Publié le 24/11/2015

Agriculture

Classée n°1 pour de nombreuses productions végétales, la région Hauts-de-France dispose de solides atouts pour développer ses filières.

La réunion des régions Nord-Pas de Calais et Picardie crée un champion des productions végétales

Nos agriculteurs assurent en effet la moitié de la production nationale de sucre avec leurs betteraves et cultivent près des trois-quarts des pommes de terre de consommation. Ils produisent aussi 97 % des endives et 87 % des choux de Bruxelles, deux légumes à l'identité régionale bien marquée ! La grande région occupe également la première place en légumes de conserve, pour les petits pois, haricots verts, oignons blancs ou salsifis. « Nos deux régions ont de fortes similitudes, des sols fertiles, des agriculteurs très bien formés et un potentiel de production élevé », constate Jean-Bernard Bayard, président de la chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais. « Nous produisons absolument de tout, y compris du vin, car le champagne du sud de l’Aisne (plus de 20 millions de bouteilles produites chaque année) est excellent ! ». Si l’élevage est moins prépondérant, une exploitation agricole sur deux élève des animaux et la nouvelle région occupe la quatrième ou cinquième place pour le lait, les œufs, les poulets de chair, le lapin ou le porc.

L'agroéconomie, premier employeur

« Les agro-industries n’ont pas attendu le nouveau découpage administratif pour travailler sur les deux régions, comme les sucreries Tereos ou Saint-Louis sucre, les amidonneries Syral et Roquette, le transformateur de légumes Bonduelle ou la laiterie Sodiaal », constate Christophe Buisset, président de la chambre d’agriculture de Picardie. « Le mariage avec le Nord-Pas de Calais renforce notre poids en agro-alimentaire. Les industries agro-alimentaires (IAA) sont même le premier employeur de la région Nord avec 66 300 salariés (chiffres Eurostat 2012) ». Au total, l'agriculture et ses filières (hors assurance et transport) emploient plus de 130 000 personnes. Et pour les débouchés, la grande région dispose d’atouts uniques : 80 millions de consommateurs dans un rayon de 300 km, une façade maritime ouverte sur deux mers, la traversée du futur canal Seine-Nord-Europe et des infrastructures de transport de qualité.

La recherche à la pointe

Autre point fort régional : la chimie du végétal. Sur ce secteur, la Picardie, avec son pôle de compétitivité Industries et agro-ressources (IAR) a développé la recherche en valorisation des molécules issues de l’agriculture. Une aubaine pour l’ère post-pétrole : « Pour nous, c’est une chance de pouvoir s’y associer et de renforcer ce pôle » déclare Jean-Bernard Bayard. La chambre d'agriculture du Nord-Pas de Calais a aussi rejoint Agro-transfert ressources et territoires, une structure picarde réalisant le lien entre la recherche et son application par les agriculteurs. Elle travaille notamment sur des projets liés à la fertilité des sols face à l'utilisation d’engins de plus en plus lourds.

Quelques chiffres

PicardieNord pas de calaisGrande région Nord
Exploitations agricoles13 50012 50026000
Superficie moyenne100 ha65 ha85 ha
Superficie moyenne des grandes et moyennes exploitations125 ha80 ha
Chiffre d'affaires hors aide3,8 Md  €3 Md €6,8 Md €
Actifs agricoles29 50027 50057 000
Nombre de salariés Industries agro-alimentaires13 30027 80041 100
Nombre de salariés Industries agro-alimentaires3708401210