Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Article publié le 08/01/2021
Mis à jour le 08/01/2021

À lire aussi

Cosserat : la mémoire ouvrière textile racontée par des lycéens d’Amiens

Motivés par leur professeur d'histoire, des lycéens d'Amiens font revivre la mémoire ouvrière de la ville avec un livre d'art et un spectacle auquel l'acteur François Morel a prêté sa voix.

Cosserat. En Hauts-de-France, ce nom intimement lié à l’histoire industrielle textile d’Amiens résonne comme le symbole de tout un pan de la mémoire ouvrière. Cosserat, c’est d’abord un nom de famille : celui d’une dynastie qui, depuis la fin du 18e siècle jusqu’à l’aube du 21e a fondé sa prospérité sur des savoir-faire innovants dans la fabrication du velours. Aujourd’hui définitivement fermée depuis 2012, la manufacture qui employa jusqu’à 600 ouvrières et ouvriers au cœur d’Amiens, et dont l’imposant bâtiment art déco s’offre toujours aux yeux des passants, fait partie du patrimoine intemporel de l’histoire industrielle de notre région.

C’est cette mémoire qu’ont décidé de faire revivre des lycéens d'Amiens en produisant un livre de photographies rarissimes racontant la saga Cosserat à travers les siècles, ainsi qu’un spectacle qui sera présenté au public dans le courant du mois de juin. À l’origine de ce projet, un professeur d’histoire du lycée Édouard Gand, Louis Teyssedou, passionné de photographies : "Curieusement, il y avait très peu d’images de l’usine Cosserat. Notre premier travail a ainsi consisté à solliciter des fonds d’archives très divers pour rassembler ces images, la plupart ignorées du public", explique-t-il.

Des documents inédits sur l'industrie textile à travers les siècles

Véritables témoignages sur les conditions de travail de l’industrie textile à travers les ans, ces photos historiques montrant par exemple d’un côté les ouvrières femmes, de l’autre les contremaîtres hommes, ont permis aux élèves d’appréhender la sexualisation de la division du travail au début du 20e siècle. "Avec ce travail sur la mémoire ouvrière, certaines de mes élèves ont appris que leur arrière-grand-mère avait été employée chez Cosserat à l’âge de 12 ans", ajoute le professeur dont le programme d’histoire, enseigné cette année, comprend un volet intitulé " les hommes et les femmes au travail".

Un spectacle vidéo avec la voix de l'acteur François Morel

Au-delà de l’histoire, ce projet pédagogique est également artistique. La couverture de l’édition de luxe du livre, tiré à quelques exemplaires seulement, a été conçue et fabriquée par des élèves de bac pro métiers du vêtement et mode du lycée Édouard Branly d'Amiens, "avec des morceaux retrouvés d’authentique velours Cosserat fabriqué à Amiens ", précise Louis Teyssedou. Un spectacle sur le thème du passé ouvrier d’Amiens est également en préparation, avec la compagnie amiénoise Issue de secours utilisant comme support une frise géante reprenant tous les visuels du livre et des vidéos auxquelles l'acteur François Morel a prêté sa voix, ainsi que la participation de jeunes élèves de classes de CE1 et de CE2.

Attirant l’attention de nombreux médias régionaux et nationaux, ce projet pédagogique global à la fois historique et artistique est aussi pour les élèves un apprentissage de la citoyenneté. "C’est une fierté pour eux de pouvoir parler de ce travail collectif sur les ondes de France bleu ou de France Inter qui nous ont ouvert leurs micros ", se réjouit le professeur. "Au début, c’est moi qui parlais. Aujourd’hui, je leur dis: c’est vous ".

Soutenu par la Région et produit en partenariat avec Les Editions du Monstre (Amiens), Les Editions Voix du Garage (Amiens), le livre "de Cosserat tu causeras " est accessible en ligne sur le site de la trousse à projets, proposé par le ministère de l’éducation nationale.

Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

Un commentaire sur “1”

  1. FOURNIER -

    C’est très intéressant, de parler des entreprises d’ antan …Notamment l’usine Cosserat.
    Merci beaucoup amicalement