Toutes les actualités
Publié le 20/02/2020
© Ahed Zedan

Docteur Ahed Zedan : « Il reste encore beaucoup à explorer avec la maladie de Lyme »

En 2018, le Docteur Ahed Zedan a ouvert un hôpital de jour dédié à la maladie de Lyme, à la polyclinique Saint-Côme de Compiègne (60). Cette maladie vectorielle à tiques est encore trop souvent synonyme d’errance médicale pour ceux qui en souffrent.

Bientôt le printemps. Période propice aux longues promenades dans les majestueuses forêts de la région. Un loisir qui n’est pas sans risque si l’on ne prend pas ses précautions. La tique guette, principalement du mois de mars à octobre. Et la morsure de cet insecte peut transmettre une bactérie de type Borrelia, à l’origine de la maladie de Lyme, une infection qui peut s’avérer très invalidante, potentiellement grave et qui reste difficile à diagnostiquer. En 2018, le docteur Ahed Zedan, médecin spécialiste en médecine interne, a ouvert un hôpital de jour dédié à la maladie de Lyme à la polyclinique Saint-Côme de Compiègne. Un service qui a été certifié Centre de Compétences des Maladies Vectorielles à Tiques (CCMVT) par l’Agence régionale de Santé (ARS) en 2019. C’est le deuxième avec le CHU d’Amiens (80) dans la région Hauts-de-France. "La plupart des régions de France sont concernées par la maladie de Lyme. Les Hauts-de-France sont largement touchés, et en particulier l’Oise, en raison de la présence de forêts mais aussi à cause du changement climatique", explique le médecin.

Un parcours du combattant pour ceux qui en souffrent

Cette pathologie comporte classiquement trois phases qui peuvent s’étendre sur des années. Dans un premier temps, après la morsure de la tique, peut apparaître un érythème migrant. Puis vient une phase secondaire avec des manifestations neurologiques, des douleurs articulaires, des pathologies cardiaques et enfin une phase tertiaire avec des atteintes neurologiques, articulaires et musculaires. "Poser un diagnostic est difficile : les symptômes de la maladie sont multiples et peuvent correspondre, en étant pris séparément, à toutes sortes de maladies telles que de la fibromyalgie, de la fatigue chronique, des maladies auto-immunes, des pathologies néoplasiques…", souligne le Docteur Zedan. "Le patient subit souvent une errance médicale car c'est une maladie difficile à diagnostiquer tant sur le plan clinique que biologique - nous manquons de tests fiables. Le malade souffre et l’on ne trouve rien. Et cela peut avoir des conséquences graves pour le patient, et représente un coût pour la société."

Cette maladie est par ailleurs sujette à controverse dans le milieu médical : certains médecins considèrent que trois semaines d’antibiotiques suffisent pour la soigner, alors que "c’est une maladie chronique, qui doit être dépistée le plus tôt possible, avec un traitement adapté à chaque patient".

Des outils pour aider les malades à l'hôpital de jour de Compiègne

À l’hôpital de jour de Compiègne, les patients peuvent bénéficier de bilans complémentaires qui vont permettre aux médecins de poser un diagnostic précis. "Nous évaluons le patient, avec une prise en charge personnalisée, adaptée à son état, par la réalisation d'explorations cliniques, biologiques, radiologiques... Ces examens nous permettent d’aller plus loin. Nous échangeons avec des collègues médecins ouverts sur la question : cardiologues, neurologues…", ajoute le Docteur Zedan. Un soulagement pour le patient qui peut trouver des réponses à ses questions, un véritable soutien et un accompagnement, et bénéficier de soins adaptés.

Faire avancer la recherche et diffuser l’information

La maladie de Lyme reste mal connue, la recherche doit avancer et beaucoup reste à explorer : "Nous manquons encore énormément d’informations, explique le praticien. Nous essayons de faire progresser la recherche avec des partenaires locaux et nationaux. Nous faisons aussi de la diffusion d’informations en donnant des conférences auprès des publics les plus à risque, tels que les chasseurs. Un rendez-vous est fixé avec eux à Agnetz (60), le 27 mars." Au mois de mai prochain, le Docteur Zedan organisera une grande conférence internationale sur ce sujet, qui réunira des médecins français et étrangers.

Les bons gestes à adopter

Avant une promenade dans la nature (forêts, parcs, jardins…) :

  • Porter tee-shirt à manches longues et pantalon, rentré dans les chaussettes pour plus de précautions ;

Après la promenade :

  • Inspecter soigneusement son corps ;

S’il on est mordu par une tique :

  • Utiliser un tire-tique, disponible en pharmacie, et retirer la tique en tournant le tire-tique.
  • Désinfecter.

Et si un érythème apparaît, ou d'autres signes cliniques faisant évoquer la maladie de Lyme, consulter son médecin généraliste sans tarder.

 

À lire aussi

Actions d’initiative régionale pour la recherche : le dispositif « Start-AIRR »

La valorisation de la recherche correspond aux moyens de « rendre utili...


Pour aller plus loin


Infos pratiques

Polyclinique Saint-Côme de Compiègne

Hôpital de jour-Maladie de Lyme

7 rue Jean-Jacques Bernard

BP 70409

60204 Compiègne cedex

Tél. : 03 44 92 43 43

Plus d’infos

Association France Lyme

5 Cami del Canigonenc

66740 Villelongue del Monts

En savoir plus

Citique

Plus d’infos

Partager

Send this to a friend