Rechercher dans le site
Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type
Contenu principal de la page
Article publié le 16/11/2021
Mis à jour le 16/11/2021

À lire aussi

Fermer

À chacun son hareng

Pendant toute la deuxième quinzaine de novembre, notre littoral célèbre et fête le hareng, poisson roi des Hauts-de-France.

Berck, le Portel, Étaples, Calais, Boulogne-sur-Mer… Depuis le 13 novembre et jusqu’au 28, les ports de pêche de notre littoral fêtent le hareng. C’est à cette période de l’année en effet que ce poisson emblématique de la gastronomie et de la culture populaire du Nord fuit le Gulf Stream, trop chaud pour lui, pour venir se réfugier près de nos côtes, "chez lui " en quelque sorte.

Ce moment, appelé la "harengaison ", est également celui où selon les connaisseurs il est le meilleur. Luisants à souhait et gorgés de bon gras (des omégas 3 !) les mâles sont en effet emplis de laitance tandis que les femelles sont pleines de leurs œufs, donnant à la chair une consistance particulièrement savoureuse.

Poisson roi des Hauts-de-France

Plusieurs écoles se disputent la meilleure façon de le déguster. Juste grillé ou plus traditionnellement cuit à la fumée suspendu dans la cheminée, avec ou sans pain beurré, l’essentiel est de respecter la tradition qui tient en une phrase en cht’i : " À chacun sin pin et s’n’hérin… ". Comprendre que chacun fait comme il veut dès lors que le partage et la convivialité sont au rendez-vous.

"Poisson roi" des Hauts-de-France, le hareng a fait la fortune et la réputation de nos ports et de nos entreprises de transformation, les saurisseries de Boulogne-sur-Mer en particulier, dont certaines pratiquent aujourd’hui encore un fumage traditionnel, utilisant des copeaux de bois issus des arbres des forêts voisines.

Quand "une saison de pêche rapportait une maison"

L’âge d’or du hareng dans notre région remonte ainsi au 19e siècle, époque où, disait-on sur le port de Boulogne, "une saison de pêche rapportait une maison ". Beaucoup de familles vivaient alors de ce poisson qui donnait du travail à toute la famille. Quand les hommes étaient en mer, les femmes travaillaient durement à terre comme " filetteuses" pour préparer les poissons et en lever les filets avant leur transformation dans les saurisseries et les conserveries.

Si les premières fêtes du hareng marquant le début de la campagne de pêche remontent à cette époque, elles sont au fil du temps tombées en désuétude, avant de connaître un nouveau regain dans les années 60. C’est 1962 par exemple que le lancer de hareng depuis le balcon de l’hôtel de ville est introduit à Dunkerque pendant le carnaval. Depuis une vingtaine d’années, ces fêtes connaissent à nouveau un élan populaire.

Rendre ses lettres de noblesses au hareng

L’idée n’est plus alors uniquement de lancer la campagne de pêche en célébrant la prospérité, mais de faire la promotion de ce poisson en lui rendant ces lettres de noblesses à travers des grandes fêtes tournées vers le public. Dégustations de hareng sous toutes ses formes, chants de marins, danses traditionnelles et animations festives rythment ainsi la vie de nos ports pendant la deuxième quinzaine de novembre.

Alors, à chacun son hareng :

  • À Berck sur-Mer pour le Festival du Hareng Côtier du 13 au 24 novembre.
  • À Boulogne-sur-Mer pour « L’Fête à tit Jean » les 20 et 21 novembre sur le quai Gambetta, de 10h à 19h.
  • À Calais pour la Fête du hareng à les 27 et 28 novembre, place du Minck à partir de 12h.
Crédits et mentions légales