Toutes les actualités
Publié le 27/11/2019

L’hydrogène, filière d’avenir pour les transports, l’industrie et l’emploi

Avec une feuille de route et un plan d’action dédiés, la Région Hauts-de-France soutient le développement de la filière hydrogène, pour les transports et l’industrie.

Exploré et étudié depuis de nombreuses années par la Région, le potentiel de l’hydrogène pour les transports et l’industrie, deux piliers fondamentaux de l’économie des Hauts-de-France, entre aujourd’hui en phase de concrétisation. La Région vient en effet de se doter d’une feuille de route et d’un plan d’actions pour passer de la théorie à la pratique, sur cet enjeu de développement majeur et créateur d’emplois.

De nombreux atouts

Les Hauts-de-France disposent en effet de nombreux atouts pour ambitionner de devenir à terme une grande région productrice et exportatrice d’hydrogène :

  • des plateformes énergétiques de niveau européen à Dunkerque, point d’entrée massif de gaz aujourd’hui importé
  • une position favorable d’interconnexion avec le Nord européen
  • un tissu industriel développé et sensibilisé à la réduction des gaz à effets de serre.

Pionnière sur la question, la Région Hauts-de-France peut aussi compter sur de nombreux centres de recherche, ayant déjà fait la démonstration de son excellence dans ce domaine.

Structurer la filière hydrogène

Le plan adopté repose sur plusieurs grands objectifs visant à structurer la filière, à soutenir les projets de production et de stockage, et à être précurseur pour les usages dans l’industrie et les transports.

Ce plan, qui bénéficiera notamment de fonds alloués à la réalisation de rev3 (Troisième révolution industrielle), passe en particulier par le soutien de la Région aux collectivités et entreprises pour l’acquisition de bus et de véhicules roulant à l’hydrogène, ainsi que par la mise en place de conditions favorables à l’expérimentation de l’hydrogène dans les réseaux actuels de gaz. La Région soutiendra aussi les expérimentations innovantes, que ce soit en matière d’usage, de stockage ou de production.

À lire aussi

Le bus à hydrogène arrive dans les Hauts-de-France !

Les transports collectifs continuent de se développer avec l'arrivée d...


Transition énergétique : la Région aux avant-postes !

En Hauts-de-France, la Région soutient l'éclosion de projets innovants...


Rev3, la 3ème Révolution industrielle en Hauts-de-France : 7 nouveaux territoires démonstrateurs en action

Pour amplifier et accélérer la dynamique rev3 née en 2013, la missi...


Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

5 commentaires sur “L’hydrogène, filière d’avenir pour les transports, l’industrie et l’emploi”

  1. Rene Deloge -

    Bonjour, à quand les voitures à hydrogène avec les stations qui vont avec.
    Pour le coup ça va être zéro pollution.
    Bien amicalement
    René

  2. cosquer -

    Un point intéressant à soulever la distribution d ‘hydrogène pour les particuliers à un prix équivalent au gaz GNV

  3. mr ou mme carpentier raymond -

    Bravo pour l’initiative. C’est étonnant que cet hydrogène ne soit pas mieux considéré en France comme solution aux transports poids lourds. ( gros émetteurs de CO2 ). Il existe en France une Société qui ne demande qu’à satisfaire cette orientation : MCPHY, producteur de stations de production d’hydrogène, et de solution de stockage . Espérons que cela se concrétise pour le bien de l’humanité. C’est urgent face au bouleversement climatique.

  4. traché -

    Bonjour
    Enfin une très bonne nouvelle, en effet je roule avec mon vehicule equipé d’un kit hho (hydrogène oxigéne) qui transforme de l’eau en hho aspiré

    par le moteur. j’économise 2.5l de carburant au 100km depuis 5ans et je ne pollue pratiquement plus ,cela me fait plus de 2500 litres de diesel d’économisé.

    je pense qu’il faudrait le généraliser en attendant la transition compléte.

  5. Vincent -

    J’aimerais savoir comment est produit cet hydrogène, notamment celui qui alimente les bus à hydrogène. Car il est bien possible que l’on n’ait fait que déplacer le problème.
    Si l’hydrogène est produit par voie chimique, c’est à peu près aussi polluant que d’utiliser du carburant ordinaire, la pollution est simplement déplacée dans l’usine de production (à Houdain ou à Dunkerque).
    Si l’hydrogène est produit par électrolyse, c’est un peu mieux. Mais cela consomme quand même de l’électricité, qui provient pour partie des centrales thermiques (nucléaires, à gaz ou au charbon puisque l’électricité peut venir d’Allemagne). La voie vertueuse serait de ne produire cet hydrogène qu’avec l’électricité produite en excès par les éoliennes ou les centrales photovoltaïques, lorsque la production électrique excède la demande (cela arrive).
    Ce serait bien que la région soit plus transparente à ce sujet.

Partager

Send this to a friend