Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Chargement Évènements

« Tous les Évènements

FRAGMENTS TEXTILE

14 octobre - 16 décembre

Les artistes de l’exposition Fragments Textile ont choisi de tisser un fil entre 3 lieux culturels récents du territoire : L'Atelier coopératif Jean-Luc François initiateur du projet, La Nouvelle Scène et La Médiathèque Intercommunale de l’Est de la Somme, dont la transmission et la formation sont au cœur de leurs missions : que ce soit la- création, le spectacle vivant ou le patrimoine écrit. Leur rêve : écrire une trame commune et faire chatoyer les étoffes et les talents !

Originaires des Hauts-de-France, les créations de Stéphanie Laleuw, Stéphanie-Maï Hanuš et Hervé Piault résonnent d’autant plus dans cette région héritière d’une tradition industrielle du textile et de la dentelle.

Le fragment est un morceau d’une chose qui a été cassée, brisée, déchirée, une partie d’une œuvre dont l’essentiel a été perdu ou qui n’a pas été composée et, plus généralement, la partie d’un tout.
Le fragment est aussi une technique qui consiste à diviser un objet en un grand nombre de petits morceaux dans le but de les faire valoir en tant que tel ou de les agencer de manières différentes.
Les fragments de textile rappellent ces petits bouts de tissus ou de fils que l'on garde dans une boîte avec des boutons et autres petits « riens » ou évoquent encore des tissus anciens retrouvés dans des fouilles, comme les tissus Coptes ou Paracas, tissus usés par le temps mais touchants par l'idée d'une époque passée, qui nous projette vers un imaginaire.

Le fragment est rupture, brisure, cassure, mais le fragment peut être réparé, recousu, réuni aux autres morceaux.
Dans cette exposition il s'agit de faire justement de la fragmentation une sorte de continuité, de rencontre, de construction, de lien.
Des liens entre trois artistes qui utilisent les matériaux souples dans leurs créations. Des liens entre des pratiques artistiques et des lieux de culture.
Des liens entre le passé industriel textile de la région et un présent intéressé par le retour du fil en art.
Trois artistes dans trois lieux présenteront des morceaux choisis de leurs créations.

Stéphanie-Maï Hanuš utilise des textiles qu'elle récupère pour les déchirer, détricoter, démonter et les reconstruire, les rapprocher d'autres tissus ou matériaux d'une autre époque ou d'un autre donneur. Elle mélange ainsi des histoires, crée des rencontres entre son propre passé, son enfance, ses séjours en Asie et un présent qu'elle trouve fracturé. Elle crée aussi des carnets d'errances dans lesquels elle intègre par collage des images de sa vie réelle et des images de magazines idéalisées. Sa recherche artistique s’ancre sur l’axe du geste répétitif et du travail ouvrier, de la recherche de la simplicité des matériaux récupérés et de l'imperfection technique (effilochage, couture grossière).
Ses assemblages se veulent ludiques mais nous incitent à réfléchir en arrière-plan sur le monde de demain. « Le fragment est important dans mon travail. Je pioche des morceaux pour tenter de les maintenir ensemble, parfois dans un équilibre précaire, je pioche aussi dans l'art et
l'artisanat, dans le vide et le plein, dans le fragile et le résistant, la mode et le folklore, l'Orient et l'Occident, l'intime et le public, la tradition et la modernité... »

Hervé Piault, en recherche constante de fragilité et d’humanité, ajoute une couche sensible aux objets pour en découvrir l’âme, révéler leurs liens aux humains, évoquer leurs paradoxes ou amorcer des récits. Il propose ainsi le concept de Métadermie qu’il définirait comme une peau permettant d’accéder à une lecture contextuelle d’un objet. Il s’agit de révéler par l’intermédiaire d’une peau rapportée des éléments de lecture qui nous permettent de voir l’objet proposé sous un autre angle, un autre prisme. « Le travail d’habillage avec des vêtements usagés m’intéresse car il nécessite à la fois un travail de déconstruction du passé (découdre, purger, mettre à plat) et de reconstruction (recouper, coudre, assembler, maintenir). Cette double temporalité impose de choisir en permanence ce que l’on veut conserver et ce que l’on souhaite reconfigurer pour porter un nouveau message, susciter une nouvelle émotion. »

Stéphanie Laleuw convoquant le monde des formes et des couleurs, questionnant le motif, le travail de Stephanie Laleuw explore l'esthétique du vivant. Sa recherche puise dans l'univers du textile, des broderies familiales et des pratiques artisanales et populaires. Faisant écho aux enchevêtrements complexes de la nature, aux univers bigarrés des marchés et carnavals du monde entier, l'ornement dans le travail de Stéphanie Laleuw est envahissant, proliférant. Il ne vient pas en supplément mais est constitutif de la vitalité et de l'énergie recherchée. Il est l'expression d'une affirmation joyeuse de la vie. Les ornements puisés dans des univers domestiques, vernaculaires, transforment l'ordinaire en extraordinaire. Ils se développent dans l’espace, s’échappent du cadre jetant ainsi un pont entre l'art et la vie.

Dates et lieux

Du 14 octobre au 16 décembre à l'Atelier coopératif Jean-Luc François (Ham), et à La Nouvelle Scène (Nesles)

Du 2 au 26 novembre à la médiathèque intercommunale de l'Est de la Somme (Ham)

Pour plus d'informations, consultez la page Facebook de l'évènement

Détails

Début :
14 octobre
Fin :
16 décembre
Site Web :
https://www.facebook.com/Ateliers-coop%C3%A9ratifs-Jean-Luc-Fran%C3%A7ois-577907822673922/
Proposer un événement
Crédits et mentions légales