Toutes les actualités
Publié le 08/12/2017
Centre de conservation du Louvre à Liévin
© RSHP Mutabilis

Le Louvre poursuit son ancrage dans le Bassin minier

Le 8 décembre, la première pierre du centre de conservation des œuvres du Louvre a été posée à Liévin (62).

La construction du centre de conservation des œuvres du musée du Louvre a débuté à Liévin (62). La première pierre de ce chantier, qui s'achèvera à l'été 2019, a été posée le 8 décembre en présence notamment du président de la Région Hauts-de-France Xavier Bertrand et de Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre.

 

Actuellement situées à Paris en zone inondable, les réserves du musée du Louvre abritent près de 250 000 œuvres menacées par les crues de la Seine. Pour les préserver, il a donc été décidé de construire un nouveau centre de conservation et c'est un site proche du Louvre-Lens qui a été choisi. Cofinancé par l’Union européenne avec le Fonds européen de développement régional, l’équipement sera implanté à Liévin, sur le site de l’ancienne cité Jaurès, à proximité immédiate du Louvre-Lens. La Région s’est engagée à investir cinq millions sur les 60 millions d’euros du projet.

Un bâtiment paysage

Réalisé par l’agence Rogers Stirk Harbour (auteur de l’extension du British Museum à Londres, en 2014), le projet architectural vise à créer un bâtiment paysage parfaitement intégré dans l'environnement, avec notamment une grande toiture végétalisée. Il s’étendra sur une surface d'environ 18 500 m2, dont 9 600 m2 réservés au stockage des œuvres et 1 700 m2 destinés à l’étude et au traitement des œuvres.

Un centre de stockage, de recherches et d'études

La première mission du centre de conservation est le stockage. 250 000 œuvres, actuellement conservées dans plus de 60 réserves différentes au sein du palais du Louvre et à l’extérieur y seront transférées. Mais ce sera également l’un des plus importants centre d'études et de recherches en Europe. De plus, il pourra être utilisé pour mettre à l'abri des œuvres menacées par des conflits internationaux.
Le centre de conservation du Louvre ne sera pas ouvert au public. C’est un lieu de travail ayant vocation à recevoir des partenaires (professionnels des musées, restaurateurs, photographes,…), des chercheurs et des universitaires, dans le cadre de consultation d’œuvres, de parcours de formation ou de programme de recherche.

Un lieu ressource pour les universités et écoles des Hauts-de-France

Le Louvre et la Région souhaitent faire du centre de conservation du Louvre un acteur de dynamique culturelle et économique du territoire, en développant des partenariats avec les nombreux musées de la région et en favorisant le développement de formations et d’activités liées à la gestion de collections, grâce à des partenariats de coopération scientifique et culturelle avec les universités des Hauts-de-France et des organismes de formation continue comme l’Institut National du Patrimoine (INP).

À lire aussi

Le Louvre-Lens souffle sa cinquième bougie

Enraciné dans la terre du Pas-de-Calais, implanté sur un ancien carrea...


Partager

Send this to a friend