Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Contenu principal de la page
Article publié le 10/09/2021
Mis à jour le 10/09/2021

À lire aussi

Fermer

Calais : le nouveau port officiellement inauguré

Conçu pour faire face à l'augmentation du trafic transmanche, le nouveau port de Calais a été inauguré le 9 septembre 2021. Six ans de travaux ont été nécessaires pour ce projet à 863 millions d'euros. Il sera mis en service début octobre.

C'est un budget de 863 millions d'euros, mais ne lui parlez pas d'un projet "pharaonique" ! Jean-Marc Puissesseau, le Président-directeur général de la société d'exploitation des ports du détroit lui préfère le qualificatif de "raisonnablement ambitieux". Pourtant, comme l'a rappelé Xavier Bertrand, le nouveau port de Calais, inauguré ce jeudi 9 septembre 2021 est "le plus grand chantier portuaire à l'échelle européenne du 21e siècle" ! Fruit d'un partenariat public-privé, ce chantier a notamment été financé par la Région à hauteur de 171 millions d'euros et par l'Europe pour près de 100 millions d'euros.

Une idée devenue réalité

Il aura fallu 18 ans, dont 6 ans de travaux pour concrétiser l'esquisse dessinée sur un bout de papier par Jean-Marc Puissesseau en 2003. À l'époque, le trafic de fret transmanche s'intensifiait chaque année (il a triplé en 20 ans) et les infrastructures du port de Calais arrivaient à saturation. Le risque évident pour le port de Calais : perdre sa place de leader du trafic transmanche au profit d'autres en Belgique ou aux Pays-Bas. Plutôt que de se contenter d'agrandir le bassin existant, Jean-Marc Puissesseau imagine ce qui deviendrait aujourd'hui le premier port roulier d'Europe continentale.

En 2007, une loi de décentralisation transfère les ports aux Régions. Une opportunité car les élus du Conseil régional de l'époque décident de soutenir le projet à l'unanimité (moins une voix). Petit à petit, les partenaires sont convaincus, l'idée devient projet puis réalité. "La Région a été visionnaire, se réjouit Xavier Bertrand. Les élus de l'époque ont eu conscience de l'importance de ce projet pour notre territoire. Les 171 millions d'euros de la Région ont été bien utilisés et vont porter leurs fruits tant en termes économiques que d'emplois."

À la pointe du transport de fret et de passagers

Calais occupe une position géographique stratégique pour le transport de marchandises vers le Royaume-Uni. Chaque année, ce sont 1,8 million de camions et 43 millions de tonnes de marchandises qui traversent la manche. De plus, le nouveau port de Calais est désormais le seul port européen à être équipé d'un terminal d'autoroutes ferroviaires et est ainsi connecté à l'Espagne, l'Italie et au sud de la France. Un véritable potentiel car le fret ferroviaire est amené à doubler d'ici 2050.

Calais, c'est aussi le premier port français de voyageurs avec 8,5 millions de passagers et 1,4 million de véhicules de tourisme par an. Les nouvelles infrastructures du port permettent maintenant d'augmenter la capacité des terminaux et d'accueillir les nouvelles générations de ferries (plus de 220 mètres de long) qui nécessitent des quais plus longs et des bassins plus larges.

Les défis de l'emploi et de l'environnement

Le nouveau port de Calais promet de relever de nombreux défis : développement économique, touristique et de création d'emplois. "Ce port, c'est un outil économique, touristique pour le littoral, considère Natacha Bouchart, maire de Calais. Mais c'est aussi des emplois et des avenirs !"
"C'est un projet créateur d'emplois, de beaucoup d'emplois, confirme Xavier Bertrand. Sur le chantier, ont travaillé 3500 personnes dont la moitié issue de la région et les retombées économiques ont été significatives pour nos entreprises : 188 millions d'euros, dont 52 millions pour les seules PME des Hauts-de-France."

De plus, pensé dès sa conception, le port répond aux enjeux actuels de transition écologique : une digue éco-conçue prévue pour faire face à l'élévation du niveau de la mer, des bâtiments à énergie positive, véhicules électriques, valorisation des déchets… Le port s'est fixé pour objectif de réduire l'empreinte carbone due à ses activités de 30 % d'ici 2025. Une aire de quiétude pour les oiseaux ainsi qu'un observatoire ornithologique ont aussi été implantés et des habitats artificiels disposés le long de la digue pour enrichir la biodiversité du littoral.

Crédits et mentions légales