Toutes les actualités
Publié le 15/03/2018
Dans son atelier de restauration, Retro Metal Works à Villers-Bretonneux (80), Michael Dellon restaure les véhicules de collection

Michael Dellon, docteur ès voitures de collection

Dans son atelier de restauration, Retro Metal Works à Villers-Bretonneux (80), Michael Dellon bichonne avec passion des véhicules usés par les années. Son savoir-faire artisanal, hors-pair, rayonne au-delà des frontières des Hauts-de-France.

Villers-Bretonneux, le printemps approchant. Au soleil, face au bitume, une Triumph TR6 vit une seconde jeunesse, quand un pick-up Peugeot 504 attend son heure. Non loin, un combi VW totalement mis à nu patiente à côté d'un Transporter T3 que l'on croirait hors d'usage. Toutes ces belles "demoiselles" d'antan attendent sagement de passer entre les mains de Michael Dellon, proclamé par ses nombreux clients "docteur ès véhicules de collection".

L'entrepreneur, originaire de Moyencourt (80), a choisi sa région natale pour installer, à Villers-Bretonneux, Retro Metal Works. Un atelier de restauration de véhicules de collection où se pressent des amateurs de vieilles cylindrées comme de vrais "archéologues de l'automobile" à la recherche du meilleur artisan pour leur perle rare.

"Chaque voiture, chaque moto a son histoire, ses kilomètres, ses parcours de vie. Lorsque j'ouvre le capot et que je scrute les moindres détails de ces bijoux de mécanique, c'est comme si je traversais une autre époque. Une époque où les courbes étaient plus affirmées, où la technologie numérique était totalement absente, révèle Michael Dellon. Permettre aux propriétaires de reprendre le volant de ces voitures de légende et de tailler de nouveau la route procure un réel plaisir."

Autodidacte chevronné

Jour de totale mise à nu pour la Triumph TR3. Sous les mains expertes de Michael et sous l'œil attentif de son apprenti Rémi, la voiture décapotable produite dans les années 1950 va être totalement retapée, "dans les règles de l'art". Dans la restauration automobile, tout doit être très méthodique, minutieux, réfléchi, tant les pièces sont nombreuses et fragiles.

"L'automobile, je suis tombé vraiment dedans à 14 ans, quand mes parents m'ont offert ma première 2CV. Quelques jours après, la voiture était complètement désossée dans le garage ! J'ai voulu tout comprendre tout seul, en autodidacte, à tâtons, au toucher. Progressivement, je connaissais l'utilité de chaque boulon, de chaque vis, de chaque piston, explique Michaël, qui a déjà restauré des centaines de véhicules, de l'Opel Manta A des années 1970 à la célèbre Coccinelle. Après avoir appris différentes techniques auprès d'artisans passionnés, le jeune homme passe son contrat d'aptitude professionnelle (CAP) "Maintenance automobile" en candidat libre. "Et en 2015, j'ouvrais mon garage pour être au chevet de vieilles voitures. Depuis, j'en ai vu passer à Villers-Bretonneux !"

Aujourd'hui, l'entreprise gagne en popularité auprès des connaisseurs, qui se pressent auprès de Michael qui prodigue avec joie ses précieux conseils. D'ailleurs, le carnet de commandes est plein pour de nombreux mois et Michael propose toujours du sur-mesure. Un client veut faire restaurer sa voiture à Villers-Bretonneux mais habite de l'autre côté de l'Atlantique, à La Barbade ? Pas de problème, le véhicule est acheminé par container ! "Nos clients sont toujours étonnés et très satisfaits des services proposés par Retro Metal Works. Mécanique, décapage, tôlerie de forme, carrosserie, peinture, sellerie : nous proposons une gamme de services très large, continue l'artisan. Je vis ma passion à fond, je travaille 14 heures par jour, 7 jours 7. Et  j'adore ça."

Alternance et goût de la performance

Chez Michael, chaque geste compte, chaque prise de tournevis ou de serrage de tôle est calculé, millimétré. Sa méthode de travail, modelée après une première expérience comme éducateur sportif, est articulée autour de la performance. Ce goût, Michael souhaite aujourd'hui le transmettre. À son carrossier, d'abord, qui acquiert de nouveaux gestes malgré une expérience déjà bien solide de 17 années dans l'automobile. À son apprenti, ensuite, qui apprend chaque jour les règles du décapage, de la tôlerie, de la minutie d'une soudure.

"Rémi a commencé avec moi par un stage de découverte, à 14 ans. Deux ans plus tard, il choisissait de devenir apprenti, en lien avec les Compagnons du devoir, et travaille à mes côtés tous les jours, explique le maître d'apprentissage, enthousiaste à l'idée de transmettre. À quoi cela sert-il de se spécialiser dans un domaine si l'on ne transmet pas ses techniques et son expertise aux plus jeunes ? Mon objectif est simple : que Rémi s'accomplisse professionnellement, bien sûr, et personnellement." Cette vision de l'apprentissage, vecteur de partage et de transmission, a été primée lors de la dernière édition – dont la Région est partenaire majeur - des Pépites de l'alternance.

À lire aussi

Les 1 001 métiers de l’artisanat

Bouchers, boulangers, chocolatiers, coiffeurs, mais aussi plaquistes, ma...


L’artisanat, première entreprise des Hauts-de-France

Avec près de 80 000 entreprises de proximité représentant plus de 150...


Automobile : Sevelnord recrute 600 intérimaires

À Hordain, dans le Valenciennois (59), 600 intérimaires seront recrut...


Pour aller plus loin


Infos pratiques

Retro Metal Works
2, rue Parmentier – 80800 Villers-Bretonneux
www.retrometalworks.fr
facebook.com/retrometalworks/

Partager

Send this to a friend