie

"Marier écologie et économie", c’est le souhait du président Xavier Bertrand, qui se déclare d’autant plus favorable aux actions en faveur de l’écologie qu’elles sont créatrices d’emplois. La Région poursuivra en 2020 plusieurs pistes :

  • le lancement d’un audit énergétique sur l’ensemble des bâtiments dont la Région est propriétaire (lycées, CFA, immeubles de bureaux) afin de pouvoir entreprendre des travaux d’isolation. Ces travaux feront l’objet d’appels d’offres, selon un référentiel, et seront allotis afin de permettre aux entreprises régionales de concourir,
  • le co-financement de bilans carbone pour les entreprises régionales, y compris pour les professions agricoles,
  • le co-financement de bornes électriques,
  • la création d’une filière de recyclage pour les plastiques issus de matériels de jardin et de sport,
  • le développement de panneaux photovoltaïques, à condition que leur implantation n’entraîne ni perte de terres agricoles, ni destruction d’arbres,
  • la participation à une étude sanitaires sur l’impact de l’éolien. À ce sujet, la Région souhaite favoriser un mix énergétique pour limiter l’implantation d’éoliennes sur notre territoire, déjà largement pourvu (1 700 mâts déjà implantés et 1 700 en cours d’installation),
  • la poursuite - voire l’augmentation - de l’Aide à la rénovation énergétique des logements, afin de diminuer aussi vite que possible le nombre de passoires thermiques présentes sur notre territoire,
  • le maintien des aides à la conversion pour les agriculteurs qui souhaitent passer au bio. Il manque encore une centaine de producteurs de lait bio dans les Hauts-de-France et 5 000 à 6 000 hectares de productions céréalières bio. Un grand plan en faveur de l’agro-écologie devrait voir le jour en 2020.

Égalité femmes-hommes et lutte contre l’illettrisme

Toujours dans l’idée d’améliorer le quotidien des habitants, la Région prévoit d’élargir son champ d’intervention dans différents domaines. Elle devrait rapidement lancer un appel à projet pour lutter contre l’illettrisme et "l’illetronisme" (la fracture numérique). Des mesures sont également à l’étude pour venir en aide aux femmes victimes de violences, notamment pour les accueillir en formation.

Le président de Région s’est déclaré favorable au co-financement, avec la Caisse d’Allocations familiales, des haltes garderies qui élargiront leurs horaires d’ouverture pour permettre aux parents de travailler et au financement de l’achat de matériel.

Enfin, dans un souci d’égalité, la Région a décidé de financer à parité complète, d’ici à fin 2021, les clubs de sport. En effet, jusqu’à ce jour, à niveau égal de qualification les équipes masculines de sport collectif sont davantage subventionnées.

Toujours plus pour les entreprises et l’emploi

Dans le souci de continuer à accompagner les entreprises et les entrepreneurs, le président de Région prévoit de demander à l’État que la Région puisse piloter les différentes procédures d’implantation ou d’extension des entreprises sur son territoire. Pour cela, il faudrait que l’État transfère à la Région ses compétences et ses charges dans ce domaine, mais également la fiscalité des entreprises. "Je voudrais pouvoir modifier, à la baisse, la fiscalité des entreprises", a déclaré Xavier Bertrand qui espère également expérimenter en 2020 un "guichet unique" de l’emploi, en partenariat avec Pôle emploi, afin de faciliter les recherches aux demandeurs d’emploi.

Un droit d’interpellation citoyen

Dernière mesure annoncée par le président Xavier Bertrand lors de sa conférence de presse, la mise en place dès le mois d’avril 2020 d’un droit d’interpellation citoyen. En vertu de ce droit, les habitants pourront interpeler la Région autour d’un texte commun sur un sujet en relation avec les politiques régionales, à condition d’être suffisamment nombreux (le seuil reste à définir). Les élus du Conseil régional devront délibérer sur le sujet. Bien évidemment, ils ne seront pas obligés de valider la proposition des citoyens, mais ils devront s’en expliquer.

Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

6 commentaires sur “Quoi de neuf pour les Hauts-de-France en 2020 ?”

  1. CHEVRIER Thierry -

    Je tiens à féliciter l’ensemble du Conseil Régional des Hauts de France, et son Président Xavier Bertrand, pour son action volontariste et constructive. A titre personnel, je jugeais avant son élection Xavier Bertrand sur la réputation (assez lamentable à mes yeux) de la droite d’alors, mais je reconnais volontiers que pour avoir vu agir celui-ci depuis son arrivée à ce poste, j’ai changé d’avis ; objectivement, je suis bluffé.

    Au point que si un jour, lors d’une élection présidentielle, sa candidature se profile, je serai prêt à lui offrir sans hésiter mon vote, ce que je n’aurais jamais envisagé auparavant (je veux dire au temps des « beaux parleurs » Républicains). Mais pour l’instant, qu’il ne dévie pas de sa ligne, elle est excellente. C’est parfois en exerçant avec efficacité et intelligence un mandat local que l’on gagne en crédibilité, et je pense que c’est ce qui se passe aujourd’hui…

    Cette parenthèse étant close, mon message concerne la SNCF, élue lauréate des « Cactus d’or » de 60 millions de consommateurs pour son exécrable niveau de ponctualité et sa prestation de services calamiteuse. Professeur retraité, je conduis chaque matin mon épouse, qui travaille sur Paris dans l’hôtellerie (du moins, qui essaie de s’y rendre) et je suis atterré du nombre effarant de trains annulés ou retardés ; quand ceux-ci sont à l’heure, on est presque surpris ! Elle emmagasine du stress chaque jour ou presque, jamais certaine d’être à l’heure à son poste, et c’est véritablement SCANDALEUX.

    C’est pourquoi je veux souligner ma satisfaction de l’ouverture prochaine à la concurrence (si elle se fait, 2023 sera pour les usagers régulièrement victimes de l’incurie de cette entreprise publique symbolisant le laisser-aller et le mépris constant du client, qui paie fort cher un service déplorable) et remercier vigoureusement Xavier Bertrand et l’ensemble du Conseil Régional pour la pression mise sur la SNCF afin qu’elle assure un meilleur service.

    Le fait d’avoir indemnisé à plusieurs reprises les usagers lésés (mon épouse s’est vue rembourser tout ou partie de son coûteux forfait transports, et je vous assure que c’est le genre de choses qui marque, et que l’on n’oublie pas…) est tout à votre honneur, car cela nous donne le sentiment que quelque part, quelqu’un nous écoute et comprend ce que nous vivons… Je parle ici pour ma femme, que j’ai dû moi-même accompagner à Paris en voiture dès qu’il n’y avait pas de train entre dix et quinze fois ces deux dernières années (180 km aller-retour, alors qu’elle paie près de 200€ par mois de forfait !)

    J’en termine, en applaudissant vigoureusement l’idée d’une « Appli Retards » destinée à informer en temps réel la Région de l’état effectif du service ferroviaire. Ma femme pourra s’en servir, étant équipée d’un smartphone ; je pense qu’elle ne s’en privera pas, et je l’encouragerai à s’en servir. Il est probable qu’alors, vous mesurerez avec un effarement encore accru (si, si, c’est possible) le délabrement actuel du fonctionnement de la SNCF sur la ligne Paris-Compiègne, qui est celle utilisée par mon épouse.

    Juste un point : sans être pour autant atteint par ce que vous appelez « l’illetronisme » (la fracture numérique, j’apprends ce mot que je ne connaissais pas) j’ai par choix personnel décidé de me passer de smartphone. J’utilise un portable très simple, qui permet de téléphoner et d’envoyer / recevoir des textos ce qui me convient parfaitement. Je ne tiens pas à être esclave des envahissants « réseaux sociaux » dont je déplore l’importance grandissante.

    De ce fait, je ne puis bénéficier des potentialités de ces « applications retards » que vous comptez mettre en vigueur. C’est dommage pour moi, alors que je serais volontaire pour utiliser ce service afin de vous informer de ce que je vis, lorsque je dépose ou récupère ma moitié en Gare de Compiègne. C’est pourquoi je suggère que cette possibilité soit offerte AUSSI directement sur votre portail informatique. Pensez-vous que ce soit possible ? MERCI…

  2. Anne Pomart -

    Pour sauvegarder l’écosystème dans l’étang de Péronne (qui est au centre de la ville, derrière l’Historial), nous souhaitons réaliser une éolienne qui permettrait d’oxygéner l’eau. C’est un concours lancé avec Lille Capital du Design 2020 réalisé avec les élèves du lycée Pierre Mendes France de Péronne.

  3. Lammens -

    Bonjour,
    La région Haut de France devrai mettre de toute urgence des bus de remplacement quant il y a pas de train
    Tout au moins pou les jeunes scolarisés lycéens et surtout apprentis !!
    Car ces jeunes risque d’être mis à la porte de l’entreprise qui les on embauché en contrat.

  4. BURON -

    Bonjour,

    J’aime beaucoup votre coup de pub que vous faîtes concernant les transports. J’ai actuellement ma fille et son ami qui demeure le village de « BOURY-EN-VEXIN ». Actuellement un des deux n’a plus de voiture pour se déplacer et doit se rendre le matin et le soir à pied à GISORS afin de pouvoir prendre le train pour PARIS. Ce village en dehors d’être desservi par les transports scolaires, n’a pas de transport à la demande style « 

  5. BOUVART Yann -

    Ces différentes propositions sont pragmatiques. Elles vont dans le bon sens. Je pense qu elles seront ressenties favorablement par les habitants de la région.

  6. Vincent BUFQUIN -

    Bravo du concret
    pour les femmes et les hommes de la Région !
    Pour les jeunes et les étudiants.

Partager

Send this to a friend