Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Article publié le 27/01/2021
Mis à jour le 27/01/2021

Auschwitz : les lycéens des Hauts-de-France témoignent

En cette journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, la Région rappelle son engagement en faveur de l'éducation à la tolérance et à la paix, face au racisme, à l’antisémitisme et à toutes formes de discrimination. *En raison des conditions sanitaires durant l'année 2020, aucun voyage n'a pu être organisé.

Retrouvez le témoignage des lycéens des Hauts-de-France sélectionnés en 2019 pour ne pas oublier !

Transmettre la Mémoire par l'image

À Compiègne, les élèves du lycée Jean-Paul II ont décidé de réaliser un reportage vidéo pour partager leur expérience. "La moitié du groupe est en spécialité audiovisuelle, et d'autres élèves qui n'avaient pas pu prendre part au voyage d'étude ont souhaité participer à la production de la vidéo, explique Claire Charles, leur professeure d'histoire. De la prise d'image au montage, en passant par la composition de la musique (jouée par l'orchestre du lycée), ou la voix-off, ils ont tout fait eux-mêmes !"

Au cours de leur travail, les lycéens se sont plongés "dans la détresse des déportés", se sont interrogés sur la place accordée à la Mémoire. Ils ont commencé leur voyage avec la visite du camp de transit et d’internement de Royallieu situé près de leur établissement scolaire, pour aller au bout de l'horreur, jusqu'à Auschwitz : "cet espace immense et désolé fait prendre conscience de l’amplitude du crime nazi. L’humiliation vécue dans les camps était encore palpable, malgré la destruction des chambres à gaz et crématorium…".
"Il est difficile de réaliser ce qui s’est passé là-bas sans y être allé, ou tout du moins avoir vu des images". Avec son reportage, le groupe d'élèves souhaite aujourd'hui témoigner auprès de lycéens et de collégiens. "Nous sommes des Passeurs de Mémoire", résument-ils.

Sur les traces d'Ida Grinspan

Les élèves du lycée Jean Rostand, à Chantilly (60), ont choisi de travailler sur la mémoire d'une rescapée d'Auschwitz, Ida Grinspan, qui venait de décéder au début de leur travail de mémoire en septembre 2018.
Ils ont retracé son parcours en visitant le mémorial de la Shoah à Paris et Drancy, d'où elle fut déportée. La visite du camp d'Auschwitz a été très marquante pour les lycéens : "il n’était pas possible de se rendre vraiment compte de la taille du complexe concentrationnaire ni de la réalité de son fonctionnement avant ce voyage même en ayant étudié cette question en classe", expliquent-ils.

Quelques semaines leur ont été nécessaires pour "digérer" cette expérience et pouvoir la partager avec les autres élèves de leur classe. Ils prévoient également une exposition qui leur permettra de "continuer à porter le message des témoins disparus" auprès de l'ensemble des élèves de leur établissement.

Un hommage virtuel

Le Parlement européen organise une cérémonie virtuelle à l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

Un commentaire sur “1”

  1. Pouille Humez Nicole -

    MERCI merci merci encore merci pour ce très beau travail de mémoires, ces jeunes filles et jeunes gens qui sont aujourd’hui passeurs de mémoire.
    Mon père fut déporté à Bergen Belsen puis a Essen, il en est revenu mais jamais il nous a parlé de sa déportation nous l’avons su que quelques années avant son décés. « En 2014 » Il ne sait pas fait reconnaitre auprès des associations il a complétement voulu oublier cette période de déportation.
    Sa vie fut très compliquée je l’ai toujours connu malade, nous vivions au début de son mariage avec maman dans une maison ou il n’y avait que deux pièces nous dormions à cinq dans la même chambre et sur des paillasses., quand nous avons travaillé la vie était plus facile.
    Ce grand Monsieur qui était mon père a voulu participer à sa façon « il avait 17 ans » à aider son Pays .

    Bravo pour ce beau travail qui m’a beaucoup touché, ces personnes qui ne sont jamais revenus et tous les autre ne les oublions pas