Toutes les actualités
Publié le 04/07/2018

Se souvenir, un devoir pour les Hauts-de-France

À l'heure du Centenaire de l'Armistice de la Grande Guerre, la Région met en place une politique dédiée au devoir de mémoire.

Les Hauts-de-France ont été profondément marqués par les deux guerres mondiales. De la Grande Guerre, il reste aujourd’hui des mémoriaux, des cimetières, des musées, autant de lieux de mémoire où rendre hommage à tous ceux qui ont combattu. La commémoration du Centenaire et les circuits du Souvenir rappellent à quel point notre région a payé un lourd tribut au cours de ces conflits dévastateurs, mais aussi à quel point notre devoir de mémoire reste ancré dans l’identité des Hauts-de-France, plus d’un siècle après.

En 2018, année du centenaire de l'armistice de la Grande guerre, les Hauts-de-France veulent porter et incarner des valeurs de paix, de réconciliation et de liberté. La mise en place d’une politique dédiée au devoir de mémoire a vocation à l’entretenir et le faire perdurer, et renforcer l’activité du tourisme de mémoire.

Soutenir les projets de visite

La Région soutient les projets de visite des sites de mémoire des Hauts-de-France qui ont pour objectif de :

  • rendre hommage à ceux qui nous ont précédés
  • expliquer, donner du sens pour mieux préparer l'avenir
  • susciter l'émotion pour raviver la flamme du souvenir
  • accompagner le visiteur pour qu'il soit acteur des événements

Sensibiliser les jeunes

Cette politique régionale consacrée au devoir de mémoire repose notamment sur la sensibilisation des plus jeunes générations. La Région souhaite encourager les lycéens à se mobiliser dans la perspective des cérémonies de commémoration du 11 novembre 2018.

Il s'agit également de favoriser l'émergence de projets culturels de territoire et d'encourager les événements sportifs sensibilisant au devoir de mémoire.

Enjeu économique et rayonnement international

Le tourisme de mémoire représente aussi un véritable enjeu économique pour notre région. Avec les commémorations du centenaire de la Grande guerre, les Hauts-de-France ont vocation à devenir une destination internationale de tourisme de mémoire.

 "Les sites de mémoire de la Grande guerre en Hauts-de-France parlent au monde. Il y a un véritable potentiel d'attractivité pour notre région, confirme Mady Dorchies-Brillon, conseillère régionale en charge du devoir de mémoire. Au-delà de 2018, il s'agit de faire perdurer ce travail de mémoire, forger et transmettre cette histoire en s'appuyant sur notre jeunesse."

 

À lire aussi

Commémorations du Centenaire de la Grande Guerre : un devoir de mémoire

Déjà 100 ans, mais personne n'a oublié le sacrifice de millions d'hom...


« Victoires du Paysage » : la Région récompensée pour l’Anneau de la Mémoire

A Ablain-Saint-Nazaire (62), les jardins de l'Anneau de la Mémoire ont ...


À Villers-Bretonneux, la mémoire des soldats australiens honorée

Que leur sacrifice ne soit pas vain et que leur combat perdure à traver...


Les commentaires sur cet article sont désormais fermés. Pour toute information complémentaire, appelez-le 0.800.026.080 ou posez-nous votre question ici.

4 commentaires sur “Se souvenir, un devoir pour les Hauts-de-France”

  1. françoise ANDES -

    à plusieurs reprises j’ai contacté vos services (restés sans réponses) sur un livre en deux tomes : Le Crotoy Zone des Armées 14-18
    il serait au moins agréable d’avoir un accusé de réception car des mails reviennent sans avoir été ouverts.
    Cordialement
    F.ANDES

    • Henri des Hauts-de-France -

      Bonjour,

      Pour tout renseignement, vous pouvez appeler le 0 800 02 60 80.
      Cordialement.

  2. Françoise Radet-Mannerkorpi -

    Bonjour,

    Dans notre cimetière de Brécy (02210) nous avons quelques rangées de croix commémorant des morts pour la France.

    Des gerbes sont déposées au pied des croix lors de ces manifestations – Et restent là, à peine dépassant de leur emballage. Si le vent ou la pluie s »en mêlent ces tristes hommages s’envolent loin de leur destination.

    Par manque de personnel notre cimetière se trouve dans un état lamentable, où l’herbe pousse haute et drue, triste spectacle…
    J’ai visité certains cimetières où chaque tombe des morts pour la France possède 3 ou 4 tulipes, un rosier, 2 ou 3 fleurs de saison, ne réclamant que fort peu d’entretien.

    Si, au moment des commémoration on se recueillait sur des tombes honorablement fleuries cela donnerait un caractère plus poétique et symbolique…
    Il existe des plantations qui ne demandent pratiquement aucun entretien, foi de jardinière !

    • Heidi des Hauts-de-France -

      Bonjour, nous vous invitons à envoyer un mail à notre direction de la proximité afin que ce dernier soit envoyé au bon interlocuteur à l’adresse suivante : accueil.hdf@hautsdefrance.fr – Bien cordialement

Partager

Send this to a friend