Toutes les actualités
Publié le 21/06/2019

Croc la vie : des repas bio, locaux et de saison pour nos tout-petits

Depuis 10 ans, Croc la vie est devenue une référence de la restauration collective bio des moins de trois ans. Retour sur le développement de cette entreprise 100 % Hauts-de-France avec son fondateur Anthony Beharelle.

Après des études d'ingénieur et six ans dans l'industrie automobile, Anthony Beharelle quitte son poste à la fin des années 2000. "J'ai toujours eu des convictions fortes, notamment sur l'environnement, la place de l'Homme sur la planète et sur les modèles économiques qui nous régissent… J'avais besoin de donner du sens à mon travail." Le jeune homme se tourne alors vers l'économie sociale et solidaire, avec un objectif ambitieux : contribuer à structurer la filière bio dans la région.

Il crée Croc la vie, avec l'idée est de proposer aux crèches des repas bio, autant que possible à base d'ingrédients locaux, de saison et qui rémunèrent correctement les producteurs. "Ce n'est pas un simple positionnement marketing, affirme Anthony, on ne se contente pas du label AB. Nous essayons de participer à créer une micro-économie dans les territoires : les producteurs qui savent que nous leur commandons chaque semaine telle quantité de yaourts fermiers ou de carottes ont une meilleure visibilité sur leur activité."

Les spécificités des tout-petits

L'entreprise travaille un maximum de produits bruts : les pommes de terre, carottes ou courgettes sont lavées, épluchées, découpées et cuisinées sur place : "en tant que parents, on est contents de voir que nos enfants mangent des choses qu'on mangerait nous-mêmes !", apprécie Céline, la maman de Margot, 2 ans et demi. À l'heure actuelle, Croc la vie prépare et livre chaque jour 3 000 repas pour les enfants de 200 crèches de la région. Mais il ne s'agit pas de 3 000 repas identiques.

Entre quatre mois et trois ans, les besoins nutritionnels et les textures évoluent souvent : du début de la diversification alimentaire avec des purées de légumes très lisses aux menus des "grands" avec morceaux, l'entreprise propose cinq menus différents. "Nos clients sont des crèches qui comptent 5 à 25 enfants en moyenne, et qui ne mangent pas tous la même chose, poursuit le dirigeant. On ne peut pas standardiser, il faut s'adapter à chacun."

2 millions d'euros d'investissement

En 2009, Croc la vie préparait 200 repas par jour. Pour passer à 3 000, l'entreprise a dû investir dans de nouveaux locaux : "la Région et l'Europe nous ont accompagnés dans notre développement, rappelle Anthony Beharelle. Un financement de près de 300 000 euros nous a aidé à déménager ici, à Templemars (59). C'était un gros investissement (plus de 2 millions d'euros), mais nous avons voulu intégrer des innovations pour minimiser notre impact environnemental : matériaux locaux, production de froid, récupération de chaleur, chaudière à granulé de bois…"

Et maintenant ?

Dans quelques mois, Croc la vie sortira des murs des accueils collectifs des enfants : "nous avons l'ambition de devenir une référence en termes d'alimentation infantile locale, explique l'entrepreneur. Nous souhaitons proposer des solutions de repas pour tous : les crèches qui cuisinent sur place, les nounous à domicile et, bien-sûr, les familles. Des petits pots seront bientôt proposés, d'abord dans un réseau restreint, comme le circuit-court ou des enseignes bio spécialisées."

Pour aller plus loin


Infos pratiques

Croc la vie en quelques chiffres :

  • 28 : le nombre d’employés
  • 2 000 000 d’euros : le chiffre d’affaires annuel
  • 208 : le nombre de crèches clientes
  • 3 000 : le nombre de repas cuisinés chaque jour
  • 3,15 euros : le prix moyen d’un repas
Partager

Send this to a friend