Toutes les actualités
Publié le 27/02/2018

Direction le Salon international de l’agriculture !

Jusqu’au 4 mars 2018, la Région vous attend au Salon international de l'agriculture. Le temps d'une journée, goûtez aux produits du terroir des Hauts-de-France, admirez le savoir-faire des agriculteurs et des pêcheurs, découvrez les savoir-faire d'une filière d'excellence.

10h, hall 3 du Paris Expo Porte de Versailles, à Paris. Le pavillon Hauts-de-France accueille déjà ses premiers visiteurs. Plusieurs fiers représentants de la gastronomie régionale leur proposent à la dégustation quelques savoureux produits du terroir. Au choix : bêtises de Cambrai de la Confiserie Despinoy, chocolats de Beussent, maroilles affiné par les membres du Syndicat des fabricants et affineurs de Maroilles ou gâteau battu vendu à l'espace Terroirs Hauts-de-France / Saveurs en'Or

A quelques pas des dorades, vives, étrilles et autres grondins présentés par les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer, les équipes d'Esprit Hauts-de-France font, elles, la promotion de la région. "Un selfie en Hauts-de-France, ça vous tente ?" À côté du photomaton, les visiteurs font la queue pour repartir de Paris avec un souvenir de leur passage. Chacun attend pour prendre la pose au pied du château de Chantilly, en baie de Somme ou au Cap Gris-Nez, avant de raffoler d'une bouchée de mijoté de bœuf...

Début de moisson au Concours général agricole

11h30, l'heure de l'apéritif. Les fins gourmets se pressent sur le stand régional. Les comptoirs de chacun des quatre brasseurs présents sur l'espace Hauts-de-France – brasseries Duyck, La Choulette, Saint-Germain, de Gayant – affichent complet. Devant le bar des vignerons du sud de l'Aisne, les bouchons sautent. Le saviez-vous ? Une bouteille sur 10 de Champagne en France est produite en Hauts-de-France ! Une fierté que n'oublie pas de rappeler Laurent Léguillette, viticulteur à Charly-sur-Marne. "Exposer notre savoir-faire sur le stand Hauts-de-France, c'est une superbe publicité, une promotion unique de notre métier, explique le vigneron. Et nous avons aussi de belles surprises : Notes Blanches, notre cuvée de blanc de blancs, vient de recevoir la médaille d'or du Concours général agricole 2018 !".

À proximité du stand Bienvenue à la ferme et des bocaux de la Conserverie Saint-Christophe, plusieurs enfants dégustent une pomme de terre très spéciale : la Pompadour. "Sa chair ferme, mais très fondante au cœur, laisse sur le palais une délicate saveur de beurre frais. C'est un produit phare des Hauts-de-France, d'une qualité gustative supérieure et qui possède la certification Label Rouge depuis 2001, explique Alexis Dequidt, présent sur place. Nous sommes fiers de la faire savourer aux petits Parisiens, comme à toutes les familles."

"Une carbonnade flamande pour la 4 !"

12h30, une file d'attente s'est formée devant le restaurant Hauts-de-France. Pas de quoi alarmer les élèves du lycée du lycée Le Corbusier à Soissons (02), qui se relaient auprès des nombreux clients déjà à table. En cuisine, les serveurs d'un jour envoient les commandes aux cuistots. " Une carbonnade flamande pour la 4 ! Deux assiettes régionales pour la 2, suivies d'une boule de crème glacée au spéculoos et d'une part de tarte au sucre !"

"C'est le coup de feu, mais c'est très formateur pour les jeunes. Participer à un salon de cette renommée, recevoir autant de clients pendant toute une semaine, servir des plats typiques des Hauts-de-France : c'est une expérience unique, s'enthousiasme Anne Halgand, la professionnelle de la Chambre d'agriculture Hauts-de-France qui veille à la bonne tenue de ce restaurant d'application. Plus de 1 500 convives y seront accueillis d'ici le 4 mars !

Au cœur de la plus grande ferme de France

14h, dans le hall 1. Des milliers de curieux posent auprès des vaches de race rouge flamande, bleue du Nord ou blanc bleu. Si le Salon de l'agriculture attire chaque année des centaines de milliers de visiteurs, c'est aussi (et surtout) pour voir de près les animaux de la ferme. Poules, moutons, cochons, vaches, taureaux… Le parc des expositions accueille plus de 4 000 animaux !

Dans le hall 2, Camille Santune répond aux nombreuses sollicitations, toujours avec le sourire. "Tous les Boulonnais sont-ils blancs ?" ; "Votre cheval vous est-il utile dans votre exploitation ?" ; "Je peux le monter ?". Son cheval, Diablo du Mont-Louis attire tous les regards. Avec sa robe blanche, l'étalon a reçu le troisième prix de sa catégorie au concours général.

"C'est ma deuxième participation au Salon, et j'y prends beaucoup de plaisir. C'est vital d'exposer la race du Boulonnais, qui est en voie d'extinction et qui fait pourtant partie du patrimoine de notre région."

17h, retour sur le stand Hauts-de-France. Sous la reproduction grandeur nature de géants nordistes, un retraité originaire du Nord envoie une carte postale à ses petits-enfants, qui habitent dans le Sud-Ouest. "J'ai grandi à Roubaix, j'ai quitté la ville avec regret, au moment de me marier. Pouvoir envoyer une pensée à ma famille, pars le biais de l'envoi d'une carte par la Région avec une jolie photo du Musée de la Piscine, c'est vraiment une idée sympathique. Et je compte bien revenir jeudi, pour rencontrer notre Miss France !"

Retrouvez ici le programme des animations de l'espace Hauts-de-France et rendez-vous au Salon de l'agriculture !

À lire aussi

Salon international de l’agriculture 2018 : la Région y est, et vous ?

Du 24 février au 4 mars 2018, c'est la 55e édition du Salon internatio...



Éric Boutté : le terroir au cœur

Derrière les fourneaux du restaurant L'Aubergade, à Dury (80), Éric B...


Pour aller plus loin


Infos pratiques

Salon international de l’agriculture
Du 24 février au 4 mars 2018
Parc des expositions de la Porte de Versailles
1, place de la Porte de Versailles – 75015 Paris
www.salon-agriculture.com

Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

Un commentaire sur “1”

  1. Omnes -

    La région nous incite « fortement  » à nous déplacer au salon de l’agriculture à Paris, alors qu’elle n’a pas proposé à ceux qui le souhaitaient, un transport collectif (bien sûr payant) par bus. A trop vouloir communiquer on se prend souvent les pieds dans le tapis.

Partager

Send this to a friend