Toutes les actualités
Publié le 25/01/2016
Avant-premières Dofus

Dofus : du jeu vidéo au grand écran !

Poussez les portes des salles obscures et laissez-vous happer par l’univers de Dofus, premier long métrage d’animation inspiré du cultissime jeu vidéo du même nom. Un film 100 % made in Roubaix, réalisé de main de maître par les studios Ankama. Zoom sur la fabrique d’un petit bijou.

Un peu d’histoire...

C’est un petit personnage. Tout noir, aux grands yeux. Il porte un manteau à capuche gris-bleu. Son nom ? Joris. Il mène une vie tranquille dans la majestueuse cité de Bonta. A ses côtés, Kerubim Crépin, son papycha adoptif. Mais un jour tout bascule : bravant l’interdiction de papycha, Joris tente d’approcher son idole de toujours, la mégastar du Boufbowl, Khan Karkass. De son côté, Julith, la sorcière, revient avec un noir dessein : réduire à néant Bonta. Une mission pour Joris et ses amis : sauver la cité et tous ses habitants. La mèneront-ils à bien ?

Réponse le 3 février dans les salles de cinéma qui vous ouvriront grand les portes d’un univers épico-burlesque : "C’est un film au graphisme très coloré, d’inspiration manga, et qui mélange les genres, nous explique Anthony Roux, alias Tot, co-réalisateur avec Jean-Jacques Denis, et scénariste du film. C’est un alliage entre Le Seigneur des Anneaux de Tolkien et Les Annales du Disque Monde de Terry Pratchett. Un film où de grands moments épiques sont entrecoupés de moments beaucoup plus humoristiques. Les personnages sont, il faut le dire, un peu barrés !"

Du jeu au film : un pas de géant

Mais au fait, un Dofus, qu’est-ce que c’est ? C’est un œuf de dragon. Objet de toutes les convoitises, il confère à celui qui le possède mille et un pouvoirs extraordinaires. Magie dans le film, mais aussi magie – et beaucoup de travail ! – au sein des studios Ankama, basés à Roubaix. 120 personnes à plein temps ont déployé leurs multiples talents pour rendre possible ce projet titanesque : passer du jeu vidéo au film d’animation. Un jeu vidéo en ligne, Dofus, sorti en 2004, qui a rencontré un succès considérable et qui est devenu aujourd’hui le jeu de rôle massivement multijoueurs le plus joué en France !

Anthony Roux revient sur le moment où l’idée de faire du jeu vidéo un film d’animation a germé : "Dofus, le jeu vidéo en ligne que nous avons créé, était à la base un jeu assez narratif sur lequel nous ajoutions sans cesse de nouvelles histoires. Cela nous a semblé naturel de poursuivre avec une série d’animation sur France TV. Première étape. Puis, en 2010, on s’est senti prêts pour un format plus grand, le long métrage. Un vrai challenge, un vrai marathon même, notamment pour trouver des partenaires prêts à soutenir le projet !"

Le film n’est pas qu’une simple copie du jeu vidéo : l’innovation d’Ankama c’est d’avoir su placer ses jeux dans un univers transmedia où chaque série, chaque BD ou chaque film apporte de nouveaux éléments de compréhension au scénario global pour former un univers narratif commun nommé le "Krosmoz". Anthony Roux nous explique : "Par rapport au jeu vidéo, le film est une nouvelle pierre à l’édifice narratif. On ne raconte pas deux fois la même histoire : on apporte de nouvelles informations sur certains personnages, certaines villes. Des personnages qui n’existent pas dans le jeu apparaissent dans le film."

Travail de titan et doigts de fée

Christophe Bulteel, chef animateur numérique, nous parle de son travail sur ce gros projet. "Le club Dorothée a forgé mon caractère d’artiste ! Je suis de cette génération-là ! Mon rôle sur le film a été de faire en sorte que les intentions du storyboard soient suivies et restent cohérentes avec le scénario. Nous avons reçu l’aide de Yoshi Tamura, directeur de l’animation, qui a travaillé sur de longs métrages Disney et nous a aidés pour la caractérisation des personnages. Il faut ainsi que les mouvements des personnages collent avec leur caractère : le personnage principal, Joris, est ainsi très rapide, très "speed", Julith, la sorcière, est plus sobre, plus noble. La mégastar du Boufbowl a une attitude très fière. Ce travail a demandé un boulot de fou ! Il faut par exemple une semaine pour réaliser 10 secondes de film sur 1h46 au total, c’est dire !"

Résultat : un film pour tous. "La grande force de ce film, poursuit Anthony Roux, réside dans la présence de la thématique familiale et dans le fait qu’il ravira les fans du jeu vidéo, qui ne se sentiront pas trahis, autant que le grand public car le film se suffit à lui-même."

Alors préparez-vous : c’est bientôt le moment de vous laisser envoûter par les pouvoirs du Dofus !

 

Le Nord rayonne ! Les musiques du film, composées par Guillaume Houzé, ont été enregistrées par 70 musiciens professionnels membres de l’Orchestre national de Lille.

Pour aller plus loin


Infos pratiques

Dofus – Livre I : Julith
Réalisation : Anthony Roux « Tot » et Jean-Jacques Denis
Sortie en salles le 3 février

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*