Toutes les actualités
Publié le 31/05/2016

Mini-entreprises, place à l’initiative !

Le 24 mai à Lille, 3000 jeunes participaient au festival de l’initiative. Un évènement organisé par la Région pour valoriser et développer l’esprit d’entreprendre des jeunes.

Avoir une première expérience de l'entrepreneuriat avant la fin de ses études voire au collège ou au lycée, c’est possible grâce aux mini-entreprises. Le principe : accompagné par deux ou trois professeurs, un groupe d’élèves motivés se retrouve au moins une fois par semaine pour mener à bien un projet. Comme pour les « vraies » entreprises, il faut trouver la bonne idée, gérer les finances, le développement du produit sans oublier l’aspect marketing et la communication. Dans les allées du festival, des élèves distribuent des flyers, d’autres jouent les hommes-sandwiches ou font résonner le mégaphone pour attirer le public sur leur stand.

Avec plus de 160 mini-entreprises, la concurrence est rude ! En classe de troisième, Enzo, Coralie et Fériane ont créé la Tic-tac Box, une montre dans une boîte. Ils étaient suivis par M. Delcroix, professeur de français et Mme Dhalluin, professeur de technologie. Pour cette dernière, il s’agit du projet d’une année : "en découvrant l’entreprise de l’intérieur, ils en comprennent aussi les difficultés, c’est plus concret. Ils ont cherché des fournisseurs, réfléchi à des emballages spécifiques en fonctions des fêtes : Noël, St Valentin, etc. Cela développe aussi le travail de groupe, l’expression orale et la confiance en soi."

Devenir son propre patron

Au lycée Arthur Rimbaud, à Sin-le-Noble, 11 élèves en première STMG travaillent depuis le début de l’année sur le projet Time récup’. "On récupère de vieux disques vinyle et de la peinture et on crée des horloges. Il n’y a que le mécanisme qui ne soit pas recyclé", explique Tifanny. Et ça marche fort pour l’équipe : à l’heure actuelle, ils ont déjà vendu 33 horloges pour un bénéfice de 130 €. De quoi donner des idées : "on apprend à créer, à gérer : ça donne plus envie que d’avoir un patron !"

Venues avec leur collège, Leslie et Fanny se verraient bien un jour tenir un salon de coiffure ou une fleuristerie. Elles ont profité de l’événement pour se renseigner sur le stand de l’université régionale des métiers de l’artisanat. Les jeunes filles se sont essayées à un serious game : en équipe, on choisit un métier et on répond à un quiz sur la nature du travail, les conditions de travail, la formation nécessaire… un bon moyen de mettre fin aux idées reçues !

"Maintenant, on sait qu’on en est capables"

Dans la catégorie des plus de 18 ans, on trouve des projets très aboutis. Une équipe de 11 étudiants en licence à l’IAE de Lille a conçu des vêtements pour enfants que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Ils sont partis d’un postulat : "c’est toujours quand on est pressé, que l’on doit partir quelque part, qu’on se rend compte que le vêtement du petit est tâché, soutient Caroline. On a donc imaginé une double épaisseur de tissus dont la supérieure est imperméable et amovible. Il suffit d’enlever les pressions sur le côté pour retrouver un habit propre." Le groupe travaille sur son projet depuis septembre. "On a maintenant une idée concrète de ce qu’est l’entrepreneuriat : au début, c’est effrayant parce qu’il y a beaucoup à faire, raconte Yamina, mais maintenant on sait qu’on est capables de mener à bien un projet qui nous tient à cœur."

 

Pour aller plus loin


Infos pratiques

Retrouvez les photos et les résultats des concours sur le site du festival

Envoyer à un ami