Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Contenu principal de la page
Article publié le 08/01/2021
Mis à jour le 08/01/2021

À lire aussi

Fermer

Noémie et Sébastien Détrez, éleveurs à Autreppes (02) : « miser sur la qualité plutôt que la quantité »

"Nos achats sont nos emplois : mangeons local", c’est le slogan d’une grande campagne de communication, lancée dans la presse et sur les réseaux sociaux par la Région Hauts-de-France. Objectif : soutenir les producteurs de la région comme Noémie et Sébastien.

Noémie et Sébastien Détrez, parents de trois enfants, travaillent ensemble à la ferme des Fosses Mathon à Autreppes (02), au beau milieu de la Thiérache. "Il s’agit d’une exploitation familiale depuis quatre générations, présente Sébastien Détrez. Je me suis installé en 2005 et mon épouse m’a rejoint en 2015, après le départ en retraite de ma mère."
Leur crédo : proposer un produit de qualité, plutôt que de miser sur la surexploitation quitte à faire une production restreinte.

Du lait et de la viande bovine de qualité

"Nous avons un troupeau d’une soixantaine de vaches laitières, explique l’éleveur. Toute notre production de lait est destinée à la fabrication de maroilles AOP. En 2006, j’ai souhaité également acquérir des vaches allaitantes de race parthenaise pour proposer de la viande de bœuf de qualité. Cela fait quatre ans que nous avons développé la vente directe. Au départ, on a commencé à vendre notre viande à la ferme. Grâce au bouche à oreille, notre clientèle s’est peu à peu constituée. Aujourd’hui, elle est assez conséquente pour que l’on vende toute notre production."

Vente directe à la ferme et au lycée

Anciens élèves du lycée agricole de la Thiérache à Fontaine-lès-Vervins (02), Noémie et Sébastien Détrez ont mis en place un partenariat avec le lycée et plus précisément le magasin de l’établissement qui propose des produits du terroir. Cela leur permet d’avoir deux points de vente : à la ferme et au lycée. "La vente en direct nous permet d’avoir le retour des clients et de valoriser le produit de A à Z", se félicite Sébastien Détrez.

En plus de la viande de bœuf de race parthenaise et de la viande de veau à l’ancienne, l’éleveur propose également 26 sortes de fromages du Jura. "Lors de ma formation, j’ai fait un stage de trois mois dans le Jura et j’y ai rencontré des producteurs qui ont la même démarche qualité que nous. C’est un bel échange entre nos deux régions."

Une démarche qualité de A à Z

Les 97 hectares de la ferme sont composés d’herbes pour produire le foin et de maïs pour l’alimentation du cheptel. "Nous donnons à nos vaches du foin à volonté, ainsi que des céréales (luzerne déshydratée, pulpe sèche de betterave et tourteau de lin), explique Sébastien Détrez. Nous pratiquons un engraissement à l’ancienne qui prend beaucoup plus de temps, au moins un an. Cela se retrouve dans l’assiette : on a une viande qui a eu le temps de mûrir."

Pour respecter la chaîne du froid, Sébastien Détrez a investi dans l’achat d’une remorque frigorifique pour effectuer les trajets de l’abattoir jusqu’aux points de vente. Il propose même de faire des livraisons aux clients qui ne peuvent pas se déplacer. "La vente en directe demande énormément de travail en amont avec la répartition et la préparation des colis, le jour de la vente et après avec la comptabilité, reconnaît Noémie Détrez. Sans compter tout le travail de la ferme… On ne compte pas nos heures, c’est sûr et nos journées sont bien remplies ! Mais c’est notre vocation, on est passionnés et quand on a un retour très positif des clients, ça donne envie de continuer !"

Crédits et mentions légales