Toutes les actualités
    Publié le 15/04/2016

    Un film soutenu par les Hauts-de-France en sélection officielle à Cannes

    Tourné près d’Ambleteuse, Ma Loute, le dernier film de Bruno Dumont, sera en compétition officielle au 69ème Festival de Cannes. Sa sélection a été annoncée au moment même où le Conseil régional et le Centre National du Cinéma se réengageaient à soutenir la production cinématographique et audiovisuelle.

    Une enquête et une histoire d’amour rocambolesques

    Bruno Dumont aime les disparitions dans les dunes et les histoires rocambolesques ! Ma Loute, son dernier film qui sortira le 11 mai, se passe en 1910 et raconte l’histoire de mystérieuses disparitions et d’une enquête (mal)menée par un improbable inspecteur Machin et son sagace adjoint Malfoy. C’est aussi une histoire d’amour étrange et dévorante entre Ma Loute, fils aîné d’une famille de pêcheurs aux mœurs particuliers, et Billie Van Peteghem, benjamine d’une famille de riches bourgeois lillois décadents.

    Une Région très cinématographique

    Tourné dans la région natale de Bruno Dumont, comme nombre de ses films, Ma Loute a reçu le soutien de Pictanovo et de la Région, en partenariat avec le CNC. Il réunit à l’écran un casting de choix – Fabrice Lucchini, Juliette Binoche et Valeria Bruni Tedeschi – et des habitants de la région.

    Historiquement, les Hauts-de-France soutiennent la production cinématographique et audiovisuelle depuis plusieurs dizaines d'années. Sur la période 2004-2013, les Hauts-de-France ont apporté un soutien de 27 millions d’euros à la filière, pour la production de 73 longs-métrages et de près de 150 courts-métrages. Grâce à cette politique volontariste, la région accueille environ 900 tournages par an. 3000 emplois sont directement liés à ce secteur d’activité.

    Un engagement réaffirmé

    Hasard du calendrier, le 14 avril, le  jour où la sélection officielle du 69e Festival de Cannes était dévoilée, le président Xavier Bertrand avait rendez-vous avec la présidente du Centre national du cinéma, la directrice régionale des affaires culturelles et les professionnels de la filière. Cette première rencontre a été l’occasion de réaffirmer de part et d’autre la volonté de poursuivre, voire de renforcer le soutien au cinéma et à l’audiovisuel. « Cette filière est essentielle pour le rayonnement de notre région, mais également pour son développement économique, a souligné François Decoster, vice-président de la Région à la culture. Notre région accueille de plus en plus de tournages, le nombre d’emplois dans ce secteur a augmenté deux fois plus que la moyenne nationale. Nous allons poursuivre notre travail avec le CNC et les deux opérateurs historiques : Pictanovo pour la production et l’Acap pour l’éducation à l’image. »