Toutes les actualités
Publié le 01/06/2017

Création d’un numéro d’appel « post-agression » pour les professionnels de santé

Les épisodes d’agression dont a été victime le Docteur Goidin, à Dunkerque depuis fin avril, ont eu raison de la patience de ses confrères, qui tirent la sonnette d’alarme, et de Xavier Bertrand qui va mettre en place un numéro d’appel.

Jean-Paul Ortiz, le président national de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), a lancé un appel au gouvernement pour trouver une solution à l’insécurité subie par les médecins libéraux. "Ça peut être des petites incivilités en apparence sans incidences, ça peut aussi être des agressions plus sévères. Cela nous empêche, dans tous les cas, d’assurer notre travail dans de bonnes conditions."

En 2015, ce sont "pas moins de 924 incidents qui ont été déclarés. Mais il faut savoir que pour diverses raisons, nous n’avons pas le réflexe de faire état de ces agressions. Ces chiffres sont donc très en dessous de la réalité." Les professionnels de santé demandent notamment la création d’un numéro d’urgence, la possibilité d’installer des caméras de surveillance ou encore de bénéficier d’un statut de professionnel protégé.

Prendre le problème de A à Z

La situation est assez critique pour que la Région Hauts-de-France s’implique. Pourquoi ? "Parce que si les médecins ne peuvent assurer leur métier sereinement et en sécurité, ils seront moins nombreux à rester. Et s’ils partent, ce sont autant de patients dans ces territoires qui ne pourront être soignés", explique le président Xavier Bertrand.

Un numéro de téléphone "post-agression" sera ainsi mis en place à partir du 1er juillet, une fois que les différents partenaires (police, gendarmerie, préfectures, ARS, Départements…) seront prêts, pour l’ensemble du territoire des Hauts-de-France. "Ça ne sera pas police-secours, tempère Xavier Bertrand, mais il devra servir, dans les jours qui suivent la déclaration d’agression, à prendre le problème de A à Z, mettre tout le monde en relation pour s’assurer que les moyens sont mis en œuvre pour résoudre formellement les problèmes rencontrés par l’ensemble des professionnels de santé."

 

 

 

Pour aller plus loin


Infos pratiques

Le numéro (à partir du 1er juillet)

03 74 27 00 24

Partager

Send this to a friend