Toutes les actualités
Publié le 20/06/2018

Canal Seine-Nord Europe : terrain d’études des élèves d’UniLaSalle

Le chantier du canal Seine-Nord Europe n'a pas encore officiellement démarré. Mais pour les étudiants de l'école d'ingénieurs d'UniLaSalle à Beauvais (60), c'est déjà une réalité.

"Nos élèves de 5e année ont un projet collectif à mener dans le cadre de leur cursus. Depuis 2017, nous avons choisi de les faire travailler sur un sujet concret : le canal Seine-Nord Europe", raconte Jean-David Vernhes, enseignant-chercheur géotechnique à l'école UniLaSalle de Beauvais (60).

UniLaSalle Beauvais est une école d'ingénieurs qui accueille les élèves de toute la France, dès l'obtention du baccalauréat et pour des formations menant jusqu'au bac +6. Cette année, plusieurs de ses étudiants doivent travailler sur la réalisation de l'écluse de Montmacq (60), intégré au projet du canal Seine-Nord Europe. Objectif : dimensionner l'ouvrage, en assurer sa sécurité et sa pérennité, tout en veillant à l'aspect économique du chantier.

Tanguy Picard-Lesteven, étudiant en 5e année en Sciences de la Terre et Environnement à UniLaSalle a participé à ce projet. "Pendant trois mois, nous avons travaillé en groupe avec sept autres étudiants, explique le jeune homme. Nous sommes allés sur le terrain pendant trois jours pour relever des données. Puis nous avons traité nos données avec celles des études déjà faites, pour en faire une synthèse. Nous avons également réalisé une maquette géotechnique de l'écluse."

Un partenariat gagnant-gagnant

L'école d'ingénieurs UniLaSalle et la société du canal Seine-Nord Europe ont signé un partenariat qui repose notamment sur une clause de confidentialité de l'usage des données. Pour chaque projet des étudiants, il y a une co-évaluation de la part de l'école (regard académique, rigueur scientifique, aspect formel) et de la part de la société du canal (pour savoir si le projet est réaliste).

"Ce partenariat est gagnant-gagnant, estime Jean-David Vernhes. Les études des élèves alimentent la réflexion des ingénieurs des bureaux d'études de la société du canal ; pour les jeunes, ils travaillent sur un cas concret avec des clauses de confidentialité, ce qui leur permet aussi d'adopter le comportement professionnel qu'ils conserveront ensuite."

Pour la société du canal, ce type de partenariat est important. "Cela nous permet d'expliquer le projet aux jeunes générations, qu'ils se l'approprient, confirme Jérôme Dezobry, membre du directoire de la société du canal Seine-Nord Europe. En retour, on attend qu'ils nous surprennent, qu'ils posent un regard nouveau sur le chantier."

"Un plus sur nos CV"

"C'est très intéressant et enrichissant car nous avons travaillé sur un projet concret avec des enjeux, confirme Tanguy Picard-Lesteven. Nous avons pu échanger avec les commanditaires et on sait que nos études vont leur être utiles. Sur nos CV, c'est clairement un plus. Les entreprises sont attentives au fait que l'on ait travaillé sur un projet de cette envergure."

Pour UniLaSalle, le chantier du canal est une aubaine. "Le canal traversera en partie l'Oise, on ne pouvait pas l'ignorer, ajoute le professeur. C'est un très gros dossier et c'est important d'être associés dès les prémices du projet. Cela va nous permettre de suivre le chantier pour les années à venir, et de mettre en place d'autres actions pédagogiques et scientifiques."

À lire aussi

Canal Seine-Nord Europe

Long de 107 kilomètres et reliant l'Oise au canal Dunkerque-Escaut, le ...


Canal Seine-Nord Europe : 107 km de trésors historiques

Gilles Prilaux est archéologue dans les Hauts-de-France depuis 30 ans. ...


Canal Seine-Nord Europe : les collectivités veulent prendre la main pour débloquer le chantier du siècle

S’il est un projet qui a fait couler beaucoup d’encre depuis des ann...


Partager

Send this to a friend