Toutes les actualités
    Publié le 09/08/2016
    Rio 2016 - Phara Anacharsis

    Rio 2016 – Phara Anacharsis : « Il y avait une piste en bas de chez moi, j’ai décidé de foncer »

    Dès son arrivée en métropole, Phara Anacharsis a enfilé ses chaussures et a couru. Depuis, la Martiniquaise ne s'est plus arrêtée. Sur les traces de son modèle Marie-José Pérec, la vice-championne d'Europe du relais 4x400 m rêve de faire mieux à Rio.


    PHARA-ANACHARSIS-STUDIO-3Phara Anacharsis

    • Athlétisme 400 m haies et relais 4x400 m
    • Née le 17 décembre 1983, à Fort-de-France
    • Club : Lille Métropole Athlétisme / Pôle France INSEP (Paris)
    • Palmarès : vice-championne d’Europe 2016 du relais 4x400 m, championne de France 2016 du 400 m haies

    Mon meilleur souvenir de sportive

    Le relais 4x400 m aux championnats du monde à Osaka, en 2007. Au Japon, j’ai ressenti pour la première fois le soutien de tout un stade pour les athlètes. C’était très, très fort.

    Mon ambition pour Rio

    Une finale en individuel, sur le 400 m haies. Une fois parmi les huit finalistes, tout est possible pour la médaille. Avec les filles du 4x400 m, un podium. Vice-championnes d’Europe à Amsterdam, nous rêvons de faire encore mieux à Rio.

    Ma préparation

    Avant la course, j’enfile toujours la chaussure droite, puis la gauche. Ensuite, j’exécute toujours le même geste, que connaissent bien mes adversaires : je mets mes lunettes de soleil. Je suis alors dans ma bulle, plus rien ne peut m’atteindre.

    Mes modèles

    Marie-José Pérec. C’est elle qui m’a inspirée, c’est elle qui m’a donné envie de courir. Son palmarès est juste hallucinant : triple championne olympique, double championne du monde, double championne d’Europe, multiple championne de France. La référence.

    Phara_AnacharsisMon “déclic”

    Les jours qui ont suivi mon arrivée en métropole, en 2000. Il y avait une piste en bas de chez moi. Les chaussures aux pieds, j’ai décidé de foncer, tête baissée.

    Mon objet fétiche

    Un collier que m’a offert mon oncle. Je le porte tous les jours, à l’entraînement comme lors des compétitions.Il me rassure.

    Mon lieu de prédilection

    La Martinique. Je ne rentre malheureusement pas souvent sur mon île, “au pays” comme on dit, mais c’est toujours un grand bonheur d’y aller pour retrouver la famille, les amis.

    Commentaires

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    *