Toutes les actualités
Publié le 18/05/2017

La Région aux côtés des salariés de Pentair

Comme pour Whirlpool à Amiens, la Région s’engage pour la reprise et sauver les emplois.

Décembre 2015 : le groupe américain Pentair annonce un projet de réorganisation, entraînant la fermeture du site de Ham (80) spécialisé dans la production de robinetterie industrielle et la suppression d’emplois.

98 emplois sauvés

Dès le lendemain de l’annonce de la future suppression de ces 134 emplois, Xavier Bertrand, se rend auprès des salariés. À Ham, il annonce son intention de trouver un repreneur. Après plusieurs mois de recherches et de négociations avec le groupe Pentair pour la reprise du site de Ham, un repreneur est trouvé. Son nom : Altifort, groupe industriel des Hauts-de-France spécialisé dans la robotique, la construction, le traitement des sols et les systèmes de sécurité.

Le 1er janvier 2017, la reprise est officialisée et l’ancienne usine Pentair devient Picardie Valves Industries (PVI). 98 emplois sont sauvés et 8 emplois sont créés. Les 36 personnes non reprises sont parties fin 2016 dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi, pris en charge par le groupe Pentair.

La Région soutient la reprise et les investissements

Aujourd’hui, PVI veut passer à la vitesse supérieure. Après la reprise, place à la remise en ordre de marche de l’usine. La direction de PVI veut aussi investir pour le site de Ham, avec l’ambition de se positionner sur de nouveaux marchés

Parce que la Région s’est engagée depuis l’annonce de la fermeture du site de Ham à soutenir un projet de reprise et de sauvetage des emplois, un prêt à hauteur d’1 million d’euros sera accordé à PVI. "Même si on ne gagnera pas à chaque fois, on se battra à chaque fois", a affirmé Xavier Bertrand.

 

Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

Une réflexion au sujet de « La Région aux côtés des salariés de Pentair »

  1. Sylvain Petit -

    Il faut continuer et accentuer, en se rapprochant des dirigeants et DRH pour connaître leurs vrais besoins.

Envoyer à un ami