Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Article publié le 31/07/2020
Mis à jour le 14/09/2020

À lire aussi

Betterave sucrière : la Région aux côtés des agriculteurs

La filière de la betterave sucrière subit actuellement les ravages de la jaunisse virale. La Région Hauts-de-France interpelle le gouvernement pour trouver une solution.

Depuis le mois d’avril, les champs de betteraves ne sont plus verts mais jaunes. Les parcelles de betteraves sont touchées par la jaunisse due à la prolifération de pucerons verts, contre laquelle les agriculteurs n’ont pas de solutions. En effet, depuis 2018 et l’interdiction en France des néonicotinoïdes, utilisées dans d’autres pays européens pour traiter les semences des betteraves, les agriculteurs français n’ont plus d’alternatives efficaces.

3 000 agriculteurs, 30 000 emplois indirects en Hauts-de-France

Aujourd’hui, les producteurs français de betteraves enregistrent des pertes de rendements de l’ordre de 30%. Le secteur était déjà fragilisé par une chute des prix ; ce phénomène de jaunisse virale menace sérieusement la production dans les Hauts-de-France, mais aussi les territoires d’Ile-de-France, de Normandie et du Grand-Est dont l'ensemble représente 90% de la production française.

Fleurons de la betterave avec 50% de la production betteravière, les Hauts-de-France comptent 3 000 agriculteurs et 30 000 emplois indirectement liés, notamment dans l’industrie du sucre. C’est autant de personnes menacées par ce fléau.

La Région monte au créneau

Pour sauver ce secteur économique, les Régions Hauts-de-France, Grand-Est, Normandie et Ile-de-France s’unissent pour demander une dérogation sanitaire au gouvernement. "Si rien n’est fait politiquement, c’est l’avenir de la betterave en France qui est en jeu. La situation est dramatique !" alerte Marie-Sophie Lesne, vice-présidente de la Région Hauts-de-France chargée de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la bioéconomie.

La Région réclame auprès de l’État l’autorisation d’utiliser à nouveau les néonicotinoïdes, rapidement mais de manière provisoire, pour traiter les cultures de betteraves, le temps que la recherche trouve des alternatives pérennes et plus écologiques.