Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Article publié le 11/09/2020
Mis à jour le 17/09/2020

À lire aussi

Musique : quand la Région soutient les petits concerts

Avec le GIP "Cafés cultures", la Région accompagne les cafés-concerts et l'emploi dans les milieux de l'hôtellerie-restauration et de la culture dans ce contexte préoccupant pour le spectacle vivant.

Favoriser, du même coup, l'emploi et la culture : c'est le sens de l'action de la Région Hauts-de-France dans le cadre du GIP "Cafés cultures" qui, à l'échelle nationale, vise à soutenir l’emploi artistique dans les cafés, hôtels et restaurants organisant des "petits" concerts (avec une capacité d'accueil inférieure à 200 personnes).

"Plus loyal envers les artistes"

Sabine Meunier, gérante du pub Le Bacchus à Château-Thierry (02) depuis huit ans, est rompue à l'exercice de l'organisation de concerts. "J'ai une programmation à l'année, très éclectique au niveau des styles musicaux, et qui va de l'amateur éclairé aux artistes de renommée internationale. J'accueille une scène ouverte le jeudi et deux concerts le week-end. J'ai toutes les licences nécessaires mais je reste une petite structure : je travaille seule et je fais en moyenne 50 à 70 personnes. L'aide qui m'est accordée via le GUSO (guichet unique du spectacle vivant) est donc toujours bonne à prendre" témoigne-t-elle. Très soucieuse de garder "la musique accessible à tous" (l'entrée les jours de concert est à 1 euro, remisé chaque mois dans une tombola), Sabine veut aussi parallèlement "assurer aux artistes intermittents un cachet et un contrat de travail. C'est plus loyal que le système de chapeau, de pourcentage sur les consos ou d'un repas en échange de leur prestation !"

Soutenir l'emploi et la vie culturelle

En tant que partenaire de cette dynamique, la Région Hauts-de-France conforte sa stratégie en faveur des musiques actuelles. Celle-ci a pour ambition :

  • d’encourager la création et l’émergence musicale
  • d’accompagner la diffusion sur l’ensemble du territoire
  • de favoriser la mise en réseau des opérateurs culturels.

Le fonds existant sert à financer une partie du salaire des artistes et techniciens intermittents, favorisant du coup le versement de salaires déclarés plutôt que la pratique du chapeau ou un pourcentage sur les consommations. Les structures des Hauts-de-France peuvent donc désormais en bénéficier. Plus largement, ce fonds permet aussi à la Région de soutenir l’emploi dans ces milieux de la culture et de l'hôtellerie-restauration, en particulier en milieu rural.

Prime au secteur rural

L'aide régionale concerne l'ensemble du territoire des Hauts-de-France mais favorise les zones densément moins peuplées. Jusqu'à 18 000 euros dans les communes de moins de 30 000 habitants avec droit de tirage plafonné à 900 euros ; jusqu'à 10 000 euros dans les communes de 30 000 à 90 000 habitants avec droit de tirage plafonné à 750 euros ; jusqu'à 8 000 euros dans les communes de plus de 90 000 habitants avec droit de tirage plafonné à 750 euros.

Vous dirigez un établissement ou êtes musicien et souhaitez intégrer la démarche ? Renseignez-vous tout d'abord auprès du GUSO (guichet unique du spectacle vivant) avant de vous adresser au GIP Cafés Cultures pour bénéficier de l’aide via le fonds.