Toutes les actualités
Publié le 10/04/2020

Transports scolaires à l’arrêt : la Région soutient les entreprises

Pour pallier la baisse majeure d'activité des entreprises de transport scolaire et interurbain, la Région a mis en place des compensations financières.

Avec la fermeture des crèches, des écoles primaires (maternelles et élémentaires), des collèges, des lycées et des universités, les services de transports scolaires étaient suspendus depuis lundi 16 mars. Pour les entreprises de transport en contrat avec la Région, cela représente une baisse d'activité majeure et inédite.

S'agissant de l'une des compétences principales de la Région, Franck Dhersin, vice-président en charge des transports, a expliqué que l'institution avait décidé d'apporter "un soutien fort aux entreprises de transports scolaires et interurbains pendant cette crise inédite du Covid-19 par l’adoption du règlement du transport scolaire et une indemnisation aux transporteurs pour préserver les emplois et le pouvoir d’achat des parents."

Trésorerie et charges incompressibles

"Nous allons verser des acomptes à hauteur de 18 millions d'euros. Je ne veux pas fragiliser les transporteurs qui travaillent avec la Région", s'est engagé Xavier Bertrand. Ces compensations financières tiennent compte des besoins de trésorerie à court terme et des charges incompressibles que ces entreprises continuent à supporter au titre de leurs contrats avec la Région pendant la crise. Elles concernent également les communes et intercommunalités qui assurent les transports scolaires par délégation de compétence de la Région.

Afin de ne pas induire de surcompensation, les entreprises ou régies régionales devront effectuer les démarches nécessaires pour obtenir les aides gouvernementales auxquelles elles sont éligibles. Celles-ci seront intégrées au calcul des compensations financières régionales.

À lire aussi

Covid-19 : tous les acteurs de l’économie régionale mobilisés

- Pour les chefs d’entreprises, artisans et commerçants : 03 59 75 ...


Covid-19 : la Région protège le pouvoir d’achat

Face à la situation inédite et parce que protéger le pouvoir d’acha...


Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

Un commentaire sur “1”

  1. Lucas -

    Très bonne initiative mais le devenir des conducteurs est de la plus mauvaise augure.
    Prenez un exemple je vis seul avec ma fille de 20 ans étudiante en école d’infirmière 2ème année sa bourse haut de France lui permet de couvrir son hébergement ses frais d’ifsi je l’aide comme je peux mais je suis conducteur de car avec 34 ans d’ancienneté au mois de mars j’ai travaillé normalement jusqu’au confinement puis 5 jours de ligne interurbaines ma société m’a mis en activité partiel ce qui m’a valu 400 euros en moins sur mon salaire à savoir que je ne peux prétendre à l’allocation logement ni a la CMU ni au chèque énergie,car je fait parti des privilégiés qui peuvent payer.
    Je dois faire face à des charges incompressibles qui elles ne baissent pas pour cause de covid19 et cette baisse de salaire va me mettre dans une situation difficile .

Partager

Send this to a friend