Toutes les actualités
Publié le 15/04/2020

La « choule », jeu picard à l’origine du football et du rugby

Lointain ancêtre du football et du rugby, la "choule" est aussi une des plus anciennes traditions de village des Hauts-de-France. La commune de Tricot, dans l'Oise, est la dernière à la perpétuer chaque lundi de Pâques depuis... le XIe siècle.

Confinement oblige, pas de "choule " à Tricot (Oise) ce lundi Pâques. De mémoire de Tricotoise et de Tricotois, on n’avait jamais vu ça. Inimaginable ! C’est en effet dans cette commune de 1300 habitants que se perpétue chaque lundi de Pâques depuis le XIe siècle la pratique ancestrale de la "choule", une des plus ancienne tradition de village des Hauts-de-France.

L'ancêtre du football et du rugby

Lointain ancêtre du football et du rugby, ce jeu - sportif et viril - voit s’affronter dans les rues du village une fois par an deux équipes d’hommes : celle des "mariés " et celle des "célibataires". L’enjeu : s’emparer du "choulet", sorte de ballon de cuir en forme de poire afin de le projeter au dessus du toit d’une maison désignée en début de partie. Rituel immuable, la partie est toujours précédée d'un défilé en fanfare dans le village  et c’est obligatoirement  la dernière femme mariée de la commune qui donne le coup d’envoi. Pour le reste, les règles sont très simples : il n’y en pas et tous les coups sont permis. On dit que certains en profitent, mais cela ferait partie de la tradition, pour régler quelques comptes personnels, tout en restant, dit-on, dans un esprit bon enfant. Une "choule" peut ainsi durer de quelques minutes à plusieurs heures, quitte à se prolonger tard dans la nuit.

A l’origine, ce jeu traditionnel picard, se pratiquait dans une prairie entre deux villages. Le "choulet" était déjà une boule de cuir, mais garnie de foin, d’eau ou de mousse. C’est pendant la Guerre de Cent ans que ce jeu, pratiqué par les Anglais, aurait été codifié en deux variantes, l’une donnant naissance au football, l’autre au rugby. Longtemps joué un peu partout en Picardie, il ne se pratique plus aujourd’hui qu’à Tricot, chaque lundi de Pâques. Une tradition qui n’a pu se tenir cette année pour cause de crise sanitaire mais qu’on se rassure… ça n’est que partie remise !

À lire aussi

La culture chez vous

Alors que les musées, cinémas, salles de concerts ou de spectacles ont...


Partager

Send this to a friend