Toutes les vidéos
    Publié le 02/08/2016
    MAXIME-BEAUMONT

    Rio 2016 – Maxime Beaumont vice-champion olympique du K1 200 m !

    Pour Maxime Beaumont, vice-champion du monde en titre dans sa discipline, la prochaine étape c'est l'or olympique ! "Tous les voyants sont au vert pour Rio" dit-il avec confiance et ambition.


    Maxime Beaumont

    • Kayak de course en ligne - K1 et K2 200 m
    • Né le 23 avril 1982, à Boulogne-sur-Mer
    • Club : Boulogne Canoë Kayak (Boulogne-sur-Mer) / Pôle France INSEP (Paris)
    • Palmarès : vice-champion du monde 2015 en K1 200 m et double champion de France en K1 200 m. 4e aux JO de Londres en 2012, lors de la finale de K1 200 m

    Mon meilleur souvenir de sportif

    La cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Londres, le 12 août 2012. L’entrée dans le stade, avec 80 000 personnes qui applaudissent, restera un souvenir inoubliable.

    Mon ambition pour Rio

    Deux médailles ! En biplace - le K2 - l’objectif est de monter sur le podium.
    En monoplace - le K1 - je vise le titre. Je suis vice-champion du monde en titre et la prochaine étape est la médaille d’or olympique. Après plusieurs podiums en Coupe du monde lors du début de saison, tous les voyants sont au vert et mes ambitions ne sont pas revues à la baisse.

    Ma préparation

    Avant une compétition, j’ai un timing bien établi que je respecte à la lettre : l’arrivée sur le bassin, le premier échauffement, puis le départ pour la course. Je n’ai pas vraiment de geste “fétiche”, mais lors de l’embarquement, avec mon entraîneur on se tape dans la main. À partir de là, je sais ce que j’ai à faire…

    Maxime_BeaumontMes modèles

    Ladji Doucouré, le coureur du 110 m haies, pour ses mots lors d’une interview qui m’a marqué. En finale des Jeux Olympiques d’Athènes, en 2004, au passage de la dernière haie, alors qu’il était assuré de la médaille d’argent, il prend tous les risques pour gagner mais il trébuche et finit dernier. Il dit : “Moi, c’est le titre que je visais. Alors 2e ou dernier, quelle différence ?” Cette phrase est gravée dans ma mémoire.
    Dans mon sport, c’est le céiste français Didier Hoyer, médaillé de bronze aux JO de Los Angeles et de Barcelone, qui m’a inspiré. Issu de mon club, il a été mon exemple étant jeune.

    Mon “déclic”

    Le jour de la finale du C2 1 000 mètres, aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992. Didier Hoyer, licencié dans mon club, le Boulogne Canoë Kayak, remporte la médaille de bronze. Ce jour-là, après un an de pratique, je me dis que je pourrais peut-être l’imiter plus tard…

    Mon objet fétiche

    Je n’ai pas d’objet fétiche. J’aime avoir un matériel de qualité que j’ai déjà essayé avant l’échéance terminale, mais je n’ai aucun grigri.

    Mon lieu de prédilection

    J’affectionne particulièrement le plan d’eau de Zagreb, en Croatie. J’y fais toujours de très bonnes courses.

    Découvrez son portrait en vidéo

    Commentaires

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    *